Gif-sur-Yvette


Les anciens laboratoires de chimie de la
Société Nouvelle de Radium (SNR) à Gif-sur-Yvette (Essonne).

 


Libération, 12/4/03:
[Photo rajoutée par Infonucléaire.]

Le radon, du poison maison
Des habitants d'un ancien site industriel mal décontaminé s'insurgent.

«Ma maison est un lieu de stockage gratuit de déchets nucléaires et je dois payer pour la faire nettoyer ?» Mme Léonard, résidente [...] se promenant «Chemin du Radium», à Gif-sur-Yvette (Essonne), on se laisse séduire par l'endroit. De jolies maisons, des rosiers en fleur, des oiseaux qui chantent, la totale pour une vie de plénitude et sans histoires. Pourtant, trois familles sont embourbées depuis des années (bientôt trente ans pour deux d'entre elles) dans des histoires de maisons contaminées au radium, un minerai naturellement radioactif. A bout de nerfs, les habitants ont joué leur dernier va-tout la semaine dernière en apportant au ministère de l'Ecologie des échantillons de céramique, de terre et de poussières radioactives issus de leur jardin ou de leur chambre. Ils réclament une décontamination totale et définitive aux frais de l'Etat, et quand celle-ci est trop complexe, une expropriation correctement indemnisée. «Il existe une volonté sincère de faire aboutir le dossier», rassure-t-on dans l'entourage de la ministre.

Depuis 1996, les Léonard vivent dans une bâtisse «de caractère», en fait un ancien laboratoire qui utilisait et revendait du radium. «Quand vous élevez vos enfants dans une maison contaminée, vous vivez un cauchemar», affirment les parents. José Garcia, lui, se bat depuis 1975 pour que l'on décontamine sa maison archi-truffée de radon, gaz radioactif issu du radium. Il s'est installé avec sa famille aux Petites Coudraies en 1964. Comme les Jerzyck. A l'époque, on leur assure que tout va bien : les maisons ont été décontaminées et les enfants peuvent s'amuser dans le jardin sans s'inquiéter.

Miraculeux. Le quartier n'est pas, loin s'en faut, le seul endroit contaminé au radium. En 1997, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a inventorié une quarantaine de sites en région parisienne, dont une halte-garderie, rue Chomel à Paris (fermée en mai 2000), et l'école Marie-Curie à Nogent-sur-Marne. S'il existe beaucoup de sites dans ce cas-là, c'est parce qu'on a abondamment manipulé le minerai en France dans les années 20. On le considérait comme une substance miraculeuse dont il fallait badigeonner le quotidien. On en a fait des aiguilles, des cafetières, des rasoirs ; on a enduit de peintures luminescentes les chiffres des cadrans de pendules, de boussoles, de montres... On l'a extrait, traité et commercialisé sans se soucier de sa dangerosité. Les hôpitaux l'utilisaient sur les conseils de Marie Curie et les médecins s'en procuraient en douce.

A Gif-sur-Yvette, de 1907 à 1956, la Société nouvelle du radium a commercialisé le radioélément sur le quartier des Petites Coudraies. Ensuite, les installations ont été abandonnées avant d'être officiellement décontaminées en 1959 (1). A l'époque, le Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) déconseille aux riverains de cultiver des légumes, tout en assurant qu'il n'y a aucun risque sanitaire. Mais en 1975, un ingénieur du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) tout proche s'installe aux Petites Coudraies. Il procède, à titre personnel, à des mesures et constate que sa maison présente des «points chauds» de présence de radium. José Garcia, qui vit ici depuis 1964, emmène ses enfants faire des analyses anthropogammamétriques pour quantifier l'activité radioactive. On lui fait part des résultats... vingt-cinq ans plus tard ! «Mes enfants auraient dû subir un suivi médical. On ne m'a rien dit.»

Série d'analyses. «Le cas de Gif-sur-Yvette est d'autant plus délicat qu'officiellement tout a été décontaminé, en [1969] d'abord, puis en 1975, puis en 1981 !», explique Roland Desbordes, président de la Criirad, un laboratoire indépendant de mesures sur la radioactivité. En 1999, les relevés de la Criirad montrent que la décontamination n'est toujours pas complète. Début 2000, le préfet ordonne une nouvelle série d'analyses. L'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, successeur du SCPRI) s'en charge et indique que le radon constitue la principale source d'exposition. Sur 80 maisons, une vingtaine présentent des «points chauds» de contamination, et quatre des concentrations élevées de radon. Comme la maison des Garcia, où la concentration est 80 fois supérieure à la moyenne annuelle acceptable. Mais les experts de la Criirad estiment que leurs confrères de l'IRSN ont ignoré l'inhalation de particules en suspension. «Dans la maison des Léonard, on a trouvé des poussières radioactives sous la moquette à des doses de l'ordre de plusieurs dizaines de millisieverts par an (2) », explique Bruno Chareyron, du Criirad. Comme les mesures officielles ont été faites à 50 cm du sol, pas étonnant que les ingénieurs soient passés à côté des particules bloquées sous la moquette.

Ballottées entre les experts, usées par des années de procédures et de paperasses, les familles doivent aussi affronter les organismes officiels en charge du dossier. Pour aider les habitants à décontaminer leurs maisons, la Direction de la prévention des pollutions et des risques crée le Fonds radium en septembre 2002. Ce fonds finance les travaux à hauteur de 50 %, le reste étant à la charge des propriétaires. «On nous traite comme des pollueurs-payeurs, s'insurge Marie-Pierre Léonard. Ma maison est un lieu de stockage gratuit de déchets nucléaires et je dois payer pour la faire nettoyer ?»

Le Fonds radium statue au cas par cas. «Les expertises des services de l'Etat n'ont pas, et n'ont jamais eu, de vision réaliste de la contamination de ces maisons, regrette Roland Desbordes. Comment voulez-vous établir un devis de travaux correct si l'état des lieux de la contamination ne l'est pas ?» Les frémissements d'une issue favorable se font sentir aujourd'hui, mais trois familles auront dû vivre durant des années au contact de matières dangereuses du fait de la gestion désastreuse d'un vieux site industriel. A l'IRSN, un responsable admet que «cela soulève le problème du devenir des déchets radifères. Puisque, à part les entreposer, on ne sait pas quoi en faire».

Laure NOUALHAT

(1) Libération du 13 novembre 1990.
(2) Mesure du risque d'irradiation. Les normes européennes fixent à 1 mSv/an la norme maximale acceptable par le corps humain.

 


Le Parisien, 31 mars 2003:

Radioactivité: le quartier contaminé saisit l'Etat

LES MAISONS radioactives de Gif-sur-Yvette seront-elles un jour décontaminées ? Les habitants, qui se battent depuis des années pour être entièrement indemnisés par l'Etat, ont décidé de saisir directement le gouvernement. Cet après-midi, avec les responsables de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad, association à but non lucratif), ils s'inviteront aux ministères de l'Ecologie et de la Santé. Analyses à l'appui, ils démontreront que quatre familles de Gif vivent dans un environnement très dangereux et qu'il faut les exproprier ou décontaminer de toute urgence. Faute de quoi la Criirad menace de porter plainte.

« Nous sommes des victimes, pas des pollueurs »
C'est le résultat des derniers prélèvements, pratiqués en juillet et octobre 2002, qui a poussé la Criirad à tirer une nouvelle fois la sonnette d'alarme. Les scientifiques, qui examinaient la maison de la famille Léonard, ont découvert des microparticules radioactives particulièrement dangereuses. Dans le bureau, sous une moquette, ils ont prélevé des poussières, invisibles mais tellement chargées en radium qu'un enfant peut ingérer des doses 200 fois supérieures à la norme. Même chose dans le jardin, où les chercheurs ont déterré, à 15 cm de profondeur seulement, des carreaux de céramique très irradiants. Des découvertes en contradiction avec les rapports réalisés ces dernières années par les laboratoires de l'Etat. « Ils ont fait ses mesures à 50 cm du sol, sans chercher plus loin », accuse Corinne Castanier, la directrice de la Criirad. « Du coup, ils ont totalement sous-évalué les risques sanitaires, en concluant que la maison et le jardin sont habitables, alors que les conséquences pour la santé peuvent être très graves. » Mettant en cause l'ensemble des conclusions des organismes étatiques, la Criirad et les propriétaires des maisons radioactives demandent maintenant au ministère de l'Ecologie de faire pratiquer des contre-expertises, par des laboratoires indépendants. Et ils insistent pour que le programme de décontamination soit amélioré. « Il faut que l'on retire tout le radium, y compris sous les planchers et les moquettes », souligne Marie-Pierre Léonard, présidente d'une association d'habitants des Coudraies, « et il faut que l'Etat paie l'intégralité des travaux, alors qu'il propose de ne financer que la moitié. Nous sommes des victimes, pas des pollueurs. » Cette position a reçu le soutien de la députée Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), qui plaide pour que l'Etat prenne en charge la décontamination (ou l'expropriation si la propriété est vraiment trop polluée) des maisons radioactives de Gif. « J'ai fait voter un amendement à la loi sur les risques industriels qui obligera les vendeurs à signaler si leur terrain a pu stocker, par le passé, des matières dangereuses. Il ne faut pas que ce genre de situation se reproduise. » La Criirad et l'association AVPV organisent une réunion publique ce soir à 21 heures, salle de l'Orangerie, Gif-sur-Yvette.

Sandrine Binet

 

 

Communiqué CRIIRAD
Valence, le 26 mars 2003:

Contamination du quartier des Coudraies, à Gif-sur-Yvette (Essonne)
Découverte de particules chaudes par le laboratoire de la CRIIRAD

Conférence de presse
lundi 31 mars à 11h00
22, rue de Milan (France Libertés), Paris 9ème

 

Objet

En 1999, le laboratoire de la CRIIRAD démontrait la contamination d'un quartier de Gif-sur-Yvette où avaient fonctionné, de 1912 à 1957, une usine d'extraction du radium et un laboratoire d'essai de substances radioactives. Les efforts entrepris en liaison avec les propriétaires des terrains les plus contaminés (action en justice, conférence de presse, interpellation des responsables...) ont porté leurs fruits : les interventions de l'Etat se sont multipliées (OPRI, IPSN, IRSN, ANDRA, Comité radium...).

Aujourd'hui, les nouveaux contrôles réalisées par la CRIIRAD à la demande des propriétaires démontrent que la méthodologie utilisée par les experts officiels ne permet pas de diagnostiquer correctement les risques. Ont été fortement sous-évalués (et parfois totalement ignorés) les risques liés à l'ingestion et à l'inhalation de particules chaudes (poussières très radiotoxiques facilement incorporables).

Des échantillons radioactifs prélevés dans les propriétés concernées seront contrôlés publiquement avant d'être déposés aux ministères de la Santé et de l'Ecologie pour contre-expertise, accompagnés du procès-verbal d'huissier et de la synthèse scientifique établie par la CRIIRAD.

Intervenants

* Roland Desbordes, physicien, président de la CRIIRAD

* Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire CRIIRAD

* Marie-Pierre Léonard, présidente de l'AVPV, association regroupant les propriétaires les plus touchés.

* Maître Hébert-Suffrin, en charge de la plainte contre X déposée avec constitution de parties civiles.

Déroulement

* Au cours de l'après-midi, les présidents de la CRIIRAD et de l'AVPV se rendront au ministère de la Santé puis au ministère de l'Ecologie et du Développement Durable.

* Pendant ce temps, Bruno Chareyron se tiendra à la disposition des journalistes qui le souhaitent pour effectuer des contrôles dans les habitations et les terrains contaminés. Par ailleurs, une réunion-débat aura lieu à 21h, salle de l'Orangerie, près de la mairie de Gif-sur-Yvette.

Renseignements complémentaires :

* Les courriers adressés ce jour aux Ministres de la Santé et de l'Ecologie ainsi que les rappels chronologiques seront disponibles sur le site internet de la CRIIRAD à partir du jeudi 27 mars ­ 16 h.

* Informations à la CRIIRAD : au standard pour toutes questions relatives à l'organisation (lieu, contacts, horaires, rendez-vous...) ou auprès de Bruno Chareyron pour toutes les questions relatives au contenu du dossier.

* Vous pouvez également joindre Mme Léonard (AVPV) au 01 69 07 20 92 ou par mél à : avpv@wanadoo.fr

CRIIRAD
Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité
471 av. Victor Hugo
26 000 VALENCE - FRANCE
Tel: 00 33 04 75 41 82 50
Fax: 00 33 04 75 81 26 48
E-mail: contact@criirad.com

 

 

Le Parisien, 20/12/02:

Gif-sur-Yvette
Ils ne veulent plus habiter un quartier radioactif

«DANGER, maison contaminée ». Le sigle radioactif estampille la pancarte que vient d'installer José Garcia dans son jardin. « C'est le ras-le-bol qui s'exprime avec ce panneau », résume le retraité, dont la maison à Gif-sur-Yvette est contaminée depuis 1964 au radium et au radon, un minerai et un gaz radioactifs. Les habitants du quartier croient que l'Etat les a abandonnés. Un nouvel allié vient de prendre leur défense : la députée UMP Nathalie Kosciusko-Morizet qui compte bien rappeler leur existence aux pouvoirs publics. Le quartier des Coudraies à Gif est installé sur l'ancien site industriel de la Société nouvelle du radium, spécialisée jusqu'en 1957 dans l'extraction de ce minerai, très prisé à l'époque en radiologie et en cosmétique ! [Voir Tho-Radia et Radium and Beauty par exemples]
La lettre qui relance le dossier Les époux Garcia réclament, depuis trente ans, une décontamination complète de leur habitation. « Les services spécialisés de l'Etat ont prétendu l'avoir réalisée en 1975, mais ce n'est pas du tout le cas », assure José Garcia. En l'an 2000, une grande campagne de mesures a été réalisée sur 90 maisons du quartier. Une vingtaine présentent des traces de contamination, dont quatre enregistrent des taux de radon (le gaz radioactif dégagé par le radium) dangereux. Mais alors que, depuis trente ans, le dossier reçoit des fins de non-recevoir des autorités, une lettre de la députée essonnienne Nathalie Kosciusko-Morizet vient de relancer l'affaire. L'élue (UMP), spécialiste des affaires environnementales, vient d'écrire à la ministre de l'Ecologie et du
Développement durable, Roselyne Bachelot, en estimant que « la solution la plus judicieuse est l'expropriation ». « En France, il existe un gros problème concernant les anciens sites industriels non dépollués, reconnaît la jeune députée. Dans le cas des Garcia, on ne pourra pas confiner la pollution, il faut donc exproprier. Mais ce qui me frappe, c'est qu'aucune intervention n'ait jamais abouti. Comme on ne peut plus retrouver le
propriétaire responsable de la pollution, l'Etat doit intervenir. » Les autres habitants, moins touchés que les Garcia, espèrent de leur côté que les travaux de décontamination seront pris en charge dans le cadre du fonds radium. « Notre maison est contaminée au sous-sol par du radon, expliquent les époux Jersyk. Un devis a évalué les travaux à 260 000 Euros (1,7 million de francs), alors que notre maison est estimée à 27 000 Euros de moins. » Le fonds radium prévoit de couvrir la moitié du montant des devis. « Il est hors de question qu'on paye autant pour une pollution qui n'est pas de notre fait », assurent les deux retraités.

 


Le Parisien, 10/7/02:

Radioactivité, les habitants de Gif veulent être indemnisés

LE RADIUM, les habitants du quartier des Coudraies à Gif-sur-Yvette le connaissent. Ce minerai radioactif, présent à l'état naturel dans le sol, était extrait dans leur quartier jusque dans les années cinquante par la Société nouvelle du radium. Depuis l'abandon du site en 1957, les riverains se sont installés, sans être forcément informés du passé du site. Aujourd'hui, et pendant toute la journée, ils vont tenter de faire enfin reconnaître par l'Etat la spécificité de leur situation pour réclamer des indemnisations. La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Crii-Rad), créée après l'accident de Tchernobyl en 1988, vient d'ailleurs leur prêter main-forte, en effectuant des mesures de radioactivité dans les rues du quartier.

Deux actions en justice. La journée débutera, et ce n'est pas un hasard, devant la maison de José Garcia. Ce retraité de 69 ans a relancé l'affaire en 1998. Logé avec sa famille dans une maison contaminée au radon (le gaz radioactif dégagé par le radium) depuis plus de trente ans, il accuse l'Etat de l'avoir laissé s'installer dans une maison dangereuse. Devant les lenteurs des autorités, il a même entamé deux actions en justice : la première au tribunal administratif pour obtenir une prise en charge des travaux de décontamination, et la seconde au pénal, contre plusieurs services de l'Etat pour « omission de porter secours » et « mise en danger de la personne ». « Force est de constater qu'au tribunal administratif, on se trouve face au dédain, voire à l'approximation de l'administration, assure M e Marc Héber-Sufrin, l'avocat de José Garcia. Dans ses dernières conclusions, en juin dernier, le commissaire du gouvernement ne reconnaît aucune faute de l'Etat. Comment prétendre, par exemple, qu'il n'y a aucune faute de l'OPRI, alors qu'on sait depuis trois ans que le dossier médical des enfants Garcia a été caché ? » Quant au volet pénal, la plainte déjà instruite par deux juges d'instruction n'a toujours pas abouti. Les riverains du quartier espèrent donc beaucoup de la création du « fonds radium » promis par l'Etat. Destiné à financer les travaux de décontamination, qui peuvent s'élever à plus de 152 000 Euros (1 MF), il n'a malheureusement toujours pas vu le jour. « Le fonds radium est une véritable Arlésienne, dénonce Marie-Pierre Léonard, responsable de l'Association de préservation du périmètre Vert (APVP). Dans notre cas, on avait souhaité avancer les frais des travaux, qui nous seraient ensuite remboursés par le fonds radium. L'entreprise, pourtant mandatée par les autorités pour réaliser la décontamination, n'est jamais venue ! »

 

 

Le Parisien (Essonne matin), 8 avril 2002.

 

Le républicain, 7 mars 2002.

 

Le Parisien (Essonne matin), 4 mars 2002.

 

Le républicain, 20 décembre 2001.

 

 

Chronologie des événements aux Petites Coudraies
(L'après SNR)

1900 à 1957 : La Société Nouvelle du Radium (SNR), créée par Jacques Danne, collaborateur de Pierre et Marie Curie, a développé les applications, notamment médicales, du Radium. A cet effet, Jacques Danne crée deux entités : une usine de production de radium, à partir de Pechblende et un laboratoire situé aux Coudraies. La SNR est mise en liquidation judiciaire en 1957. 

1957 à 1959 : la contamination des lieux est avérée, mais le CEA considère que les travaux nécessaires sont trop importants pour qu'il les prenne en charge. Le 15 décembre 1959, le maire de Gif diffuse un arrêté interdisant l'accès et l'utilisation des bâtiments et terrains de la SNR.

1960 à 1969 : recherches de solutions pour la décontamination du site.
Finalement, le 16 juin 1969, mise en demeure de Mme Danne par le Préfet de l'Essonne de faire procéder à la décontamination dans un délai d'un mois. Le CEN (Saclay) avec qui le contrat est signé, termine une première phase de travaux le 17 août. 400 fûts de déchets sont évacués vers le CEN-S.
Une deuxième phase de travaux se termine en novembre 1969 -décontamination de la bibliothèque, de la piscine et de canalisations. Un contrôle est fait le 4 12 1969.

1970 : le SCPRI (ancien OPRI) adresse au Préfet des Yvelines une lettre dans laquelle il se déclare favorable à la levée des arrêtés qui frappent la propriété sous réserve que les bâtiments contaminés soient détruits et qu'une partie de la terre du jardin soit enlevée dans les conditions définies par le SCPRI.

1974 à 1975 : démolition des bâtiments et évacuation des déchets par le SPR. Ces travaux permettent la réalisation du lotissement de la Petite Coudraie. Dans le même temps, mise en évidence de contamination et de fortes présomptions de contamination dans les terrains avoisinants -MM. Morvan, Garcia et Lecomte-

1975 à 1983 : après décontamination chez M. Morvan et travaux chez M. Garcia, 39 autres propriétés présentent des traces de contamination. Il est à noter que la réalisation du diagnostic est élargi au Clos Rose à Gif.
En 1976, le SPR, mandaté par la Préfecture procéde à des contrôles et élimine un certain nombre de contaminations ponctuelles.
En août 1977, le CEN-S adresse au Sous-Préfet de Palaiseau un dossier portant sur l'ensemble des mesures et qui propose des niveaux limites d'irradiation et des consignes de décontamination ainsi qu'une estimation du coût des travaux. Aucune suite officielle n'est donnée à ce document. Quelques assainissements ponctuels sont effectués (propriétés Dizier et Peltier)

1984 : Suite à l'intervention de M. Tavernier, Député de l'Essonne, une réunion est organisée au CEN-S avec le SPR et le SCPRI. Il est conclu qu'il n'existe pas, dans les conditions actuelles de risque sanitaire et qu'une décontamination complète rencontrerait des difficultés techniques considérables et entraînerait des dépenses sans commune mesure avec le risque encouru. Il estime toutefois que le moindre usage imposé aux propriétaires et la moindre value des propriétés constituent un problème qu'il serait anormal de faire supporter aux propriétaires ou à la commune. Il se propose d'en saisir le gouvernement par une question écrite.

1990 : 26 novembre, compte rendu d'une réunion (SCPRI, CEA et Préfecture de l'Essonne) : les autorités préfectorales n'ont pris aucune disposition depuis 1977 pour réglementer l'utilisation des terrains dans cette zone. Le SCPRI considère qu'il ne pouvait pas imposer des décontaminations ou des servitudes lourdes car il ne disposait à l'époque d'aucune réglementation concernant la radioactivité naturelle.

1997 : M. Destot, député de l'Essonne, intervient sur la demande de M. Garcia auprès du médiateur de la République, M. Pelletier.

1998 : lettre du Préfet de l'Essonne à M. Garcia lui demandant de prendre contact avec la DDASS et l'OPRI. Le 12 octobre 1998, l'OPRI effectue des mesures chez M. Garcia.

1999 : les événements se précipitent. M. Garcia découvre que les résultats réels pratiqués sur ses enfants en 1976 par le SCPRI lui ont été cachés. Dans la foulée, les 8 et 9 novembre, M. Garcia demande l'intervention de la CRII-RAD. La presse intervient. M. Garcia porte plainte au tribunal administratif.

2000 : suite à ce scandale, le Sous-Préfet de l'Essonne, M. Marzoratti lance une campagne de mesures sur tout le quartier. Un groupe de travail technique est constitué de membres de l'Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (IPSN), de l'Office contre les Rayonnements Ionisants (OPRI) de l'Institut de Veille Sanitaire (INVS) et de la DDASS. A propos de l'affaire Garcia, l'opri pense qu'il y a eu faute et demande au Procureur de la République de le confirmer.
Parallèlement, M. Garcia, ses enfants et la CRII-RAD portent plainte contre X auprès du tribunal d'Evry avec constitution de partie civile.
Juin 2000 : création de l'Association pour la Valorisation du Périmètre Vert.

2001 : en janvier, les résultats définitifs de la campagne sont prêts et communiqués. Les déclarations publiques données par les autorités font état de 23 propriétés comportant dans les sols une radioactivité supérieure à la normale, 8 propriétés comportant une contamination au radium à l'intérieur des maisons (d'ordres de grandeur respectifs très différents), 4 maisons doivent subir un diagnostic radon, afin de corriger une teneur en radon trop élevée dans les pièces à vivre : la prise en charge financière des travaux à venir doit être assurée par l'Etat.
En ce qui concerne la décontamination radium à l'intérieur des maisons, les travaux supervisés par l'ANDRA restent à la charge des propriétaires (un fonds radium est en discussion pour leur venir en aide).
La décontamination des terres ne trouve pas encore de solution (servitudes, enlèvement, recouvrement ???.....)
De son côté M. Lasbordes, Député de l'Essonne, pose à plusieurs reprises des questions orales ou écrites à Mme Voynet afin d'attirer son attention sur l'inquiétude des habitants du quartier d'ordres sanitaire comme patrimonial.

Sources :
- D. CENS/SPR n° 84-305 HV/dl juillet 1984
- IPSN étude historique du site de la SNR de sa création à nos jours février 2001
- AVPV