Les "pouvoirs miraculeux" de la radioactivité

Il fut un temps où l'on enveloppait les bébés dans de la layette enrichie au radium pour qu'ils aient bien chaud. Leurs mères, très avant-gardistes, s'enduisaient le visage de crèmes de beauté «irradiantes» en buvant à la paille des sodas atomiques...

En 1896, un savant français, Henri Becquerel, découvrit la radioactivité par accident, alors qu'il faisait des recherches sur la fluorescence des sels d'uranium. Encouragé par son ami Henri Poincaré, il cherchait à déterminer si ce phénomène était de même nature que les rayons X. C'est Marie Curie qui appelle cette bizarrerie scientifique la « radioactivité » et bientôt les Curie décèlent l'élément radioactif appelé radium, dont ils parviennent à isoler une petite quantité. Becquerel s'aperçoit qu'un flacon de radium conservé plusieurs heures dans la poche de son gilet lui a brûlé la peau. Pierre Curie, ayant exposé son bras pendant dix heures au rayonnement du radium, écrit : « Sous l'action des rayons, la peau a rougi sur une surface de six centimètres carrés, présentant l'apparence d'une brûlure, mais sans causer ou presque de douleur. Au bout de plusieurs jours, cette rougeur, sans augmenter de taille, s'est intensifiée ; le vingtième jour il s'est formé une dartre, puis une plaie que l'on a enveloppée de bandages ; le quarante deuxième jour, l'épiderme a commencé à se reformer depuis les bords de la plaie jusqu'au centre, et cinquante deux jours après l'action des rayons, la plaie présente encore sur un centimètre carré un aspect grisâtre dénotant une mortification plus profonde. »

Le radium deviendra pourtant une nouvelle potion magique (lire: "L'insensibilisation par le radium" dans la revue Le Radium n°3, mars 1904) que l'on vend sans plus de scrupules que les vieux remèdes de bonnes femmes.

« Lors de ma première note à l'Académie de Médecine, le 6 octobre 1903, je disais déjà que je croyais être arrivé à la détermination des doses maniables, des doses médicamenteuses du radium. Or depuis cette époque j'ai soigné un grand nombre de malades. J'ai eu bien des insuccès, c'était inévitable, mais je n'ai jamais observé la moindre complication, le moindre effet nuisible attribuable au radium.
Il y a encore beaucoup à chercher, beaucoup à faire; mais il est nécessaire de procéder avec une grande circonspection et une sage lenteur. Aussi ne vous parlerai-je que plus tard des inhalations radioactives dans certaines affections du larynx et des poumons, des injections souscutanées ou intraveineuses des solutions radioactives, de l'absorption de poudres radioactivées, etc... 
», extrait d'une conférence du Dr A. Darier à la Faculté de Médecine de Paris publiée dans la revue Le Radium n°5, mai 1904 (lire: "Radiumthérapie des maladies nerveuses" et "Radiumthérapie des affections articulaires", extraits du livre: "Radiothérapie" de P. Oudin et A. Zimmern, 1913).

Dès 1908, on utilise le radium pour soigner de nombreuses affections, notamment les affections cutanées.

Tout au long des années vingt, les médecins rédigeront à la chaîne des ordonnances de radium pour l'arthrite, la goutte, l'hypertension, la sciatique, le lumbago et le diabète. Une société new-yorkaise productrice d'eau minérale au radium prétend même qu'elle compte cent cinquante mille clients...

Voir la vidéo suivante (en):

Pierre et Marie Curie venaient juste de découvrir la radioactivité et ses pouvoirs miraculeux, la génération d'avant la 2ème guerre mondiale, nourrie au petit lait du progrès moderne, s'enthousiasmait pour ces mystérieux produits dont le pouvoir rayonnant éclairait un avenir qui ne pourrait être que radieux.

Publicité sur le Spinthariscope de Sir William Crookes, dont la technique est expliquée dans la revue Le Radium n°2 de févrié 1904.

Le radium allait tout transcender.

Publicité dans la revue Le Radium n°4 d'avril 1904.

Mme Curie termine un Traité de radioactivité, écrit de ses mains profondément brûlées (par la radioactivité) en 1934, l'année de sa mort (due à "une anémie pernicieuse aplasique à marche fébrile" selon le communiqué officiel) résultant de l'accumulation de l'effet des radiations. Elle cite dans cet ouvrage comme "thérapeutiques médicales" l'ingestion sous forme de boisson d'eau radioactive naturelle ou artificielle contenant du radon; les injections dans les veines, muscles ou articulations de sérum physiologique contenant un radioélément en suspension ou dissous, l'inhalation d'air contenant du radon (l'empereur François-Joseph faisait dans ce but une cure annuelle à Badgastein), ou enfin les bains d'eaux radioactives naturelles ou artificielles ainsi que ceux de boue à base de radium. Mme Curie reconnaissait toutefois dans ce passage consacré à "la curiethérapie par voie interne ou par bains" que "les bases scientifiques sont ici encore peu développées et le caractère empirique prédomine".

Extrait de la revue américaine "Radium".

Pendant une bonne partie du XXe siècle, de nombreux médecins croyaient le radium être totalement sûr.


Une publicité pour les préparations au radium utilisées en interne et en externe parue dans la revue "Radium", à côté, la photo d'une fiole de "Standard Radium Solution for drinking".

En 1916 la revue médicale Radium affirme que "le Radium n'a absolument aucun effet toxique, étant accepté harmonieusement par le corps humain, comme la lumière solaire pour les plantes." Les médecins ont appris sur le radium de la même manière qu'ils ont fait pour les rayons X: par tâtonnements et par erreurs.

Cette publicité pour les préparations du radium utilisées en interne et en externe est apparu dans le numéro de juin 1916 de la revue "Radium", voir la publicité "Radium and Beauty," dans le New York Tribune de 1918.

C'est écrit sur la boite de Radium Radia, "Le plus grand remède du monde pour les rhumatismes, les névralgies, les lumbagos, les entorses, les maux de dos, la goutte, et toutes les douleurs dans les membres, la poitrine et la gorge. Aucun échec connu"

S'exprimant en 1953 au dîner annuel de l'American Society Radium, le Dr James Case, un personnage clé dans le développement de la radiothérapie, a rappelé: "Au début, nous avons donné de très fortes doses... si grandes en fait, et dans un délai si court, que la plupart des patients ont été contraints de prendre le lit pendant une semaine ou deux, et certaines d'entre eux étaient vraiment prosternés. Nous avons souvent donné des transfusions sanguines, et d'autres traitements de soutien." Les conditions pour lesquelles le radium était utilisé allait des troubles cardiaques, à l'impuissance, ou aux ulcères. Certains médecins prescrivaient des injections de radium comme tonique pour les patients qui étaient déprimés...

Dans les années 1930, des préparations à base de Radium sont vantées pour guérir de presque toutes les maladies imaginables de l'arthrite au cancer, de l'hypertension artérielle à la cécité. Quelle que soit sa puissance médicale, le radium avait certainement le pouvoir d'inspirer les charlatans.

En France, on trouve en pharmacie la crème Tho-Radia vendue selon la formule du Dr Alfred Curie (un médecin homonyme des fameux Pierre et Marie Curie), lire: "L'histoire étonnante du Tho-Radia".

Cette préparation qui contient une petites quantités de thorium et de radium, est censée effacer les rides du visage. Son slogan publicitaire : « La science a créé Tho-Radia pour embellir les femmes. A elles d'en profiter. Reste laide qui veut ! ».


En moyenne entre 1932 et 1937, la crème contenait pour 100 g: 0,50 g de chlorure de thorium et 0,25 mg de bromure de radium.




Ces deux publicités sont extraites du "Dictionnaire soins de beauté" de la marque Tho-Radia, voir quelques pages de ce "dictionnaire".


Et du talc Tho-Radia pour les bébés...


Mais Tho-Radia a de la concurrence...

La marque Radiumelys propose également des crèmes, des poudres de riz, des dentifrices et des sels de bains.

Un autre cosmétique qui porte le joli nom de Radiocrèmeline est censé avoir un pouvoir sédatif et provoquer la multiplication rapide des couches cutanées.


Avec la crème Activa, « on ne vieillit plus, mieux on rajeunit ! ».

     
"Une merveilleuse conquête de la science - La radioactivité mise au service de la beauté", L'Ouest-Eclair, 9 juillet 1914.

La poudre et la crème Alpha-Radium « porphyrisées par un procédé nouveau procure au visage le velouté mat si apprécié par la femme élégante ».


Sels de bain de la "Denver Radium Service" vers 1925, un moyen de lutter contre la nervosité, l'insomnie, l'épuisement général, l'arthrite, le rhumatisme...

A côté des produits de beauté, on trouve à cette époque en pharmacie des pommades et des comprimés à base de radium: Tubéradine pour combattre la tuberculose, Artoradine contre l'artériosclérose, Hémoradol contre l'anémie, Digéradine pour favoriser la digestion ou Vigoradine pour lutter contre la fatigue...


Voir la publicité pour la poudre Omira dans un livret publicitaire vers 1925 du Laboratoire de Radiumthérapie.



Voir la publicité pour Radiole et Radiodose dans le même livret publicitaire.



Voir la publicité pour les produits de beauté Eler dans le même livret.



Arium Medecine booklet, "active ingredient: radioactive RADIUM", 1931. Voir les tablettes Arium sur Oak Ridge Museum.



Le Doramad, dentifrice radioactif au thorium (Allemagne, 1940-1945). "Son rayonnement radioactif augmente les défenses des dents et des gencives. Les cellules sont chargées avec une nouvelle énergie de vie, l'effet destructif des bactéries est entravé. C'est ce qui explique la prophylaxie excellente et le processus de guérison des maladies gingivales..."


La pommade ophtalmique Radio-Bleu au bromure de radium.


La caoutchouthérapie, créée par le Dr Monteil. Les mentonnières en caoutchouc radioactif ont des effets merveilleux si on les porte une demi-heure par jour. « Vous serez belle éternellement et toujours jeune, Madame » promet la notice. Publicité dans La Mode Pratique, 1924.


Publicité de 1937 pour les gaines Radiante.


 

Et pourquoi pas des
préservatifs ou des torchons au radium.


 
Des compresses radioactives.


Les compresses Radiumcure sont célèbres pour calmer la douleur et empêcher l'inflammation.

Les pilules Radiovie sont préconisées par la réclame pour les anémiques, les neurasthéniques et les surmenés.


Extrait de : Nucléaire : bienheureuse insécurité, Alain Moreau, Editions L'Harmattan, 2003.

L'un des produits qui a le plus de succès est sans doute l'eau radioactive.


En 1937, un chercheur fait la démonstration du caractère radioactif d'une eau minérale, à l'époque, c'est encore un bon argument publicitaire (actuellement, ce serait Baboit, St. Alban, St Yorre et Perrier les plus radioactives) en France...

   

  

  

         

en Amérique...  

en Italie...  

Les cures thermales, en vogue avant même la découverte de la radioactivité, ont maintenant "une assise scientifique". On n'hésite pas à mettre en place des installations sophistiquées pour attirer les curistes. Il ne s'agit plus de proposer uniquement de l'eau radioactive mais également de l'émanation à inhaler grâce à des appareils adaptés. Pour rentabiliser ces investissements, on installe les curistes dans des cabines qui accueillent plusieurs malades à la fois. Ces séances d'inhalation collectives qui durent environ une heure font la renommée de certaines stations thermales comme celle de Spa en Belgique.

 

 
Actuellement,
la présence naturelle de radon dans les eaux thermales est encore mise à profit dans certains établissements thermaux qui pratiquent une thérapie particulière, "la thérapie radon", dans laquelle le radon est considéré comme un agent thérapeutique à part entière afin de traiter des pathologies respiratoires ou rhumatismales... Cette thérapie est pratiquée de manière spécifique et officielle (la reconnaissance officielle d'une source thermale comme source radon impose une concentration minimale en radionucléides dans cette eau) dans plusieurs stations, comme Jachymov en République Tchèque ou Bad Steben, Bad Münster am Stein, Bad Kreuznach, Sibyllenbad et Bad Brambach en Allemagne, à Misasa au Japon, en Russie...

 
La
Radonthérapie à Gastein: "Un climat bon pour la santé et unique au monde, grâce à la teneur élevée en radon (jusqu'à 4,5 nanocuries par litre d'air de la galerie)...", voir la vidéo: Radon Thermalquellen, Hotel Mirabell.


Actuellement (en 2011) les
cure thermale à Jáchymov: "la thérapie par le radon est purement naturelle... effets bienveillants du radon..." (extrait du supplément de la revue Industrie et Commerce tchèques). "Les thermes de Jáchymov, sont les seuls thermes de radon en République tchèque et ses eaux comptent parmi celles avec la plus grande radioactivité par litre au monde", (voir J. Phys. Radium Volume 6, Numéro 2, février 1925).

 

Quant à la cure de bains radioactifs, elle implique une vingtaine de séances à 35° 38° degrés, deux ou trois fois par semaine et il est vivement conseillé de renouveler l'opération deux semaines après la fin du premier traitement.

Et lorsque les eaux ne sont pas assez radioactives, on n'hésite pas à les recharger artificiellement en radioélément. De nouveaux appareils d'extraction de l'émanation fabriqués par des médecins ou des physiciens seront utilisés en dehors des stations thermales.

 

Quoi de plus agréable que de prolonger les bienfaits d'un traitement en optant pour une cure de boisson chez soi ? De nombreuses sociétés qui commercialisent déjà des produits au radium (Erco, la Société d'application du radium, l'Office français du radium) se lancent dans ce nouveau créneau. Elles proposent une eau radioactive "à domicile". Leurs "cafetières à radium" et "fontaines à radium" feront partie des plus belles réussites commerciales du marché des produits radioactifs à destination du grand public. Leur principe de fonctionnement est relativement simple : une capsule de sels de radium est logée à l'intérieur de l'appareil, l'eau absorbe l'émanation et devient alors radioactive. La cure de boisson doit durer 21 jours, annonce la notice. On arrête ensuite une semaine et on recommence.

   
Fontaines à radium des années 1920-1930 pour rendre l'eau radioactive.

 
Le Revigator fut probablement la plus populaire des fontaines à radium, il fut vendu à des centaines de milliers d'exemplaires entre 1920 et le milieu des années 1930 (on en trouve en vente sur Ebay aux USA).


Le Radium Emanator
Zimmer a été conçu pour être immergé dans une carafe d'eau.

L'être humain n'est pas le seul à bénéficier de produits au radium. Les animaux et les plantes y ont droit aussi. « Engraissez tous vos animaux de ferme ou de basse-cour avec Provadior, véritable provende française contenant du radium » annonce un fabricant.


Aliment pour bétail au Radium.


Publicité de 1919 de DF (Alimentation Rationelle et scientifique pour animaux),
aliment complet, concentré radio-actif, créé par le Dr J. Foix de la Faculté de Paris (
voir en grand).

De nombreux engrais, faiblement radioactifs, sont proposés aux agriculteurs, tels Excitor Agral.


Publicité vers 1915 aux USA.  

 
" Influence de la radioactivité dans la culture du chou.", extrait du Manuel pratique du radium (voir: l'emploi des boues radioactives), Félix Colomer, 1926.

 


La laine Oradium, était préconisée dans la confection de layette des nourrissons pour ses « extraordinaires effets de stimulation organique d'excitation cellulaire transmis par le radium ».



Affiche Iradia 1930.

 
Les appâts radioactifs "La Radia", publicité dans L'Ouest Eclair, 22 juin 1931.


Le nettoyant à mains au radium de la Radium Compound Company entre 1910 et 1920.


Des bougies au polonium 210 censées ioniser le mélange avant de l'allumer. C'est à Alfred Hubbard que l'on attribue l'idée d'utiliser des substances radioactives dans les bougies, le brevet date de 1929, mais les premières bougies radioactives n'ont pas été disponibles avant 1940. La société Firestone Tire and Rubber serait la seule à les avoir commercialisées.

En 1932, une publicité de Frederick Godfrey, qui s'auto-proclame "bien connu spécialiste britannique des cheveux", annonce "l'une des plus importantes réalisations scientifiques de ces dernières années", un tonique capillaire radioactif.


Évitez les cheveux gris avec le Caradium, vers 1934.

Une barre de chocolat au radium a été vendue en Allemagne comme un "rajeunisseur".


Burk & Braun, Allemagne, le brevets de Senftner (1931/1936) décrit comment ajouter du bromure de radium radioactif au chocolat.

En 1953 une société de Denver faisait la promotion le promotion d'un gel contraceptif au radium.

L'engouement pour l'eau au radium a également donné un coup de fouet aux stations thermales à l'eau radioactive comme Hot Springs, en Arkansas, qui est maintenant un parc national encore florissant. En 1952, un article dans le magazine Life quant aux prétendus avantages pour la santé du radon a envoyé des milliers de personnes souffrant d'arthrite dans les mines abandonnées pour respirer un "remède naturel".

A l'intérieur de la Merry Widow Health Mine, les gens se détendent tandis que leurs douleurs se guérie. Voir la vidéo en Realvideo 33Kb.

La Merry Widow Health Mine, près de Butte, Montana, (ou son nom proche et rassurant: la Sunshine Radon Health Mine), continue en 2008 de faire de la publicité pour les personnes souffrant d'arthrite, de sinusite, de migraine, d'eczéma, d'asthme, de rhume des foins, de psoriasis, d'allergies, de diabète et d'autres maux "de passer une heure et demie dans les mines, trois fois par jour pendant dix ou onze jours"...