Sortir du nucléaire: le discours de Sarkozy "sorti du siècle passé"

25/9/2008 - Le discours du président Nicolas Sarkozy sur le nucléaire "semble sorti tout droit du siècle passé", a estimé jeudi le réseau Sortir du Nucléaire. Nicolas Sarkozy a annoncé à Toulon son intention d'accélérer le remplacement des centrales nucléaires "par les centrales de la nouvelle génération". Le discours du chef de l'Etat "semble sorti tout droit du siècle passé, particulièrement dans ses tentatives de promouvoir l'énergie nucléaire", estime Sortir du nucléaire dans un communiqué. Nicolas Sarkozy "fait preuve d'un surprenant aveuglement en continuant à penser que le nucléaire est une énergie propre", ajoute le réseau, qui "exige un grand débat national sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires". M. Sarkozy avait annoncé début juillet la construction en France d'un second réacteur nucléaire [dit] de troisième génération EPR dont la construction pourrait démarrer en 2011. Un premier EPR est actuellement en chantier à Flamanville (Manche) et doit entrer en service en 2012.

 


Sarkozy veut accélérer le remplacement des centrales nucléaires

25/9/2008 - Le président Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à Toulon son intention d'accélérer le remplacement des centrales nucléaires "par les centrales de la nouvelle génération". "Le remplacement de nos centrales nucléaires par les centrales de la nouvelle génération sera accéléré", a déclaré le chef de l'Etat dans un discours sur la situation économique, après avoir assuré que le gouvernement allait "développer massivement les programmes de recherche dans les nouvelles sources d'énergie" et "les technologies propres". M. Sarkozy avait annoncé début juillet la construction, en France, d'un deuxième réacteur nucléaire [dit] de troisième génération EPR dont la construction pourrait démarrer en 2011. Un premier EPR est actuellement en chantier à Flamanville (Manche, ouest) et doit entrer en service en 2012.

 


Magazine Challenges, 6/12/2007: 

Un second réacteur nucléaire en france crée des étincelles

Pierre Gadonneix, PDG d'EDF, ne veut pas entendre parler d'un concurrent nucléaire sur le sol français. Mais il ne le dit pas en ces termes. Le rusé patron, qui préfère persuader ses interlocuteurs qu'un second EPR est inutile, dit ne pas être oppose a la concurrence.

La preuve ? Il vient de signer un accord sur le nucléaire avec Enel. Le groupe italien prendra à sa charge 12,5% de l'investissement dans l'EPR de Flamanville en échange de l'équivalent en production électrique. «Personne n'est exclu de cet investissement», ajoute Pierre Gadonneix, prêt à passer un accord avec GDF-Suez : un droit de tirage sur Flamanville, en échange de Distrigaz, la filiale de distribution dont le groupe franco-belge doit se séparer.

Mais il s'oppose à la construction d'un second réacteur qui serait opéré par un autre que lui. «Il n'y a pas de place pour du nucléaire supplémentaire avant 2020», observe-t-il. Et pour étayer sa démonstration, il s'appuie sur le dernier bilan prévisionnel du RTE, le gestionnaire des réseaux électriques, qui anticipe «une modération dans la consommation électrique» à cause des efforts d'économie d'énergie, tandis que quatre centrales au gaz à cycle combiné entreront en service et que de nouvelles éoliennes procureront 2000 mégawatts supplémentaires. EDF prévoit d'augmenter la puissance des centrales nucléaires existantes, ce qui produira encore 2 000 mégawatts de plus. Bref, les besoins seront couverts.

Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, veut au contraire construire un second EPR en France. Il part du même bilan prévisionnel du RTE pour arriver à des conclusions opposées. Il ne croit pas un seul instant que les éoliennes ou l'augmentation de la puissance des centrales nucléaires existantes seront suffisantes pour faire face aux besoins, estimés par le RTE à 4000 mégawatts, soit l'équivalent d'au moins deux EPR.

Derrière cet argument technique, Gérard Mestrallet envoie un signal clair à Pierre Gadonneix : il n'échangera pas Distrigaz contre un vague droit de tirage sur Flamanville. Il veut opérer sa centrale tout seul sur le sol français. C'est en tout cas à l'Etat de trancher cette délicate querelle d'experts.

 


Les Echos, 30/11/2007 : 

EDF et Suez s'opposent sur la construction d'un deuxième EPR

Le chantier du tout premier EPR français à peine lancé, faut-il prévoir la construction d'un réacteur nucléaire supplémentaire avant la fin de la prochaine décennie ? Le débat a donné lieu à quelques échanges nourris au sein de la commission Syrota, chargée ces derniers mois de tracer les perspectives énergétiques de la France à l'horizon 2020-2050. Il ressurgit ces jours-ci, alors que le gouvernement commence à plancher sur la nouvelle programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production électrique. Dans ce cadre, les pouvoirs publics devront arbitrer entre deux points de vue opposés. D'un côté EDF, qui ne voit pas l'utilité de construire de nouvelles tranches nucléaires dans l'Hexagone avant 2020. De l'autre Suez, son principal challenger, qui n'a pas encore officiellement décidé d'investir dans un EPR, mais prône tout de même la construction « d'au moins » un réacteur supplémentaire sur le territoire français entre 2017 et 2020. Au sein du groupe franco-belge, on indique avoir déjà remis des « éléments d'information » aux autorités françaises, allant tous dans le même sens : dans dix ans, « un réel besoin » en électricité de base se fera sentir si l'on ne muscle pas le parc nucléaire français. Le discours est radicalement différent chez EDF, peu pressé de voir un concurrent marcher sur ses plates-bandes nucléaires. Au sein de l'entreprise publique, on considère qu'il n'y a « pas de place pour du nucléaire supplémentaire avant 2020 ». S'appuyant sur le dernier bilan prévisionnel de RTE (lire ci-dessous), l'électricien tricolore souligne en premier lieu que les politiques encourageant les économies d'énergie et la maîtrise de la demande se traduiront à l'avenir par une croissance plus faible de la consommation de courant.

La situation a changé
Surtout,
l'opérateur historique a récemment sorti de ses cartons une botte secrète : dans les années qui viennent, il prévoit d'augmenter de 6 % à 7 % la puissance de toutes ses centrales de 1.300 mégawatts actuelle. Une vingtaine de tranches au total, mises en service entre 1985 (Paluel) et 1994 (Golfech), à une époque de surcapacité où l'entreprise n'avait pas besoin d'exploiter tout le potentiel de son parc. La situation a changé. Et aujourd'hui, EDF est bien décidé à utiliser ce levier, avec à la clef une production additionnelle de l'ordre de 15 térawattheures (TWh) par an. Ces volumes de courant supplémentaires viendront s'ajouter aux 13 TWh fournis par l'EPR de Flamanville, à compter de 2012. En améliorant la disponibilité de ses centrales et la gestion de son combustible, l'électricien français s'estime en outre capable de produire 5 TWh de plus d'ici à la fin de la prochaine décennie. Potentiellement, le gain de puissance pourrait donc, selon lui, dépasser les 30 TWh à l'horizon 2020. Sans qu'il soit nécessaire de construire une centrale nucléaire supplémentaire. Ces hypothèses, les équipes de Suez les trouvent trop optimistes. D'après elles, elles placeraient la France dans une situation « limite » en termes de sécurité d'approvisionnement. Un spécialiste du sujet souligne notamment que les projections d'EDF reposent sur un postulat de départ très contestable : l'amélioration progressive du taux de disponibilité de ses centrales. « Si EDF parvenait à augmenter de 2 % le taux d'utilisation de son parc sur la période considérée, il est vrai que cela reviendrait à construire un EPR de plus en termes de puissance, observe cet expert, mais l'histoire récente ne va pas dans ce sens... Cette année, le groupe n'a pas gagné, mais perdu plus de 2 points de disponibilité. »

 


Sarkozy défend la primauté de l'électricité nucléaire

12/10/2007 - Le président Nicolas Sarkozy a défendu vendredi la primauté de l'électricité d'origine nucléaire, lors de la visite d'une centrale près de Dieppe, en Seine-Maritine. "La filière nucléaire française a beaucoup d'avenir, ça restera le coeur de la production électrique de notre pays (...) Il faut développer les nouvelles générations de centrales", a-t-il dit à des salariés de la centrale nucléaire de Penly. "Si la France produit deux fois moins de gaz à effet de serre par habitant que les autres pays d'Europe, c'est parce qu'on a le nucléaire", a-t-il poursuivi. "Ça ne veut pas dire que les énergies renouvelables n'ont pas d'avenir", a-t-il dit. "On va mettre le paquet sur le renouvelable mais quels que soient les efforts sur le renouvelable ça ne viendra jamais compenser ce que représente le nucléaire dans la production électrique française." Nicolas Sarkozy a précisé qu'EDF ouvrirait une nouvelle tranche par an au cours des six prochaines années. "Ça veut dire qu'EDF va augmenter sa capacité de production, va créer des emplois et va se développer", a fait valoir le chef de l'Etat, qui a estimé à 10.000 le nombre d'emplois qui seront créés dans la branche production d'EDF durant les cinq prochaines années.

 


Le Figaro, 21/10/2004 : 
- EPR de troisième génération : des progrès importants pour la sûreté
(non, archi faux)
- Le nucléaire tente de s'imposer comme la première alternative au pétrole (Allez, pour rire... bientôt les avions, camions, voitures, motos... atomiques)

 

Le canard Enchainé, 20/10/2004:

Les vraies-fausses raisons de relancer le nucléaire
Le gouvernement va donner son feu vert au nouveau réacteur EPR. La France n'en a pas besoin, mails il lui faut une "vitrine" pour l'exportation.

Le baril de pétrole à plus de 50 dollars ne met pas tout le monde de mauvaise humeur. Il y a même des imprudents pour s'en réjouir ouvertement. Depuis quelques semaines, le lobby nucléaire est sur un petit nuage (non radioactif) et pousse son avantage pour tenter de relancer son business plutôt languissant. L'idée est de profiter d'une nouvelle crise pétrolière pour rendre plus acceptable le démarrage du programme EPR, cette nouvelle machine franco-allemande qui doit remplacer le parc actuel vieillissant. Le Premier Ministre s'est déjà déclaré favorable à la construction d'un EPR, et EDF doit décider cette semaine du lieu d'implantation. C'est le site de Penly, en Haute-Normandie, qui tient la corde. Et selon Patrick Devedjian, autre défenseur du nouveau réacteur, "tout le monde est pour, socialistes compris".

Chef-d'oeuvre inutile

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes nucléaires possibles.
A une nuance près : la France n'a aucun besoin de cette merveilleuse machine. Et ce pour trois raisons, sur lesquels s'accordent - une fois n'est pas coutume - tous les experts. D'abord il n'y a aucune urgence à renouveler le parc actuel. Les 58 réacteurs en service dans l'Hexagone tournent correctement, et le plus ancien, situé à Fessenheim, n'aura quarante ans (âge de la retraite) qu'en 2017. Et encore il n'est pas exclu que son temps de service soit prolongé.
Deuxième raison de ne pas se précipiter, l'outil nucléaire français est suffisant pour faire face à une augmentation de la consommation. La preuve : EDF a exporté en 2003 environ 72 milliards de kilowattheures, soit 13% de sa production. Ce qui lui donne une marge confortable pour répondre à la demande intérieure. De ce point de vue aussi, l'EPR peut attendre. L'an passé, le directeur de la prospective d'EDF résumait ainsi la situation : "Il n'y a pratiquement pas de choix à faire dans les prochaines années". Un aveu qu'il doit aujourd'hui regretter. Il faut ajouter à ces deux raisons de tempêter l'ardeur l'ardeur d'une relance précipitée un troisième argument qui clôt l'incidence du prix du brut sur la stratégie d'EDF : en 2003, la part d'électricité produite par l'électricien national en brûlant du fioul n'était que de 1,3%. Autant dire que le cours du baril laisse les stratèges d'EDF froids comme des pylônes...

Tout est dans la vitrine

Mais alors pourquoi pousser les feux nucléaires ? Tout simplement parce que ce qui est vrai pour la France ne l'est pas pour le reste du monde. Les besoins en électricité dans les pays dits "émergents" sont gigantesques.
Rien qu'en Chine, où Chirac a tenté de vendre des EPR, le marché des réacteurs à construire dans les prochaines années est estimé entre 30 et 40 milliards d'euros. Pour vendre la machine conçue par Areva et Siemens, il faut une "vitrine".
Certes, la Finlande a commandé un premier réacteur EPR. Les travaux de génie civil ont même commencé. Mais rien ne vaut la consécration d'une commande par EDF, premier électricien mondial et leader incontesté du nucléaire. Il ne faut pas le dire trop fort, mais la France s'apprête donc à construire, pour la bagatelle de 3 milliards d'euros, une machine dont elle n'a pas besoin, pour que Areva et Siemens ont envie d'exposer pour en vendre des répliques.
Pourquoi pas ? Business in business ! Sauf que les possibilités d'investissement et de recherche de la filière nucléaire française ne sont pas inépuisables. En consacrant les quinze années qui viennent au développement de l'EPR, qui n'est qu'un perfectionnement des réacteurs classiques, la France risque de louper d'autres trains. Notamment celui des nouvelles technologies, comme les réacteurs à haute température, qui paraissent prometteurs du point de vue technique autant qu'économique.
C'est à peu près ce qui est arrivé dans les années 70, lorsque les efforts méritoires de nos ingénieurs avaient abouti à la mise au point des réacteurs de la filière graphite-gaz juste au moment où la nouvelle génération à eau pressurisée s'imposait partout. Et il avait fallu acheter les brevets américains.

Louis-Marie Horeau

 

Ouest France, 20/10/2004:
Le réacteur EPR attendu à Flamanville

 

Communiqué Crilan, 20/10/2004:

L'EPR à Flamanville !!!

Alors que beaucoup s'attendaient au choix de PENLY, le CRILAN a attiré depuis longtemps l'attention sur la possibilité du choix de Flamanville :

- Un choix qui n'est ni technique, ni économique : il va être nécessaire de construire un nouveau couloir de lignes THT de 400 000 volts vers Laval Sud et les Pays de Loire.

- Mais un choix politique à l'évidence : La Basse-Normandie est la seule région de France dont le Conseil Régional -à majorité de gauche- se soit prononcé favorablement à l'implantation d'un EPR.

Nous avions demandé une entrevue à la Direction d'EDF, à la mi-septembre, rendez-vous qui venait de nous être accordé pour le 10 novembre. Il est devenu habituel que le Gouvernement et le lobby nucléaire décident d'abord et n'acceptent de discuter qu'après. débat et entrevue bidons : nous n'irons pas.

Le collectif régional « L'EPR, Non merci ! Ni ailleurs, ni ici ! » qui regroupe une quinzaine d'organisations et de groupes locaux et personnes, a animé, depuis presqu'un an des réunions d'information le long du tracé de l'éventuel couloir de lignes, distribué des milliers de tracts sur les côtes du Cotentin, depuis le Mont Saint-Michel jusqu'au Val de Saire pour sensibiliser population locale et touristes aux effets des rejets radioactifs et chimiques du nucléaire déjà installé.

Le pouvoir nucléaire feint de croire qu'il existe un consensus populaire, misant sur le contrôle qu'il exerce par le moyen des taxes professionnelles et la mono industrie en Cotentin.
L'EPR n'est pas encore construit !

La période, avec la nécessaire réunion de la commission du débat public, l'enquête publique, la période électorale de 2007, sera active en espérant qu'elle soit moins radioactive : l'information va s'accompagner de l'organisation de la lutte sur le terrain en relation avec le « Réseau Sortir du nucléaire ».

Sont d'ores et déjà prévues :
- Une reprise des réunions canton par canton ;
- Un état géologique indépendant du site ;
- Une première analyse des rejets actuels de tritium ;
- Une réunion publique à Cherbourg sur « Nucléaire et santé » avec Paul Lannoye, ancien parlementaire européen, auteur du rapport sur la réduction des doses nucléaires.
- Une exposition de photographies sur l'accident de Tchernobyl, en avril 2005 ;
- Et en relation avec le « Réseau Sortir du Nucléaire », les organisations s'associeront au blocage administratif d'EDF décidé nationalement.

C.R.I.L.A.N.
Association loi 1901, agréée au titre de l'article L.141-1 du code de l'Environnement.
Siège social : 10 route d'Etang Val,
50340-Les Pieux-
Tel: 02 33 52 45 59 Fax: 02 33 52 53 26
Président et représentant dans les commissions: CSPI de la Hague, CSM, Flamanville, arsenal de Cherbourg: Didier ANGER, membre du CA du «réseau Sortir du Nucléaire»
Coordinateur du collectif «EPR, NON merci, Ni ailleurs ni ici !»


Libération, 23/07/2004:
La nouvelle majorité se divise sur l'implantation de l'EPR dans la Drôme.

Le Monde, 18/07/2004:

Des interrogations sur la rentabilité de l'EPR

Dans sa revue de la politique énergétique de la France, publiée lundi 12 juillet, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) critique à mots couverts le projet EPR : "En ce qui concerne cette unité de démonstration, écrit l'AIE, le gouvernement devrait s'assurer que toute usine de ce type soit construite aux conditions de marché." L'Agence insinue ainsi que la rentabilité du projet est loin d'être assurée, et que, considéré du point de vue économique, l'EPR est peut-être discutable. Les experts internationaux notent que "la construction d'un projet de démonstration en France n'est pas le seul moyen de maintenir ouverte l'option nucléaire". Ils recommandent au gouvernement d'examiner plutôt l'hypothèse de l'allongement de la durée de fonctionnement des réacteurs existants, aujourd'hui fixée à trente ans. Aucun document économique précis relatif à l'EPR n'a été publié..

 

EPR : les opposants marquent les sites !

Greenpeace 10/07/2004 - A quelques semaines du choix d'implantation du nouveau réacteur EPR par EDF, les opposants au projet ont décidé de marquer simultanément, ce matin à 11h, leur motivation à faire échouer ce projet, quel que soit le site finalement choisi par EDF fin juillet.

A quelques semaines du choix d'implantation du nouveau réacteur EPR par EDF, les opposants au projet ont décidé de marquer simultanément, ce matin à 11h, leur motivation à faire échouer ce projet, quel que soit le site finalement choisi par EDF fin juillet.

Dans le Nord-Pas de Calais, un immense logo radioactif de plus de 400 m2 de surface a été déployé sur une plage à proximité de la centrale nucléaire de Gravelines, dernier site apparu sur la liste d'EDF. Ce rassemblement s'est déroulé en présence de nombreux représentants associatifs et élus locaux, regroupés dans le collectif "Non à l'EPR, ni à Gravelines, ni Ailleurs".

En Haute-Normandie, une ferme éolienne de démonstration a été implantée devant les grilles de la centrale de Penly (76), en présence d'élus locaux ainsi que des représentants du Réseau Sortir du Nucléaire et des Verts.

En Basse-Normandie, une ferme éolienne de démonstration a été implantée devant l'entrée de la plateforme Nord du site nucléaire de Flamanville (50) en présence de nombreux représentants associatifs et élus locaux, regroupés dans le collectif régional "EPR, Non Merci ! Ni ailleurs, ni ici !"

Partout, les militants vont distribuer tracts et affiches tout au long de la journée. "Les promoteurs du projet revendiquent de soi-disant consensus locaux, nous constatons aujourd'hui que ce n'est pas le cas ; au contraire, la résistance sera aussi forte pour un site ou un autre : l'EPR est un projet indigne partout !" a déclaré Hélène Gassin, chargée de la campagne énergie pour Greenpeace France.

Greenpeace rappelle que l'EPR est un mauvais projet de tous les points de vue :
- Energétique: la France n'a besoin d'aucune nouvelle grande capacité de production électrique avant plusieurs décennies, et cela même sans effort de maîtrise des consommations et sans développement des énergies renouvelables.
- Economique et social: Un coût de plusieurs milliards d'Euros pour EDF, ses clients, le contribuable ? Poudre aux yeux des travailleurs, il entraînera un retard dommageable dans la nécessaire reconversion d'une partie de l'industrie nucléaire française sans en résoudre les difficultés. Energies renouvelables et maîtrise de l'énergie sont bien plus créatrices d'emplois et porteuses d'avenir.
- Environnemental: l'EPR n'apporte aucune amélioration notable du point de vue de la sûreté et de la gestion des déchets radioactifs.

 

La région Rhône-Alpes contre l'implantation d'un réacteur EPR

02/07/2004 - Le conseil régional de Rhône-Alpes a exprimé lors d'une séance plénière son opposition à une implantation d'un réacteur de troisième génération EPR dans la région, a-t-on appris vendredi auprès de l'exécutif régional. Cette opposition s'est traduite par le rejet par 79 voix (PS, PRG, Verts) contre 78 (UDF, UMP, FN, PC), jeudi, d'une proposition des groupes UMP et UDF appelant le Conseil à "réaffirmer son soutien à l'implantation du premier réacteur EPR en Rhône-Alpes", a indiqué la région dans un communiqué. L'exécutif régional, par la voix de son président Jean-Jack Queyranne (PS), a indiqué qu'"une décision précipitée ne s'impos(ait) pas" et que "le procédé EPR pos(ait) les mêmes difficultés que les centrales actuellement en service notamment en ce qui concerne les problèmes de déchets". M. Queyranne a ajouté: "la technologie EPR est fortement consommatrice d'eau pour le refroidissement des réacteurs" et "la canicule de l'été dernier a soulevé des interrogations sur la pertinence d'installer de nouvelles centrales au bord du Rhône". "Le refus de l'EPR par l'Assemblée plénière est une victoire pour l'emploi et pour la sécurité", ont indiqué vendredi les conseillers régionaux Verts dans un communiqué.

 


Paris Normandie, 22/06/2004:

Le sprint final du lobby nucléaire

En attendant le choix du site par EDF, les élus favorables à l'implantation du nouveau réacteur nucléaire EPR à Penly multiplient les initiatives.

EDF tiendra-t-il l'engagement de Nicolas Sarkozy ? Après l'avoir d'abord annoncé « au courant du mois de mai », le ministre de l'Economie a promis que le groupe lui proposera « avant l'été » un site d'implantation du prototype du nouveau réacteur nucléaire EPR.

Une rumeur persistante annonçait la décision lors du conseil d'administration d'EDF d'aujourd'hui, mais il n'en sera rien. Si le dossier sera abordé, il s'agira de donner au président François Roussely le pouvoir « d'engager le processus de consultation » au terme duquel le lieu de construction du futur démonstrateur sera déterminé. L'attente se prolonge donc mais les défenseurs d'une implantation à Penly en profitent pour continuer leur travail de séduction.

Hier, le héraut de cette mobilisation, le député-maire de Dieppe, Edouard Leveau, a fait parvenir au ministère de l'Economie et à la présidence d'EDF une lettre dans laquelle il rappelle les arguments plaçant favorablement Penly par rapport aux deux autres candidats : notamment refroidissement à l'eau de mer (contrairement à Tricastin dans la Drôme) et existence de lignes électriques pour 4 réacteurs (contrairement à Flamanville dans la Manche). « Le site de Penly et de sa région sont à même de relever le défi de la nouvelle génération de réacteurs nucléaires et sont fiers de leurs atouts » écrit l'élu. Le maire a même déjà engagé une procédure afin de rendre constructibles plusieurs dizaines d'hectares de terrains « idéalement situés pour l'implantation de lotissements EDF ».

Réunion d'information lundi

Cette action de lobbying a été accompagnée la semaine dernière par la création d'un « comité de promotion » du site de Penly. Une quarantaine d'élus aurait accepté d'y participer. « Au point de vue technique et économique nous avons le meilleur dossier. La décision va être prise dans les jours qui viennent. Je reste optimiste. Il faut continuer à montrer que nous souhaitons tous ce choix » défend Edouard Leveau, minimisant la portée des réticences exprimées par la gauche à la tête du conseil régional haut-normand. A son initiative, une « grande réunion d'information » va se tenir dès le lundi 28 juin, à la mairie de Dieppe, pour évoquer avec l'ensemble des maires concernés comment « envisager » la possible concrétisation dans la région du projet de 3 milliards d'euros. EDF a accepté d'y participer et devrait y dépêcher son chef de projet EPR et un responsable de travaux. Un signe ?

Thierry Delacourt

 


EPR: EDF engage le processus de consultation sur le choix du site

22/06/2004 - Le conseil d'administration d'EDF a autorisé mardi son président François Roussely à engager le processus de consultation au terme duquel doit être déterminé le site de construction du démonstrateur EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération.

Le conseil d'administration a autorisé M. Roussely "à faire tous actes pour engager le processus nécessaire en vue d'aboutir à la consutruction d'une tête de série EPR", a annoncé EDF dans un communiqué diffusé à l'issue de ce conseil.

"Pour ce faire, François Roussely engagera dans les prochains jours une série de consultations des acteurs régionaux intéressés et en rendra compte au conseil d'administration d'EDF avant le 1er août", a ajouté EDF.


Ouest-France Cherbourg, 19/06/2004:

400 signatures pour un réacteur EPR

Rassemblement hier soir place De Gaulle pour soutenir Flamanville

Plus de 400 signatures ont été recueillies pour un réacteur nucléaire EPR à Flamanville. Les élus UMP, qui avaient appelé à venir signer la pétition, hier soir place de Gaulle, affichent leur satisfaction.
« On a l'habitude de voir la région défiler contre quelque chose. Aujourd'hui, les gens se mobilisent pour. Ça change. » Effectivement, le public n'est pas celui des manifestations habituelles, ce vendredi, place du général de Gaulle. Elus, sympathisants UMP, cadres ou employés du nucléaire. Plus d'une cinquantaine de personnes, vers 18 h, venues montrer leur soutien au site de Flamanville pour l'implantation d'un réacteur nucléaire EPR (à eau pressurisée), à l'appel d'élus de droite.

« J'ai un avis, je le donne ! », lance ce retraité des Mines. « Il faut du travail pour la région, il y en a assez de perdre des emplois », résume Eric Baudelle, 43 ans, informaticien chez DCN. Arsenal, Cogéma, chantiers navals... L'hémorragie n'en finit plus. « On nous a fait miroiter Fastship, mais on ne voit rien venir, rappelle François Bodin, ingénieur Cogéma, 58 ans. L'EPR, c'est du concret. Et le site de Flamanville dispose de sérieux atouts. »

« Continuez ! »

Depuis 17 h 30, les gens défilent. Claude Gattignol, député de Valognes, est absent. Mais Jean Lemière assure qu'il a son soutien. Alain Cousin, député, a, lui, fait part officiellement de sa sympathie. Ce qui n'est pas le cas de la CGT d'EDF. Le syndicat est pour un EPR, mais dans un secteur contrôlé par l'Etat. « Il nous paraît incompatible que vous puissiez voter d'une main la réalisation de l'EPR à Flamanville et l'ouverture du capital d'EDF de l'autre main. »

A 18 h 30, le collectif recense 330 signatures. « On en avait déjà 80 avant », comptabilise Jean Lemière, à l'origine de ce rassemblement. Et pour lui, le bilan est positif. « On voit que ça peut marcher, que les gens viennent. Je vais appeler d'autres élus du département à faire la même chose dans leur communes. » En attendant, le député de Cherbourg annonce qu'il centralise les signatures : elles peuvent être envoyées à sa permanence, 15 avenue Delaville.

Matthieu MARIN.



Les députés donnent leur feu vert au futur réacteur EPR

PARIS (1 juin 2004) - Les députés ont adopté mardi en première lecture, par 358 voix contre 157, le projet de loi d'orientation sur l'énergie, qui prévoit la construction prochaine d'un prototype du réacteur à eau pressurisée (EPR) de troisième génération pour renouveler le parc nucléaire français vieillissant.

L'UMP et l'UDF ont approuvé ce texte présenté par le ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy, tandis que le PS et le PCF ont voté contre. Les députés socialistes accusent le gouvernement de ne pas promouvoir suffisamment les énergies renouvelables. "Le gouvernement choisit son camp, il dit 'nous allons développer l'EPR', donc une nouvelle étape de la filière nucléaire", a déploré leur chef de file Jean-Marc Ayrault, "vous comprendrez que, en matière politique, nous voulions appliquer aussi le principe de précaution".

Décrié par les écologistes, dont Greenpeace, ce texte fixe les grandes orientations énergétiques de la France pour les trente prochaines années. Il prévoit la construction prochaine par EDF d'un prototype du réacteur EPR proposé par Areva et Siemens, d'un coût de trois milliards d'euros, financé par des industriels.

EDF devra proposer "avant l'été" au gouvernement un site pour accueillir ce "démonstrateur", qui sera opérationnel en 2010. Une série industrielle pourrait être lancée en 2015, en vue d'une mise en service à partir de 2020. La majeure partie des 58 centrales nucléaires françaises sera alors arrivée en fin de vie.

Ce choix de l'EPR a relancé les craintes autour du projet de loi modifiant le statut d'EDF-GDF, qui sera examiné en première lecture par les députés à partir du 15 juin. Pour rassurer les inquiets, Nicolas Sarkozy a rappelé au cours des débats qu'un texte sur la transparence de la filière nucléaire serait examiné au Sénat avant l'été. (lire: "Nucléaire : la transparence muselée")

En pleine flambée des cours du pétrole, le projet de loi incite également les Français à diminuer leur consommation électrique, en proposant notamment que le coût de consommation des appareils électroménagers figure sur l'étiquette de vente. Alors qu'une conférence internationale sur les énergies renouvelables s'est ouverte ce mardi à Bonn (Allemagne), il se donne aussi pour objectif de porter de 15 à 21% leur part dans la production électrique d'ici 2010.

Déclaré en urgence, le texte doit être examiné en première lecture au Sénat à compter du 9 juin.


EDF devra proposer "avant l'été" un site d'accueil pour le prototype EPR

PARIS (18 mai 2004) - "On ne peut pas tergiverser. Il faut décider et décider maintenant": venu présenter mardi aux députés le projet de loi d'orientation sur l'énergie, Nicolas Sarkozy a vigoureusement défendu le choix du réacteur EPR pour renouveler le parc nucléaire français vieillissant. Malgré la grogne des écologistes, un premier site sera proposé "avant l'été" pour accueillir le prototype.

"Le choix de l'EPR est un choix incontournable", a-t-il affirmé à l'ouverture des débats. J'ai "demandé à EDF de réunir dès le lendemain de l'examen de cette loi un conseil d'administration pour préparer le dossier qui sera soumis à la concertation au second semestre" et "pour proposer au gouvernement avant l'été un premier site" pour accueillir le futur démonstrateur.

Ce prototype du réacteur européen à eau pressurisée de troisième génération (EPR), proposé par Areva et Siemens, serait opérationnel en 2010. Une série industrielle pourrait être lancée en 2015, en vue d'une mise en service à partir de 2020. La majeure partie des 58 centrales françaises sera alors arrivée en fin de vie. Or, les réacteurs de quatrième génération ne sont pas attendus avant 2045.

Ce maintien de l'option nucléaire est fortement contesté par les écologistes, partisans d'un développement des énergies renouvelables et des économies d'énergie. Evoquant de "graves incidents", le réseau Sortir du nucléaire invite à rompre avec l'atome "avant que l'irréparable ne se produise".

Le ministre de l'Economie a préféré insister sur la nécessité de garantir l'indépendance énergétique de la France sans nuire à l'environnement, alors que le prix du baril de pétrole flambe. L'EPR "est dix fois plus sûr", "10% moins cher" et "30% plus propre", a-t-il souligné. Vouloir sortir du nucléaire est donc "irresponsable", a-t-il dit, "c'est augmenter nos émissions de CO2 de 30% et notre facture énergétique de 50%". "Ce ne sont quand même pas les éoliennes qui vont remplacer les 58 centrales!" (Lire: Un spécialiste dénonce le discours catastrophiste sur l'évolution du climat)

Conscient des réticences, Nicolas Sarkozy a toutefois jugé "capital" d'imposer des obligations de transparence à la filière nucléaire. A cette fin, un projet de loi doit être examiné au Sénat avant l'été.

 


Le réacteur EPR en vedette du projet de loi sur l'énergie

PARIS, 5 mai 2004 - Nicolas Sarkozy a présenté en conseil des ministres un projet de loi d'orientation sur l'énergie qui réaffirme la primauté du nucléaire et confirme, sans plus de précisions, la construction en France d'un réacteur européen à eau pressurisée (EPR).

Le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie a rappelé les quatre axes de réforme qu'il avait détaillés le 15 avril lors du débat d'orientation sur la politique énergétique de la France à l'Assemblée nationale.

Nicolas Sarkozy entend "diversifier le panier énergétique français" en favorisant le développement des énergies renouvelables (solaire thermique, biomasse, hydraulique, éolien) mais priorité reste à la filière nucléaire avec l'assemblage d'un EPR, fer de lance d'une nouvelle génération de centrales.

La moitié du parc nucléaire français aura en moyenne 30 ans en 2011, durée de vie initialement prévue pour une centrale.

Selon Bercy, la technologie de l'EPR est dix fois plus sûre, 10% moins chère qu'un réacteur classique et produit 15 à 30% de déchets en moins. (Les réacteurs actuels ne sont donc pas sûrs du tout !)

Lors du débat à l'Assemblée, Nicolas Sarkozy avait estimé que le déploiement industriel de l'EPR était possible "dès 2020", alors que les experts estiment que la génération suivante de réacteurs - la quatrième - ne sera disponible "au mieux" qu'à l'horizon 2045.

MAITRISER LA CONSOMMATION D'ENERGIE

Prié de dire quand et où ce réacteur nouvelle génération serait assemblé, le porte-parole du gouvernement a déclaré mercredi que "ce point n'a[vait] pas été évoqué dans le détail" en conseil des ministres.

"Ce texte est un texte d'orientation générale puisque son objet vise à déterminer une stratégie d'ensemble. Les choses n'ont pas été plus précisées", a dit Jean-François Copé, porte-parole du gouvernement.

Autres pistes de réforme: "mener une action volontariste dans le domaine de la maîtrise de l'énergie" en visant une baisse de l'intensité énergétique (rapport entre consommation d'énergie et PIB) de 2% par an à l'horizon 2015.

Le projet de loi prévoit un système de certificats d'économie d'énergie pour aider au financement d'opérations de maîtrise de l'énergie, y compris chez les particuliers.

- Veiller au développement d'un réseau de transport "efficace" et de capacités de stockage "suffisantes" pour garantir la sécurité d'approvisionnement de la France.

- Développer fortement la recherche, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et du nucléaire.

Au chapitre environnemental, la France se donne toujours pour objectif de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. (Lire: Un spécialiste dénonce le discours catastrophiste sur l'évolution du climat)

Le ministère de l'Economie songe également à accorder des dégrèvements fiscaux aux entreprises, notamment aux PME, qui sont prêtes à consentir un effort en matière de protection de l'environnement.




Sarkozy réaffirme le primat de l'énergie nucléaire

PARIS (15 avril 2004) - Nicolas Sarkozy a réaffirmé jeudi que le nucléaire resterait pour les années à venir la principale filière de production d'énergie en France et confirmé la décision du gouvernement de recourir à la technologie du réacteur européen à eau pressurisée (EPR).

Le ministre des Finances, qui ouvrait à l'Assemblée nationale un débat d'orientation sur la politique énergétique de la France, a indiqué que le gouvernement entendait relancer la maîtrise de l'énergie et développer les énergies renouvelables.

"Il faut toutefois avoir l'honnêteté de reconnaître que ces énergies, quelle que soit notre volonté politique, resteront un appoint aux énergies classiques et non un substitut, ce qui pose inévitablement la question du nucléaire", a-t-il poursuivi.

Or la moitié du parc nucléaire français aura en moyenne 30 ans en 2011, durée de vie initialement prévue pour une centrale.

"Nous avons de bonnes raisons de penser que cette durée pourra être prolongée de 10 ans, mais ce n'est pas certain, juste probable", a-t-il ajouté. "Il nous revient la responsabilité de mettre notre pays en capacité de lancer une nouvelle génération de centrales entre 2015 et 2020 (...) au risque sinon de se retrouver dans une impasse dans quelques années."

"Pour cela, une seule technologie est actuellement disponible", a-t-il souligné. "C'est le réacteur européen à eau pressurisée, l'EPR. Ce réacteur est 10 fois plus sûr (les centrales actuelles sont donc "très moyennement" sûres), 10% moins cher et produit 15 à 30% déchets en moins."

Nicolas Sarkozy a aussi fait valoir que le déploiement industriel de l'EPR était possible "dès 2020", alors que les experts estiment que la génération suivante de réacteurs - la quatrième - ne sera disponible "au mieux" qu'à l'horizon 2045.

"C'est la raison pour laquelle le gouvernement est en faveur de la construction prochaine d'un EPR", a-t-il ajouté.

Il a fait valoir que le nucléaire permettait à la France d'avoir un taux d'indépendance énergétique de 50%, une électricité "10% moins cher que la moyenne européenne" et des émissions de CO2 inférieures de 40% à celles de l'Allemagne et de 35% à celle de l'Angleterre.

Il a cependant affirmé, pour tenter de rassurer les adversaires de la filière nucléaire, que le gouvernement n'entendait pas signer à celle-ci un "chèque en blanc", et plaidé pour une transparence accrue de ce secteur.

"Le nucléaire n'a pas non plus vocation à produire toute notre électricité et la France devra également veiller à garder un parc de production thermique suffisant et de qualité", utilisant le gaz, le charbon ou le fioul, a-t-il ajouté.

EUROPE DE L'ENERGIE

Le quatrième axe de la politique énergétique de la France, a indiqué Nicolas Sarkozy, sera le développement de la recherche.

"Les nouvelles technologies de l'énergie doivent devenir une des priorités de la recherche", a-t-il expliqué. Il a indiqué qu'il proposerait un "programme d'action précis", doté des "moyens financiers nécessaires pour préparer l'avenir".

Il a fixé pour objectif la stabilisation de la consommation d'énergie de la France à l'horizon 2015 - "La France doit produire dans 10 ans 25% de richesse en plus avec seulement 9% d'énergie en plus. Dans 30 ans il nous faudra produire deux fois plus de richesse avec la consommation d'énergie de 2015."

Il a indiqué parmi d'autres mesures qu'il proposerait "de faire évoluer la fiscalité énergétique d'ici la fin de l'année pour qu'elle prenne mieux en compte l'impact sur l'environnement des consommations d'énergie".

Selon son entourage, il s'agirait d'accorder des dégrèvements fiscaux aux entreprises - notamment aux PME - qui feront un effort en matière de protection de l'environnement.

Le ministre a également indiqué que le gouvernement proposerait aux constructeurs automobiles d'afficher à côté du prix des voitures "le coût annuel de leur consommation d'essence" afin que les acheteurs puissent modifier leurs comportements et choisir en connaissance de cause.

Dans le domaine des énergies renouvelables, il a repris deux objectifs :

- accroître de 50% d'ici 2015 l'utilisation du bois, des déchets et de l'énergie solaire, grâce à une amélioration des aides financières, "avant la fin de l'année" ;

- porter de 15% à 21% d'ici 2010 la proportion d'électricité produite avec des resssources renouvelables, avec une double priorité, l'éolien terrestre et off-shore et la "préservation du potentiel hydraulique actuel", le gouvernement continuant par ailleurs à encourager le developpement des biocarburants.

Nicolas Sarkozy a enfin indiqué que la France s'attacherait à promouvoir une "Europe de l'énergie", qui "doit devenir une réalité", notamment par le biais du développement d'EDF et GDF.

Il a réaffirmé à ce propos qu'il entendait donner à ces entreprises publiques françaises le statut de société tout en maintenant une participation "largement majoritaire" de l'Etat dans leur capital et en préservant le statut de leurs agents.

L'Europe doit "aller plus loin dans la relance de la maîtrise de l'énergie" et se doter d'une "véritable diplomatie énergétique" pour assurer la sécurité de ses approvisionnements, a ajouté le ministre, qui a aussi estimé que les pays membres de l'Union devraient "engager sérieusement le débat sur l'énergie nucléaire, qui ne constitue aujourd'hui que 34% de la production européenne d'électricité".

Nicolas Sarkozy a confirmé que le gouvernement proposerait au Parlement d'adopter "avant l'été" une loi d'orientation sur les énergies, puis une loi relative à la nouvelle organisation juridique d'EDF et de GDF.


Energie: les députés français pour une "politique ambitieuse"

PARIS (15 avril 2004) - Favoriser les énergies renouvelables, diminuer les émissions de gaz à effet de serre, relancer la politique de maîtrise de l'énergie: l'Assemblée nationale a débattu jeudi de la politique énergétique de la France avant le dépôt d'un projet de loi d'orientation en la matière.
Ce projet, qui sera examiné début mai par le Parlement, doit engager les choix de la France pour les trente prochaines années.

Les députés sont aussi longuement revenus sur le projet de construction du réacteur nucléaire européen de troisième génération, EPR, destiné à renouveler le parc nucléaire.

Les différents groupes politiques ont unanimement souhaité "une politique ambitieuse" en matière d'énergie, se sont dits favorables à un "engagement ferme" de la France dans la lutte contre le réchauffement climatique qui doit, selon François-Michel Gonnot (UMP), devenir "une priorité nationale et européenne".

Le ministre de l'économie et des finances, Nicolas Sarkozy, qui a ouvert le débat, a défini "quatre axes prioritaires" : la maîtrise de l'énergie, le développement des énergies renouvelables, le lancement d'une nouvelle génération de centrales nucléaires et le développement de la recherche dans le domaine de l'énergie.

Il a souligné que la France devait "produire dans dix ans 25% de richesses de plus avec 9% d'énergie en moins". Pour réaliser cet objectif, il a proposé de "faire évoluer la fiscalité énergétique d'ici la fin de l'année pour qu'elle avantage les Français qui participent, à travers leur consommation d'énergie, à une meilleure protection de l'environnement".

Le ministre n'a pas détaillé le dispositif qu'il envisageait. "Je crois davantage à l'incitation et à la conviction qu'à la contrainte et à l'interdiction", a-t-il toutefois souligné.

Dans ce sens, Philippe Folliot (App-UDF) a réclamé des mesures de taxation pour les pollueurs et un allègement pour ceux qui feraient preuve d'innovation.

Concernant l'EPR, Claude Birraux, président (UMP) de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, a expliqué que "si la durée de vie des centrales ne dépassait pas 40 ans, 13 réacteurs seraient arrêtés d'ici 2020 et 24 supplémentaires entre 2020 et 2025, soit 63% du total. Alors il ne s'agit nullement de relancer le nucléaire, il s'agit de préparer le renouvellement du parc", a-t-il justifié.

"Nous sommes pour le renouvellement du parc. L'EPR serait une réalisation plus sûre, plus respectueuse de l'environnement, plus fiable et plus compétitive", a également expliqué Daniel Paul (PCF).

Le porte-parole du groupe PS, François Dosé, a demandé au gouvernement de se prononcer avant le dépôt du projet de loi d'orientation sur sa décision de construire ou non cet EPR en métropole.

En revanche, l'ancien ministre de l'Environnement Yves Cochet (Verts) a prononcé un véritable réquisitoire contre la poursuite de la politique nucléaire, réfutant tous les arguments en sa faveur.

Clôturant le débat, le ministre délégué à l'Industrie, Patrick Devedjian, a souligné dans la soirée ce "relatif consensus" des députés "sur la question du réacteur EPR et de la filière nucléaire".

Enfin, M. Sarkozy a souhaité que le débat dépasse les frontières françaises, proposant un mémorandum "sur l'Europe de l'énergie" afin de "minimiser les risques" d'insuffisance de production électrique.

 


Un "tour de France" des écologistes mobilisés contre l'EPR

PARIS (15 avril 2004) - Le Réseau "Sortir du nucléaire", qui rassemble 688 associations, annonce un mois de mobilisation à partir du 24 avril à travers la France contre la construction du réacteur de troisième génération EPR.

La mobilisation prendra la forme d'un "tour de France" de 28 étapes dont le coup d'envoi sera donné devant la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace.

Les militants, qui sillonneront la France jusqu'au 22 mai, organiseront des manifestations devant la plupart des installations nucléaires importantes et devant des sites produisant de l'énergie renouvelable, a-t-il expliqué.

Ce tour de France se terminera par un rassemblement à Rouen, près de Panly (Basse-Normandie), l'un des sites susceptibles de recevoir le réacteur EPR (réacteur européen à eau sous pression).

D'ici à 2020, la France doit remplacer 30 de ses 58 centrales nucléaires.

Les écologistes préconisent, pour remplacer le nucléaire, des énergies renouvelables comme l'énergie éolienne, le solaire, la géothermie ou la biomasse.

Ils affirment que l'EPR, dont le prix du prototype est évalué à trois milliards d'euros, produit autant de déchets nucléaires que ses prédécesseurs.

Trois régions se sont pour l'instant portées candidates pour accueillir l'EPR : Rhône-Alpes, la Basse-Normandie et la Haute-Normandie.

"Le nouveau ministre de l'Industrie Nicolas Sarkozy fait allégeance au lobby nucléaire", a estimé le porte-parole du réseau, Sortir du nucléaire, Stéphane Lhomme, qui a présenté jeudi son programme de mobilisation.

Le ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy a annoncé cette semaine la tenue d'un débat d'orientation sur l'énergie le 15 avril au Parlement.

Le 5 avril, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, dans son discours de politique générale, avait déclaré que la France devait s'engager dans la voie de l'EPR.

Pour le ministre de l'Ecologie Serge Lepeltier qui s'exprimait lors d'une conférence de presse avant le débat sur la politique de l'Energie prévu dans l'après-midi: le lancement de la construction des nouveaux réacteurs nucléaires EPR "n'aggrave pas la situation actuelle même si, c'est vrai, cela ne l'améliore pas".

De son côté, François Roussely, le P-DG d'EDF, a estimé cette semaine que la procédure du choix d'un site pour l'EPR serait lancée juste après le débat d'orientation.

"Il s'agit là d'un inacceptable passage en force", a estimé Stéphane Lhomme. "La population française, majoritairement, refuse la construction de nouveaux réacteurs nucléaires et préconise les économies d'énergie et les énergies renouvelables", a-t-il dit.

Il a accusé Nicolas Sarkozy d'avoir "très vite cédé aux pressions des multinationales Areva et EDF qui exigent la construction du réacteur EPR".

 

Raffarin déclenche la polémique avec l'EPR

6 avril 2004 - Lors de son discours de politique générale à l'Assemblée, Jean-Pierre Raffarin a annoncé son intention d'engager un programme d'équipement des centrales nucléaires françaises avec le nouveau réacteur à eau pressurisée (EPR). Une annonce qui déclenche de vives critiques des défenseurs de l'environnement.

Jean-Pierre Raffarin change de cap. Après avoir freiner son ancienne ministre déléguée à l'Industrie, Nicole Fontaine, qui défendait le projet EPR, le Premier ministre a finalement opté pour le nouveau réacteur à eau pressurisée. Dans son discours de politique générale à l'Assemblée, il a affirmé que la responsabilité du gouvernement est d'assurer l'avenir de la filière nucléaire et il a donc annoncé son intention de faire construire un prototype d'EPR.

 


Greenpeace France, 5 avril 2004:
La tentative de troc de Raffarin III : EPR contre privatisation

 

EPR-Les écologistes dénoncent la "surdité" de Raffarin

PARIS, 5 avril 2004 - Des écologistes français, dont le député Vert Noël Mamère, ont dénoncé lundi la "surdité" et le "mépris" de Jean-Pierre Raffarin sur la question du nucléaire et prévenu qu'ils s'opposeraient à l'installation de réacteurs EPR en France.

Le Premier ministre a déclaré lundi dans son discours de politique générale à l'Assemblée que la France "devra s'engager" dans la voie de ce réacteur de troisième génération à eau pressurisée, élaboré par l'industrie franco-allemande.

Il s'est engagé à demander la tenue d'un débat au Parlement dans les prochaines semaines sur l'EPR (European Pressurized Reactor, réacteur européen à eau sous pression), dont la construction n'était jusque-là qu'envisagée par le gouvernement.

"Il s'agit d'un véritable déni démocratique que nous ne pouvons pas accepter", a déclaré Noël Mamère lors de son intervention à l'Assemblée devant le Premier ministre. "Vous nous avez fait croire que vous étiez là pour consulter les Français afin de savoir quelle devait être la politique énergétique de notre pays et vous voulez nous imposer de vivre encore près de 30 ans sous l'hégémonie de l'énergie nucléaire", a lancé le député de la Gironde, dénonçant la "surdité" du Premier ministre.

De son côté, le réseau "Sortir du nucléaire", qui regroupe 688 associations écologiques dont Greenpeace et des partis politiques dont les Verts, a dénoncé une position "totalement inacceptable.

Il a promis à Jean-Pierre Raffarin "un affrontement majeur s'il veut passer en force sur l'EPR". "Ce qui est très choquant, c'est que le Premier ministre demande au Parlement d'en débattre après avoir donné son résultat", a dit Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau.

"C'est un mépris total par rapport à la protection de l'environnement", a-t-il dit, estimant "que l'argent qui sera utilisé pour l'EPR ne pourra pas être investi dans l'énergie renouvelable".

Sortir du nucléaire promet au gouvernement "un mois de mobilisation" du 24 avril au 23 mai, durant lequel des militants "sillonneront toute la France et manifesteront devant les principaux sites nucléaires".

"Il s'agit d'un tour de France avec 28 étapes. Nous allons mobiliser la population contre les projets de nouveaux réacteurs, en particulier l'EPR", a expliqué Stéphane Lhomme.

En novembre dernier, la ministre déléguée à l'Industrie, Nicole Fontaine, remplacée la semaine dernière par Patrick Devedjian, s'était engagée à considérer "toutes les options" d'ici à 2020, année à partir de laquelle il faudra remplacer 30 des 58 centrales nucléaires de la France.

Selon les écologistes, le réacteur EPR produit autant de déchets nucléaires que ses prédécesseurs et le coût d'un prototype est évalué à trois milliards d'euros.

Trois régions se sont pour l'instant portées candidates pour l'accueil éventuel d'un EPR : Rhône-Alpes, la Basse-Normandie et la Haute-Normandie.

Lire: Pseudo-débat sur le nucléaire en France ?

 

L'EPR "inutile" et sans réel marché à l'étranger, selon une ONG spécialisée

PARIS 14 janvier 2004 - Le réacteur franco-allemand à eau sous pression EPR, que le gouvernement envisage de construire, est "inutile" et sans réel marché à l'étranger, affirment des experts de l'énergie regroupés dans l'association Global Chance.
"Que l'on soit anti-nucléaire ou que l'on soit pro-nucléaire, l'EPR est inutile", estime l'énergéticien Bernard Laponche.
La récente prise du position du gouvernement pour l'EPR n'est étayée que par "un seul scénario" d'évolution de la demande énergétique émanant de ses services, accusent M. Laponche et l'économiste Benjamin Dessus, président de Global Chance, qui ont rencontré récemment la ministre de l'Industrie Nicole Fontaine "à sa demande".
Si le gouvernernement s'était appuyé sur les scénarios du Plan et les autres études disponibles, il n'aurait trouvé "absolument aucun argument pour construire ce réacteur".
Les experts présentaient mercredi à la presse un rapport de Global Chance sur l'EPR, avant une "manifestation nationale" samedi à Paris des associations anti-nucléaires contre le réacteur.
Dans un Livre blanc publié en novembre, le gouvernement souligne "la nécessité de conserver l'option nucléaire ouverte" lorsque les premières centrales actuelles arriveront en fin de vie vers 2020. Il "envisage" à cet effet "la construction prochaine d'un démonstrateur" (sorte de prototype) de l'EPR.
C'est "inutile puisqu'on n'a pas besoin de grande centrale (électrique) nucléaire ou non avant 2025" en France, écrit Global Chance. "D"ici là, si l'utilisation de l'énergie nucléaire doit se perpétuer, des réacteurs plus conformes aux exigences économiques de rendement, de sûreté et de gestion des déchets auront vu le jour".
En dépit d'"avancées en matière de sûreté" et d'un rendement de 36% contre 33% pour les réacteurs PWR à eau pressurisée équipant les centrales actuelles, l'EPR ne marque "pas de rupture technologique", selon Global Chance. Il diminue les quantités de déchets "d'environ 10%" mais sans "aucun changement quantitatif".
Le rapport juge "contestable" l'argument du gouvernement selon lequel "la mise en service de générateurs d'un nouveau type, présentant des avantages décisifs par rapport à la filière des réacteurs à eau, ne saurait être envisagée avant 2035 ou 2040" et l'EPR serait indispensable pour assurer la transition entre le parc actuel et les générateurs du futur.
"Le développement ex-nihilo des réacteurs PWR équipant les centrales actuelles a pris moins de 20 ans", écrit-il.
L'EPR, réacteur de troisième génération, sera dépassé dans 15 ans, explique M. Dessus aux journalistes. "On saura faire l'HTR (réacteur à haute température) dans 15 ans", dit-il, une des "10 ou 12 technologies" qui composeront la 4e génération de réacteurs.
Au final, le seul enjeu de l'EPR, c'est de permettre au constructeur français (Areva et sa filiale Framatome) de "maintenir ses compétences en attendant l'HTR", estime Yves Martignac, consultant de Global Chance et directeur de l'association anti-nucléaire Wise. Car en dehors de la France et de la Finlande (qui a commandé un EPR au consortium franco-allemand Areva-Siemens), seule la Chine est susceptible d'en commander un exemplaire, quitte à le construire ensuite sous licence, selon Global Chance.
"La raison industrielle n'est peut-être pas négligeable mais alors que l'on le dise clairement", conclut M. Laponche.



Les Echos, 02/12/03:
l'EPR au coeur du débat


EDF se met en ordre de marche pour construire l'EPR

A-t-on réellement besoin de nouvelles centrales ?


L'Humanité, 02/12/03:
L'EPR relance le débat sur l'avenir du nucléaire

 


Document "confidentiel défense" sur EPR:
Patrick Ollier demande une enquête

25/11/03 - Patrick Ollier, président (UMP) de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée, a demandé mardi l'ouverture d'une "enquête administrative", à la suite de la diffusion par le réseau "Sortir du nucléaire" d'un document classé "confidentiel défense" sur le futur réacteur nucléaire EPR.
Ce document, publié lundi par ce réseau, qui regroupe plusieurs centaines d'associations écologistes et anti-nucléaires, démontrerait "les faiblesses"
du futur réacteur face au risque de chutes d'avions de ligne.
Alors que la commission des Affaires économiques auditionnait mardi François Roussely, président d'EDF, M. Ollier "a tenu à condamner énergiquement" la diffusion de cette lettre confidentielle, a annoncé un communiqué de la commission.
M. Ollier "regrette que ce genre de document, au caractère anodin par son contenu, et qui semble donc n'avoir aucun intérêt stratégique, puisse être rédigé et diffusé au mépris du secret défense", a ajouté le communiqué.
Dénonçant "le caractère démagogique et politicien" du réseau "Sortir du nucléaire", M. Ollier "demande qu'une enquête administrative permette de connaître l'origine de l'indiscrétion afin que des sanctions soient prises", selon le communiqué.


Le Figaro, 25/11/03:

Un document «secret défense» dévoilé
Le futur réacteur EPR vulnérable aux chutes d'avions

Le bras de fer qui oppose le réseau d'associations «Sortir du nucléaire» aux pouvoirs publics a franchi hier une nouvelle étape. L'association a rendu publics des documents classés «secret défense» sur les capacités de l'EPR, le futur réacteur nucléaire de troisième génération, à résister aux chutes d'avions de ligne. Une possibilité étudiée depuis le 11 septembre.
Le réseau associatif a intercepté une lettre «confidentiel défense» de Bruno Lescoeur, directeur de la branche énergie EDF, destinée à la DGSNR (1), l'administration responsable de la sûreté nucléaire en France. Son directeur général, André-Claude Lacoste, avait demandé à EDF des précisions sur les capacités de résistance de l'EPR à un acte de terrorisme, dans la ligne de celui du World Trade Center.
A EDF, où l'on reconnaît l'authenticité de cette lettre, on se refuse à tout commentaire, ce document ayant un caractère «secret défense». André-Claude Lacoste, directeur général de la DGSNR, fait observer que l'attentat du 11 septembre a modifié les exigences en matière de sûreté pour les centrales nucléaires et que ces préoccupations sont tout à fait normales. Il relève aussi que ce document n'était pas encore finalisé. Les antinucléaires estiment pour leur part qu'il «démontre les faiblesses du réacteur nucléaire EPR face aux chutes d'avions de ligne».
C'est la première fois que des documents confidentiels concernant la sécurité des centrales nucléaires sont divulgués par une association en France.
Cette polémique intervient dans un contexte bien particulier. En effet, aujourd'hui, l'avenir du nucléaire en France est lié à celui de l'EPR, le réacteur à eau pressurisée européen présenté comme plus sûr, plus propre et moins cher que ses prédécesseurs. Des échéances importantes se profilent à l'horizon : le projet de loi d'orientation sur les énergies devrait bientôt être présenté en Conseil des ministres et soumis au vote du Parlement au début de l'année prochaine. Les antinucléaires accusent le gouvernement d'avoir déjà arrêté sa décision de commander la construction d'un prototype EPR qui pourrait être connecté au réseau électrique au cours de la prochaine décennie. Une autre pomme de discorde est apparue au cours de l'été : le 24 juillet dernier, un arrêté a classé «secret défense» la protection et le contrôle des matières nucléaires.
(1) Direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection.

 

Libération, 25/11/03:

Les écologistes attaquent EDF avec ses propres documents

Par Alexandra SCHWARTZBROD

A quelques semaines de la manifestation nationale du 17 janvier contre la construction du futur réacteur nucléaire EPR, les écologistes commencent à mobiliser leurs troupes. Le réseau «Sortir du nucléaire» et l'association Greenpeace ont ainsi effectué hier un premier tir de barrage contre ce projet soutenu par le gouvernement Raffarin. Le premier en publiant un document qui pourrait s'avérer ravageur pour EDF (le client final) et le tandem franco-allemand Areva-Siemens (les constructeurs). La seconde en menaçant EDF d'un boycott.
Kamikazes. Le document publié par «Sortir du nucléaire» est un texte classé confidentiel défense provenant d'EDF. Il explique comment le risque de chutes d'avions de ligne sur une centrale nucléaire a été (mal ?) pris en compte par l'électricien. Selon les militants de «Sortir du nucléaire» qui revendique l'adhésion de 650 associations écologistes, ce document prouve que «l'EPR présente les mêmes défauts et faiblesses que les réacteurs actuels» et «montre la vulnérabilité de l'EPR face à un attentat du style 11 septembre».
De fait, les termes de la lettre rédigée en février sur le sujet par Bruno Lescoeur, un des dirigeants d'EDF, à l'attention du directeur général de la sûreté nucléaire, ainsi que les annexes jointes, indiquent que le projet EPR n'a pas été revu et corrigé à la suite des attaques kamikazes contre les tours du World Trade Center (lire ci-dessous). Une révélation qui a plongé EDF dans un réel embarras. L'électricien a fait savoir en fin de journée qu'il ne ferait «aucun commentaire en raison du caractère confidentiel défense de ce document».
«Nauséabond». Interrogé, un industriel du nucléaire nous a donné sa lecture du texte : «Il montre que la chute d'un avion commercial sur l'EPR n'avait pas été prise en compte avant le 11 septembre. Mais ce nouveau réacteur étant cofabriqué par l'Allemagne où les chutes d'avions militaires étaient plus fréquentes, ce risque a été intégré et les constructeurs ont estimé que cela donnait à l'EPR la capacité de résister à une attaque de type 11 septembre.» Les experts du nucléaire s'accordent en tout cas pour trouver «la méthode» des écologistes «très grave». «C'est nauséabond de jouer sur les peurs actuelles», estime-t-on chez Areva. Le réseau «Sortir du nucléaire» va-t-il être attaqué pour violation du secret défense ? Depuis août dernier, un arrêté impose de classer confidentiel défense tout ce qui concerne les matières nucléaires dangereuses, un arrêté combattu par les écologistes qui n'ont pas hésité à saisir le Conseil d'Etat.
Pendant que le document d'EDF faisait le tour des rédactions, Greenpeace enfonçait le clou en annonçant qu'au cas où l'EPR serait lancé, «elle considérerait EDF comme responsable et lancerait immédiatement une campagne "EDF, demain j'arrête"» visant à pousser les clients de l'électricien à choisir un autre opérateur (ce qui ne sera possible qu'en 2007 pour les particuliers).

Une lettre d'EDF confidentiel défense
«Le projet a été conçu d'entrée de jeu pour faire face à la chute d'un avion militaire qui représente déjà un cas de charge sévère (...). La partie "bunkérisée" (...) présente d'ores et déjà une résistance élevée, notamment vis-à-vis des risques de perforation : les caractéristiques d'un avion militaire en font, en effet, un missile considéré comme "perforant". Ces dispositions générales confèrent à l'EPR une grande robustesse vis-à-vis de l'impact potentiel d'un avion de type commercial, et sont donc maintenues sans changement. (...) Il convient de noter qu'EDF n'envisage pas d'assurer une capacité de résistance vis-à-vis de tout acte de guerre ou tout acte terroriste envisageable.»

 

France - L'EPR vulnérable à un attentat de type 11 septembre ?

PARIS, 24 novembre 03 - Le futur réacteur nucléaire EPR serait vulnérable à un attentat comparable à ceux du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, estime le réseau "Sortir du nucléaire" qui s'appuie sur un document confidentiel émanant d'EDF.
Ce réacteur de troisième génération à eau pressurisée, destiné à renouveler le parc nucléaire français, n'est encore qu'à l'état de projet mais suscite déjà un tollé de la part des militants antinucléaires et des Verts.
L'EPR présente "les mêmes défauts et faiblesses que les réacteurs actuels", a estimé lundi dans un communiqué le réseau "Sortir du nucléaire", qui fédère 650 associations.
"Sortir du nucléaire" a diffusé en outre un document adressé il y a quelques mois au directeur général de la Sûreté nucléaire par Bruno Lescoeur, directeur de la branche énergie d'EDF, qui montre, selon les militants antinucléaires, "la vulnérabilité de l'EPR face à un attentat du style 11 septembre".
Le 11 septembre 2001, trois avions de ligne détournés par des membres du réseau islamiste Al Qaïda se sont écrasés sur les tours jumelles du World Trade Center, à New York, et sur le Pentagone, à Washington, faisant des milliers de morts.
Dans son courrier, Bruno Lescoeur indique que le projet EPR prévoit de "bunkeriser" les bâtiments réacteur et combustible usé, afin qu'ils puissent résister à un impact perforant de type avion militaire.
Ces dispositions confèrent au projet EPR une "grande robustesse" vis-à-vis de l'impact éventuel d'un avion de ligne mais "EDF n'envisage pas d'assurer une capacité de résistance vis-à-vis de tout acte de guerre ou tout acte terroriste envisageable", écrit Bruno Lescoeur.
"Les hypothèses relatives à l'impact doivent assurer une couverture 'raisonnable' du risque et ne peuvent prétendre envelopper toutes les éventualités", ajoute-t-il.

HYPOTHESES
Dans le document joint à ce courrier, EDF affirme prendre en compte l'hypothèse d'attentats comme ceux du 11 septembre 2001 dans le cadre de dispositions dites de "réduction du risque" mais "hors du dimensionnement normal" de l'installation.
Les auteurs du document estiment cependant que le projet EPR est suffisamment "robuste" par rapport aux risques d'ébranlement des bâtiments, de vibrations transmises aux équipements et d'incendie que comporterait l'impact d'un avion commercial.
Ils justifient cette position par la grande difficulté pour un pilote non-chevronné d'atteindre précisément, "en vol horizontal stabilisé", une cible de type centrale nucléaire.
Les experts d'EDF proposent un "dimensionnement des ouvrages" couvrant "raisonnablement" l'hypothèse d'avions moyen/gros porteurs volant à 500 à 580 km/h ou de "jumbo-jets" volant à 360-450 km/h en approche de type atterrissage.
"Sortir du Nucléaire" accuse le gouvernement et EDF de vouloir "cacher aux citoyens les informations qui leur permettraient de se faire un avis" sur l'EPR.
Les militants antinucléaires s'appuient sur une phrase de Bruno Lescoeur, qui estime dans sa lettre que les "hypothèses, règles utilisées et analyses associées ne devraient pas figurer dans les rapports de sûreté accessibles ou susceptibles d'être accessibles publiquement".
Contacté le service de presse d'EDF a refusé de commenter la diffusion de ce document par "Sortir du nucléaire". "En aucun cas nous ne commentons un document confidentiel défense", a déclaré à Reuters un porte-parole du groupe. "Sortir du nucléaire" appelle pour sa part à une manifestation nationale à Paris le samedi 17 janvier prochain, pour demander notamment l'abandon de tout projet de construction de nouveaux réacteurs nucléaires, dont l'EPR.

 

GREENPEACE, 05/11/03:

EDF, l'EPR de trop !

Greenpeace France a annoncé ce matin au cours d'une conférence de presse qu'en cas de décision de construire un réacteur nucléaire de type EPR (voir le Débat sur l'énergie) en France, elle considèrerait EDF comme responsable et lancerait immédiatement une campagne "EDF, demain j'arrête". Cette campagne proposera aux clients d'EDF de montrer leur refus de se laisser imposer ce choix industriel du passé en choisissant un opérateur responsable, tourné vers l'avenir et le respect de la planète, dès qu'ils en auront la possibilité.
 
La France s'est engagée au niveau européen à ouvrir le marché des professionnels dès le 1er juillet prochain et celui des particuliers au plus tard en juillet 2007.
 
Greenpeace considère que la construction d'un réacteur EPR serait une mauvaise décision à tous les points de vue :
 
Energétique : la France n'a besoin d'aucune nouvelle grande capacité de production électrique avant plusieurs décennies, et cela même sans effort de maîtrise des consommations et sans développement des énergies renouvelables.

Economique : Les milliards d'euros que coûteront l'EPR à EDF s'ajoutent déjà à un surinvestissement français sur l'énergie nucléaire qui se fait au détriment d'une véritable industrie des énergies renouvelables. Ce sont les clients d'EDF et les contribuables qui paieront ce cadeau au lobby nucléaire. En choisissant l'EPR la France confirmerait son statut d'exception en Europe, l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou la Belgique par exemple ayant clairement choisi l'option inverse, sortie du nucléaire et développement des renouvelables.
 
Environnemental : l'EPR n'apporte aucune amélioration notable du point de vue de la sûreté et aggrave même la gestion des déchets radioactifs et le risque de prolifération à travers le recours accru au combustible Mox (mélange d'uranium et de plutonium).
 
Social : l'EPR ne résoudra pas les difficultés de l'industrie nucléaire.

Outre le fait que même une décision de sortie du nucléaire nécessiterait des programmes de maintien des compétences en matière nucléaire sur le long terme, l'exemple allemand souligne à quel point le développement des énergies renouvelables comme la maîtrise de l'énergie sont bien plus créateurs d'emplois.
 
"Si la décision de construire un réacteur EPR est prise dans les mois qui viennent, décision dont le seul intérêt est de remplir le carnet de commande d'Areva, nous serons dans l'obligation de conclure que l'identité principale d'EDF n'est pas, contrairement à ce que martèle son service communication, un savant mélange de service public et de multinationale. Cette décision identifierait clairement EDF comme le principal suppôt du lobby nucléaire français" commente Michèle Rivasi, Directrice Générale de Greenpeace France.
La campagne "EDF, demain j'arrête" a pour objectif de proposer à toute personne physique ou morale qui le souhaite, d'exprimer son refus en changeant d'opérateur. Greenpeace mènera cette campagne auprès de l'ensemble des consommateurs d'électricité, particuliers bien sûr mais aussi professionnels, au travers des fédérations, chambres de commerce ou des métiers et autres organismes représentatifs. Par ailleurs, les investisseurs potentiels ou conseils en investissement seront aussi contactés et informés en vue de l'ouverture du capital d'EDF.
 
"Nous encourageons l'ensemble des dirigeants d'EDF, et pas seulement le service communication, à regarder de plus près les résultats des enquêtes menées auprès de leurs propres clients. Nous, nous l'avons fait" conclue Michèle Rivasi.
Aujourd'hui EDF a le choix : écouter la majorité des français ou écouter Areva et la minorité de nucléocrates qui manipulent la politique énergétique française depuis plus de 30 ans.
 
Dossier de presse : EDF, l'EPR de trop !

Site web : http://www.edfdemainjarrete.org

 

EPR: Greenpeace attaque le gouvernement et EDF

05/11/03 - A l'avant-veille de la publication d'un avant-projet de loi sur les énergies, Greeenpeace a attaqué le gouvernement et EDF, promettant de lancer un appel au boycottage de l'électricien français si ce nouveau réacteur nucléaire était lancé.
"Si EDF n'est pas capable de se dissocier d'Areva", le groupe nucléaire français concepteur de l'EPR avec le groupe électrotechnique allemand Siemens, "nous lancerons une grande campagne nationale +EDF, demain j'arrête+", a annoncé à la presse la directrice générale de Greenpeace-France, Michèle Rivasi.
La campagne de communication du réseau écologiste mondial est fondée sur la libéralisation en cours des marchés européens de l'électricité qui permettra en 2007 à tous les Français de choisir leur fournisseur de courant.
D'ores et déjà les gros industriels ont le choix entre EDF et des distributeurs allemand, italien, espagnol et belge présents en France et ce sera le cas dès le 1er juillet 2004 pour les autres professionnels, a rappelé Hélène Gassin de Greenpeace.
En présence d'un expert des questions d'énergie, Benjamin Dessus, et du directeur d'une association anti-nucléaire spécialisée, Wise-Paris, Yves Martignac, Mme Rivasi a rappelé les objections des écologistes à l'EPR (réacteur européen à eau sous pression).
Au plan énergétique, a-t-elle affirmé, la France n'a "aucun besoin de nouvelle grande capacité de production électrique jusqu'en 2025-2030", même dans le pire des scénarios de croissance de la consommation.
Au plan économique, "on va mettre trois milliards d'euros dans la construction d'un prototype (d'EPR) alors que le budget consacré aux énergies renouvelables n'est que de 500 millions d'euros". "Ce sont tous les Français qui paieront ce surinvestissement nucléaire".
Au plan environnemental, "où est l'étude de danger permettant de dire, comme l'affirme le gouvernement, que l'enceinte renforcée de l'EPR résistera à une attaque comme celle du 11 septembre".
La ministre déléguée à l'Industrie, Nicole Fontaine, s'était prononcée le 8 octobre pour l'EPR, jugeant ce réacteur de troisième génération nécessaire pour assurer une transition entre le parc actuel, qui commencera à devenir obsolète en 2017, et les réacteurs de quatrième génération, opérationnels vers 2040. Le premier ministre Jean-Pierre Raffarin avait aussitôt déclaré qu'"aucune décision n'était arrêtée" sur l'EPR.
Selon Mme Rivasi, le gouvernement est "pressé de choisir l'EPR". "Il y a l'appel d'offres de la Finlande (pour la construction d'un cinquième réacteur nucléaire) mais aussi et surtout l'ouverture prochaine du capital d'EDF".
D'après elle, "le choix doit intervenir avant" la privatisation partielle d'EDF car les futurs actionnaires minoritaires risquent de critiquer un investissement difficilement amortissable sur un marché mondial atone.
Si l'EPR est lancé, Greenpeace démarchera tous les acheteurs potentiels d'actions EDF dans le cadre de sa campagne contre l'électricien, a indiqué Mme Gassin.
L'organisation sortira alors aussi "les dossiers noirs d'EDF", pointant ses provisions "insuffisantes" pour le démantèlement de ses centrales nucléaires obsolètes qui compromettent sa rentabilité, selon Mme Gassin.
Parallèlement Greenpeace démarchera d'ici juillet prochain les fédérations professionnelles et les Chambres de commerce pour les dissuader de garder leur abonnement EDF. "Si EDF ne change pas d'avis (sur l'EPR), nous aurons encore trois ans pour convaincre les Français de trouver un autre fournisseur d'électricité".

 


Le ministère allemand de l'Environnement dénonce l'EPR

04/11/03 - Le réacteur européen à eau sous-pression (EPR), qui a reçu récemment l'appui d'un ministre français, "représente une vaine tentative de l'industrie nucléaire européenne de vendre comme +technologie de l'avenir+ une technologie énergétique inefficace, empreinte de risques et dépassée", a estimé mardi le ministère allemand de l'Environnement.
"L'énergie nucléaire est un modèle dépassé et la France est le seul des grands pays de l'Union européenne à envisager la construction de nouvelles centrales", relève le ministère dans un communiqué.
"L'EPR est un réacteur traditionnel qui présente les problèmes bien connus de l'électricité nucléaire, avec des risques d'exploitation inacceptables.
Tout comme les autres réacteurs, il aggrave le problème des déchets dont personne ne connaît la solution. Tout comme les autres réacteurs, il aggrave le risque le prolifération nucléaire. Et il a aussi un rendement relativement faible, bien inférieur à celui des centrales les plus performantes", poursuit le texte dans une allusion aux centrales électriques au gaz à cycle combiné.
"Le gouvernement fédéral ne peut pas empêcher des entreprises allemandes de se lancer dans l'aventure de l'EPR à l'étranger mais ces entreprises, et avant tout leurs actionnaires, devront alors supporter seules les risques qu'elles prennent et leur éventuelle perte de crédibilité dans l'opinion publique allemande", avertit le document.
Le communiqué est signé de Michael Schroeren, porte-parole du ministre de l'Environnement Juergen Trittin (Verts).
La ministre française déléguée à l'Industrie, Nicole Fontaine, s'était prononcée le 8 octobre en faveur de la construction d'un prototype de l'EPR, un réacteur conçu en coopération par le groupe allemand Siemens et le groupe nucléaire français Areva.


Les Echos, 22/10/03:
 
Le point de vue de Benjamin Dessus

Nucléaire : la double manipulation

Qu'est-ce qui a pu pousser la ministre de l'Industrie, Nicole Fontaine, à changer brutalement d'avis et à faire connaître officiellement, la semaine dernière, sa proposition faite au premier ministre de décider dès maintenant la construction d'un " démonstrateur " du dernier-né d'Areva, le réacteur EPR ?

Elle avait pourtant annoncé, il y à peine trois semaines, sa volonté d'attendre janvier prochain pour trancher, au vu du résultat d'études complémentaires sur la compétitivité, la sûreté, les déchets, les risques sismiques, etc. Et il est bien vrai qu'au cours du débat national, la nécessité d'études complémentaires s'était fait sentir, au point qu'Edgar Morin, l'un des trois sages du comité mis en place par Nicole Fontaine, jugeait plus prudent d'attendre 2010 pour prendre une quelconque décision.

En effet, les choses ne sont pas aussi claires qu'on veut bien nous le dire. Et d'abord, pourquoi décider dans l'urgence, même s'il faut du temps pour construire et essayer ce prototype (une dizaine d'années) alors que nous avons abondamment montré, dans le rapport présenté par Charpin, Pellat et moi-même en 2000 au premier ministre, que même si la consommation d'électricité continue à déraper, aucune nouvelle tranche importante n'est nécessaire avant 2002. Sans compter que, depuis cette époque, nous nous sommes engagés vis-à-vis de l'Europe à produire 20 ou 25 TWh supplémentaires d'éolien, que le gouvernement envisage le remplacement d'Eurodif en 2010 par une usine d'enrichissement nouvelle qui mettrait 3 tranches au chômage (encore 15 TWh), et qu'il prépare une loi dont la priorité affichée devrait être les économies d'énergie. Dans un contexte où EDF s'inquiète des conséquences de la surcapacité électrique sur le prix de gros et donc sur sa marge bénéficiaire, on ne comprend pas la logique énergétique de ce choix.
Les avantages de cette filière vis-à-vis des risques de l'environnement seraient-ils déterminants ? Certes, l'EPR est réputé plus sûr que son prédécesseur. Mais il ne s'agit pas dune sûreté intrinsèque, seulement de précautions supplémentaires qui ont pour but de limiter les conséquences d'un accident majeur. Les risques de prolifération sont plutôt augmentés, puisque l'EPR généralise l'usage du MOX, qui impose de nombreux transports de plutonium. La question des déchets à haute activité et à longue durée de vie ne trouve pas plus de solution qu'avant, ni en quantité ni en dangerosité.

Le rendement électrique reste très faible, autour de 35 %, et induit donc toujours des rejets thermiques très importants dans les rivières, qui peuvent poser des problèmes graves comme on l'a constaté cet été. Du point de vue des risques et de l'environnement, donc, pas d'avancée significative.

Reste la compétitivité. Fort opportunément, la Direction générale de l'énergie et des matières premières (DGEMP) se prépare à rendre officielle sa dernière étude des " coûts de référence de la production d'électricité ", qui conclut, contrairement à ce que nous avions indiqué dans notre rapport à Lionel Jospin, à un avantage de plus de 20 % du kilowatt heure EPR par rapport à toute autre solution . Mais ce calcul est très critiquable aussi bien sur le plan méthodologique que factuel. Tout d'abord, pour calculer le coût du kilowattheure nucléaire en 2015, la DGEMP raisonne sur 10 tranches et calcule un coût marginal moyen qui permet d'amortir les conséquences des aléas techniques et financiers du prototype. Mais 10 tranches, cela fait 16.000 MW à installer en France en 2015 (20 % du parc), ce qui n'est manifestement pas une opération " marginale ". Surtout sans expliciter le moins du monde les besoins qui pourraient justifier la construction de 16 GW supplémentaires vers 2015 ­ 2020.

La seconde critique porte sur la faiblesse des coûts de construction affichés sur l'EPR : pourquoi sont-ils inférieurs de 22 % à ceux que nous avions retenus en accord avec le constructeur il y a trois ans pour le rapport précité ? Pas de réponse à cette question de la vérité des coûts qui proviennent exclusivement du constructeur Framatome, et dont la constitution est protégée par le secret commercial. Pas de réponse non plus à la demande d'une expertise indépendante. De quoi se poser vraiment des questions sur la crédibilité de l'ensemble de l'étude.

Tout cela est lamentable. Si le nucléaire doit continuer à figurer à terme dans le paysage énergétique français, il doit le faire dans la transparence, sur la base d'arguments vérifiables et de calculs validés, et surtout pas sous la pression d'un lobby industriel et administratif qui tente de créer l'irréversible à son profit.

Il ressort de toute cette affaire l'impression d'un double manipulation : la manipulation du ministre du ministre par le lobby nucléaire et ses propres services, la manipulation des citoyens qui avaient cru de bonne foi participer à un débat sérieux et qui prennent conscience d'avoir cautionné un débat bidon.

Benjamin Dessus
est ingénieur et économiste.
Benjamin Dessus est coauteur du rapport " Etude économique prospective de la filière électrique nucléaire ", remis au premier ministre en 2000.

 

 
Le Monde, 18/10/03:

EPR : il est urgent d'attendre

par Benjamin Dessus, Corinne Lepage et Michèle Rivasi
 
La canicule et la catastrophe sanitaire de l'été ont mis en lumière la fragilité du système énergétique français. Le récent débat national sur les énergies lancé par le gouvernement n'en avait jamais fait état. Il a suffi d'une augmentation de quelques degrés pour ébranler nos certitudes quant à la fiabilité et à la disponibilité du système électrique français. Dans un pays qui s'imagine qu'énergie = électricité - équation savamment entretenue par l'administration française et le lobby nucléaire, alors que l'électricité ne représente que 22 % de notre consommation d'énergie finale -, les Français se sont brutalement émus.
 
Comment, il n'était pas possible, pour les "heureux" possesseurs d'une "clim", de la pousser tous en même temps, à fond, dans les appartements ou les bureaux sans risquer de faire tout sauter ? Heureusement, il restait celle des voitures qu'on a vu circuler ou stationner, moteur en marche, pendant des heures, pour faire fonctionner la clim à fond !
 
Que s'est-il passé pour que nous frôlions ainsi la catastrophe ? Une pointe de consommation électrique inhabituelle en été (même si elle est restée modeste par rapport aux pointes d'hiver), dans un contexte de sécheresse, avec des barrages hydroélectriques à moitié vides, des rivières à l'étiage et une partie des centrales nucléaires (qui fournissent plus de 75 % de notre électricité) à l'arrêt pour maintenance. Restait donc pour EDF à pousser à leur maximum celles qui restaient disponibles, quitte à prélever encore de l'eau et à réchauffer les fleuves au risque de détruire les écosystèmes. De bons esprits, surfant sur l'émotion devant l'hécatombe, nous proposent "la clim pour tous" dans les meilleurs délais pour éviter la reproduction de la situation de cet été. Tant pis si cela augmente fortement nos besoins d'électricité ! Construisons vite quelques centrales nucléaires de plus ; elles, au moins, n'émettent pas de gaz à effet de serre ! Et si on a des problèmes avec les rivières mettons les centrales au bord de la mer, où l'eau ne manque pas !
 
Dans ce contexte d'émotion post-caniculaire, le lobby nucléaire a réussi à convaincre Mme Fontaine, la ministre de l'industrie, de proposer dès maintenant, en contradiction complète avec ses récentes déclarations, au premier ministre le lancement de la construction d'un "démonstrateur" d'une nouvelle génération de réacteurs nucléaires : l'EPR (European Pessurized Reactor), fleuron de Framatome. Présenté comme "évolutionnaire" par son promoteur, l'EPR se situe dans la lignée des réacteurs à eau qui équipent les centrales françaises. Plus puissant que ses prédécesseurs, il comporte quelques améliorations sur le plan de la sûreté. Ses concepteurs lui prédisent une durée de vie de 60 ans (40 à 45 pour les réacteurs actuels), des opérations de maintenance et de rechargement moins fréquentes (tous les 24 mois au lieu de 18) et une plus grande capacité à utiliser du MOX (le combustible réutilisant le plutonium issu du retraitement). Bref, une série d'améliorations censées, si tout se passe bien, aboutir à une réduction des coûts, mais certainement pas une révolution. De plus, les calculs que le ministère de l'industrie va très opportunément présenter dans les semaines qui viennent ("coûts de référence") reposent sur les seuls dires de Framatome et de Cogema, ôtant toute crédibilité à ces prévisions.
 
Intrinsèquement, la filière présente les mêmes défauts que sa sur aînée : mêmes difficultés techniques et économiques à suivre les fluctuations de la demande d'électricité, mêmes problèmes de refroidissement. Mais surtout : mêmes risques d'accident (même si les conséquences sont mieux maîtrisées) et aucune amélioration sensible aux problèmes majeurs (sécurité, protection contre la menace terroriste, prolifération nucléaire, question des déchets à haute activité et à très longue durée de vie).
 
Lancer un EPR dans la précipitation serait une lourde erreur. Le nucléaire est très mal adapté pour répondre à des besoins aléatoires de pointe comme celui de la climatisation. Si le besoin était réel, il serait préférable d'utiliser une turbine à gaz. Son délai de construction est bien plus faible (2 à 3 ans). Plus souple, elle est capable de répondre aux pointes de demande électrique. Elle est moins handicapée par les problèmes de refroidissement puisque son rendement est bien meilleur (55 %).
 
Mais, surtout, la généralisation de la climatisation des logements est une aberration économique et écologique. Nous avons avant tout besoin d'un programme ambitieux de réhabilitation thermique et d'économie d'électricité des logements et des locaux tertiaires pour rendre à nos espaces d'habitation le confort d'été qui leur manque bien souvent. Sans un tel programme, l'inflation galopante de la climatisation, avec ses conséquences sur le réchauffement du climat, nous entraînerait dans une spirale dangereuse de surconsommation, elle-même porteuse de nouveaux risques pour l'environnement.
 
Toutes les études récentes l'ont montré : même en cas de forte augmentation des consommations d'électricité (+ 85 % en 2050), aucune centrale supplémentaire de base n'est nécessaire avant 2022. Ce n'est qu'après 2025 ou 2030 que se posera la question du renouvellement du parc nucléaire.
 
La question d'une pénurie globale d'énergie électrique en France n'est donc pas d'actualité, même si la rigidité qu'entraîne la trop forte proportion de nucléaire dans le parc électrique pose problème.
 
Pourquoi lancer un EPR aujourd'hui, au moment où EDF annonce (certes pour des raisons comptables) la prolongation à 40 ans de la durée de vie de ses centrales et que d'importantes recherches sont lancées au niveau international sur des filières révolutionnaires dont on nous dit qu'elles devraient apporter des solutions plus crédibles aux grands problèmes qui plombent le nucléaire aujourd'hui : risque d'accident, prolifération, déchets ? Pourquoi lancer le prototype d'une filière considérée comme obsolète avant d'exister, qui bloquerait la France sur une voie de garage jusqu'en 2100 et retarderait d'autant les recherches sur ces filières ? Qui paiera ce Concorde à hélices ?
 
Reste le sacro-saint argument de la politique industrielle. La construction d'un démonstrateur à très court terme en France serait essentielle pour placer Framatome en bonne place sur le marché international et maintenir la compétence de ses ingénieurs. Mais le marché mondial du nucléaire est atone, de nombreux pays européens se dégagent du nucléaire.
 
Ne prenons pas cette décision dans l'urgence sous la pression d'un lobby et sans une analyse indépendante des coûts et des enjeux. Ce choix serait lourd de conséquences pour notre avenir énergétique, inutilement coûteux pour EDF et ses clients, dangereux par son effet d'éviction pour l'avenir de la recherche (sur les alternatives, la maîtrise de l'énergie et les renouvelables, mais aussi sur le nucléaire même), et finalement dommageable pour les salariés de l'industrie nucléaire elle-même.
 
Benjamin Dessus est président de Global Chance Corinne Lepage est avocate, présidente de cap 21, ancienne ministre de l'environnement Michèle Rivasi est directrice générale de Greenpeace France


Le Monde, 10/10/03:

La France tentée par une relance du programme nucléaire

La prise de position de la ministre déléguée à l'industrie, Nicole Fontaine, en faveur du lancement de l'EPR, le réacteur de troisième génération, rouvre le débat sur la place et la pérennité de l'électricité nucléaire, fer de lance d'EDF en Europe.

"La france ne peut raisonnablement pas se passer de l'énergie nucléaire." Nicole Fontaine ne cache plus ses convictions. Même s'il ne s'agit, pour l'instant, que de "proposer au premier ministre de faire le choix de l'EPR", le réacteur nucléaire dit de troisième génération, la décision annoncée, mercredi 8 octobre, par la ministre déléguée à l'industrie, est un premier pas vers une relance du nucléaire civil en France.

La décision définitive de construire l'EPR est attendue vers la fin de l'année, lors du débat parlementaire autour du projet de loi d'orientation énergétique que concoctent les services de Mme Fontaine. Mais les réactions, elles, ne se sont pas fait attendre. "Mme Fontaine a cédé aux sirènes du lobby nucléaire, a aussitôt déclaré, mercredi, Hélène Gassin, de Greenpeace France. Nous demandons au premier ministre de bien réfléchir."Le député Vert et ancien ministre de l'environnement, Yves Cochet, a qualifié, pour sa part, de "bêtise écologique, financière et énergétique" une éventuelle construction de l'EPR.

Les critiques se focalisent sur l'aspect prématuré que revêtirait une telle décision. "Le parc -de centrales actuelles- est suffisamment jeune pour qu'on prenne cette décision au plus tôt en 2012-2015", observe M. Cochet. Et ce d'autant plus qu'EDF vient d'annoncer la prolongation comptable de la vie de ses centrales nucléaires à 40 ans, ce qui, si l'Autorité de sûreté nucléaire donne son feu vert, reporterait à 2017 la fermeture de la plus ancienne centrale actuellement en service, à Fessenheim (Haut-Rhin).

Dans le rapport remis à la ministre, le 12 septembre, à l'issue du débat national sur les énergies, qui s'est déroulé au premier semestre 2003, le "comité des sages", nommé par le gouvernement pour superviser ce débat, était divisé et avait conclu qu'il était urgent d'attendre.

"La technologie EPR est d'ores et déjà obsolète", argumente Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement d'Alain Juppé. De fait, le réacteur européen - en fait franco-allemand, puisque conçu par Siemens et Framatome - à eau pressurisé (European Pressurized Reactor), dont la conception remonte à la fin des années 1980, est de technologie conventionnelle. Ses principales innovations consistent en "des fonctions de sûreté assurées par des systèmes diversifiés et redondants" et un renforcement du confinement du cur du réacteur de manière à résister à une explosion interne, type Tchernobyl, ou "à la chute d'un avion militaire lourd", explique son constructeur Areva.


RÉACTEUR DE TRANSITION

Mais Mme Fontaine a préféré faire siens les arguments développés par les partisans de l'EPR - Areva et son premier client EDF, mais aussi les députés de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques -, qui considèrent l'EPR comme un indispensable réacteur de transition. Un tiers du parc nucléaire actuel atteindra les 40 ans d'ici 2025. Compte tenu des délais très longs (onze ans) de procédures, de construction et de mise au point du premier réacteur démonstrateur, il faudrait lancer dès cette année le programme EPR pour espérer mettre en service les premières centrales de troisième génération à partir de 2020, martèlent en choeur députés et industriels. Il ne serait "pas raisonnable" d'attendre la quatrième génération "qui ne sera pas prête avant 2040", a tranché Mme Fontaine.

"La France va se retrouver une nouvelle fois isolée sur la scène internationale", déplore M. Cochet. Isolée ? Pas tout à fait. La Finlande a décidé, en mai 2002, de construire un nouveau réacteur nucléaire. C'était la première commande en Europe (hors France) depuis Tchernobyl, en 1986. Areva a répondu à l'appel d'offres, en présentant, parmi ses propositions, un EPR. Que la France décide de se doter de ce nouveau réacteur serait un argument de poids face aux concurrents russes et américains.

Le gouvernement semble aussi vouloir exploiter le contexte plus favorable au nucléaire que pourraient créer les dernières coupures d'électricité qui ont eu lieu en Europe ces derniers mois, dont la dernière, la plus spectaculaire, en Italie, le dimanche 28 septembre. Ces incidents à répétition ont mis en relief la puissance et la stabilité du parc électronucléaire français, premier exportateur de courant électrique en Europe.


RENOUVELER LE PARC ACTUEL

Une décision rapide en faveur de l'EPR n'est pas non plus dénuée d'arrière-pensées de politique intérieure. La droite sait que la gauche est profondément divisée sur la question nucléaire : le Parti communiste y est favorable, les Verts et une bonne partie de l'extrême gauche hostiles, et le PS partagé. Par ailleurs, le gouvernement envoie un signal à la CGT, dont la puissante Fédération mines-énergie - ouvertement pronucléaire - tient son congrès à Biarritz la semaine prochaine. Un congrès que Jean-Pierre Raffarin a qualifié lui-même d'"important" pour l'avenir d'EDF, le 26 juillet. De là à imaginer que le lancement de l'EPR pourrait servir de monnaie d'échange au premier ministre pour obtenir en retour un feu vert de la CGT au changement de statut d'EDF et de Gaz de France...

Reste à savoir qui va financer la construction de l'EPR. Le coût du démonstrateur, évalué à 3 milliards d'euros, "sera pris en charge par les industriels concernés", a dit la ministre. EDF et Areva sont plutôt sous pression à Bercy pour faire des économies et améliorer leurs résultats. Pour renouveler le parc actuel, "à raison de 4 000 MW par an, il faudrait mobiliser environ 5 milliards d'euros chaque année. (...) C'est la moitié de notre cash-flow opérationnel, un peu moins de la moitié de nos investissements totaux", soulignait M. Roussely devant les parlementaires en avril. Mercredi, dans un communiqué, le groupe public évoque "la mise au point d'un nouveau modèle de réacteur (...) sur la base d'une coopération européenne entre industriels et autorités de sûreté". Convaincre l'Europe de relancer le nucléaire, un nouveau défi pour M. Raffarin.

Pascal Galinier


Nicolas Hulot : "consulter la population"

Interrogé par Le Monde, Nicolas Hulot estime qu'"il aurait fallu consulter la population" avant toute décision. "Je ne serais pas opposé à l'organisation d'un référendum, car les choix qui sont proposés nous engagent durablement. Si la société fait un mauvais choix, elle pourra dire qu'elle l'a fait collectivement", estime le producteur d'émissions de télévision sur la nature, proche de Jacques Chirac. "Dans ce dossier, il aurait été urgent de ne pas prendre de décision, poursuit M. Hulot. La décision passe au forceps. La population aurait dû avoir le droit à un vrai débat sur l'énergie, où auraient été énoncés les inconvénients, les avantages, les risques. Il aurait fallu savoir s'il n'y avait pas d'autres options. Avons-nous épuisé tous les gisements d'économie ?"

Le Parti socialiste, dans un communiqué publié mercredi, condamne "une véritable parodie de débat sur la politique énergétique". Il "s'étonne d'une telle annonce à un moment où tous les crédits pour mieux maîtriser l'énergie et accroître la part des énergies renouvelables sont fortement diminués".


Une dizaine de sites candidats

Selon le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), une dizaine de sites sont candidats à l'installation du réacteur démonstrateur EPR. La construction se ferait, a priori, comme un réacteur supplémentaire, à côté d'une centrale déjà en fonctionnement. Le réseau Sortir du nucléaire avait affirmé, en novembre 2002, que le site de Penly (Seine-Maritime) avait déjà été choisi et qu'une lettre en ce sens avait été envoyée par François Roussely, président d'EDF, à des élus locaux. La compagnie avait alors assuré ne pas avoir trace qu'un tel courrier ait été expédié. Mais un responsable local avait affirmé avoir "la place disponible et les lignes pour l'accueillir".

En juin, le conseil régional de Rhône-Alpes a voté une motion demandant que le nouveau réacteur soit installé dans cette région, en raison notamment de sa position au cur de l'Europe. Le président du conseil général de la Manche, Jean-François Le Grand, a exprimé au Monde son "intérêt" pour une installation sur le site de Flamanville.


"L'urgence de la construction de l'EPR n'est pas clairement démontrée"

A l'issue du Débat national sur les énergies, qui s'est déroulé au premier semestre 2003, un "comité des sages" composé d'Edgar Morin, sociologue, de Pierre Castillon, ancien président de l'Académie des technologies, et de Mac Lesggy, journaliste scientifique, a remis, le 12 septembre, ses conclusions au gouvernement. M. Morin a soumis une contribution séparée, exprimant quelques divergences.

Pierre Castillon et Mac Lesggy. Il est clair que la poursuite du programme électronucléaire français devrait entraîner, dans quelques années, la construction de nouvelles tranches nucléaires pour remplacer le parc actuel. Toute la question est de savoir quand ces tranches doivent être construites. Si la décision est prise aujourd'hui, le seul "candidat" possible est l'EPR. En revanche, si elle devait être différée de plusieurs décennies, le choix serait plus ouvert. Plusieurs modèles dits de "quatrième génération" sont en effet à l'étude au niveau international.

Il a semblé que si le constructeur potentiel de l'EPR, Areva, milite pour sa réalisation immédiate, c'est avant tout pour des raisons économiques et de stratégie industrielle. (...) Sa mise en service permettrait à Areva de disposer d'un réacteur démonstrateur, avantage de poids dans la bataille que s'apprêtent à livrer les grands constructeurs nucléaires mondiaux pour décrocher des commandes en Asie. (...)

L'opérateur national, EDF, a aussi manifesté son intérêt. Mais les différents calendriers présentés - et discordants - n'ont pas clairement démontré l'urgence de la construction de l'EPR.

Edgar morin. La problématique spécifique du nucléaire doit être vue dans le contexte futur :

- Il y a des protections fiables seulement à court et moyen terme pour les déchets radioactifs à très longue durée de rayonnement. Cela doit influer le choix politique sur le nucléaire lui-même. Toutefois, une centrale pourrait être alimentée par les déchets radioactifs et ainsi éliminer leur nuisance.

- Les nouvelles menaces terroristes peuvent menacer des centrales ou la Hague.

- Un réchauffement climatique perturberait le fonctionnement des centrales en période de canicule.

- L'investissement sur EPR se fait-il au détriment d'investissement sur le renouvelable ?

(...) Aussi les centrales actuelles ne devenant obsolètes qu'en 2030, il semble inutile de décider d'une nouvelle centrale EPR avant 2010. L'incertitude actuelle ne permet pas d'être assuré que l'EPR, conçu dans les années 1980, serait la filière de l'avenir. Un temps de réflexion de huit ans me semble nécessaire.



Libération, 9 octobre 2003:

Le nucléaire revient l'air de rien

Près d'un an que le gouvernement tournait autour du sujet sans oser dire qu'il avait pris sa décision, organisant des débats et commandant des rapports dans un souci déclaré de «concertation»... Et, crac, la ministre déléguée à l'Industrie a dérapé. Comme si l'annonce lui brûlait les lèvres. Au cours d'une conférence de presse destinée à présenter un énième rapport parlementaire sur l'énergie, Nicole Fontaine a fait savoir, hier, que la France s'acheminait bel et bien vers la cons truction du réacteur nucléaire de troisième génération EPR pour renouveler son parc de centrales. «L'EPR a des avantages incontestables. Il est moderne et dix fois plus sûr que les centrales actuelles», a-t-elle souligné en commentant le rapport de Jean Besson, lui-même très favorable au nouveau réacteur. L'EPR «est plus compétitif de 10 % par rapport aux centrales actuelles, il va permettre de diminuer le prix de l'électricité. Il produit moins de déchets radioactifs»... «Je proposerai donc au Premier ministre de lancer l'EPR dans les meilleurs délais.» Coût d'un prototype : 3 milliards d'euros.

L'annonce a surpris tout le monde. «Une bourde», déclarait-on de source gouvernementale. «Une gaffe», notait un industriel. Il y a moins d'un mois, la même ministre affirmait en effet que le gouvernement ne souhaitait pas se presser et qu'il prendrait sa décision «en toute connaissance de cause», au début de l'année 2004. Les propos de Nicole Fontaine ont d'ailleurs provoqué un tollé chez les écologistes. Elle «affiche un profond mépris pour le processus de débat national sur l'énergie qu'elle a elle-même initié», a réagi Greenpeace. «La décision en faveur de l'EPR précède le débat parlementaire sur l'énergie, programmé à l'automne, cela me choque beaucoup», notait le président de la Crii-RAD, laboratoire indépendant sur la radioactivité. Nicole Fontaine n'a fait qu'exprimer son «sentiment personnel», se défendait hier son entourage, une décision «définitive» est attendue début 2004. Après s'être mise volontairement en retrait, la ministre aurait éprouvé le besoin de mettre les points sur les «i» et de «donner son avis».

La chose paraît de toute façon entendue. Le français Framatome (du groupe public Areva) et l'allemand Siemens auront leur nouveau réacteur, qu'ils réclament depuis des années pour assurer la continuité de leur plan de charge. Avec la bénédiction de Nicole Fontaine, ils ont même un atout dans la compétition pour un cinquième réacteur nucléaire en Finlande. Un appel d'offres qui doit être tranché dans les... semaines qui viennent. «Ce n'est pas un choix énergétique, c'est un choix industriel», s'est ému le député vert Yves Cochet, précisant que ce choix allait «coûter très cher à EDF», le client final. L'électricien français - qui doit faire face à l'ouverture à la concurrence - l'a à peine caché en déclarant hier dans un communiqué que «l'EPR devra être réalisé avec d'autres partenaires européens, afin de s'inscrire dans la trajectoire financière du groupe» public.

Alexandra SCHWARTZBROD

 

Un réacteur classique à sécurité renforcée
Les principales innovations de l'EPR concernent la sûreté.

«Ne parlez pas de prototype à propos du premier EPR.» Ce conseil de Jacques Bouchard, directeur de l'énergie nucléaire au CEA, résume le statut de ce nouveau réacteur. Nul besoin d'un prototype pour tester une technologie innovante, mais seulement d'une première réalisation pour ultimes réglages et démonstration commerciale. L'EPR (european pressurized reactor) représente une simple évolution du concept de réacteur à eau pressurisée en service dans les centrales d'EDF. Démonstration par la liste de ses traits principaux.

Modérateur. Tout ça ressemble furieusement aux centrales actuelles. Le combustible est à base d'uranium enrichi ou de plutonium récupéré du retraitement du combustible usé. Le réacteur est piloté par des barres de contrôle capables d'absorber les neutrons. Comme modérateur (1), de l'eau pressurisée. Qui sert également de caloporteur, transmettant l'énergie tirée du coeur à un circuit d'eau secondaire pour les générateurs de vapeur.

Pourtant, il y a quand même du neuf dans l'EPR, pour répondre aux exigences des autorités de sûreté française et allemande, ainsi qu'aux souhaits des exploitants. Côté sûreté, c'est ceinture et bretelles. Quatre dispositifs de secours indépendants sont susceptibles d'intervenir sur le réacteur pour éviter la fusion du coeur. Injections d'eau borée absorbant les neutrons, alimentation de secours des générateurs de vapeur et alimentations électriques de secours sont redondantes et pour certaines protégées dans des bâtiments bunkérisés. Malgré ce dispositif préventif, les ingénieurs ont pris en compte la possibilité de fusion, de manière à éviter un dégagement de radioactivité en cas d'accident. Si le coeur fondait, il serait récupéré dans un canal et une zone de refroidissement validés par des expériences menées à Cadarache par le CEA. Et l'eau du circuit primaire, radioactive, serait vidangée sans risque de partir à l'extérieur. En outre, l'enceinte de confinement est doublée, pour résister à d'éventuelles explosions, dont le risque est diminué par des extracteurs d'hydrogène.

Puissant. Ces dépenses de sûreté supplémentaires sont censées être compensées par une rentabilité supérieure. Puissant - 1600 MW électriques -, d'un rendement thermique légèrement amélioré, l'EPR sera surtout adapté à des combustibles plus denses en noyaux fissiles - et donc utilisables plus longtemps -, pour diminuer la fréquence des arrêts pour rechargement du coeur. Sa cuve de grande taille et dotée d'un réflecteur à neutrons en acier permettra également de le charger jusqu'à 100 % avec du combustible Mox - mélange d'uranium et de plutonium. Dans ce cas, il pourrait même diminuer le stock de plutonium à raison de 670 kg par an et par réacteur.

(1) Ralentisseur de neutrons, pour leur donner la vitesse favorisant les réactions de fissions nucléaires.

Sylvestre HUET


Hulot pour une consultation sur le nucléaire de 3e génération

PARIS - Nicolas Hulot, animateur de l'émission Usuhaïa sur TF1 et conseiller de Jacques Chirac pour les problèmes d'environnement, a déploré le manque de débat sur le réacteur nucléaire de troisième génération EPR et a souhaité une vaste consultation, voire un référendum, sur ce dossier.

La ministre déléguée à l'Industrie Nicole Fontaine a proposé mercredi au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin le choix de l'EPR ((European Pressurized Reactor, réacteur européen à eau sous pression) pour renouveler le parc nucléaire français, choix qui suscite la colère des écologistes.

Interrogé sur RTL, Nicolas Hulot a estimé qu'il était "urgent de ne pas se presser" sur ce dossier.

"Les problèmes d'énergie, nos sources d'énergie, c'est quelque chose d'excessivement complexe, et attention de ne pas simplifier et de ne pas seulement réagir par sensibilité personnelle. La première chose, c'est qu'il est urgent de ne pas se presser", a-t-il dit.

"J'entends dire que l'on peut prolonger d'une dizaine d'années la durée de vie de nos centrales nucléaires. Si tel est le cas, profitons de ce temps précieux qui nous est donné pour organiser un véritable débat sur l'énergie, un véritable débat, et confronter les points de vue des uns et des autres", a-t-il ajouté.

"On nous engage pour des décennies, avec ces déchets dont on ne peut pas s'accommoder. L'objectif idéal de notre société ce serait de sortir du nucléaire. Le problème c'est: quand, et comment ? Comme on n'a pas de réponses, eh bien donnons-nous les instruments d'évaluation pour savoir si l'on peut, ou pas, mais faisons ce travail, sans a priori. Je ne pense pas qu'il ait été fait dans le dernier débat sur l'énergie en France", a estimé Nicolas Hulot.

Dans Le Monde, il demande une consultation de la population. "Je ne serais pas opposé à l'organisation d'un référendum car les choix qui nous sont proposés nous engagent durablement", dit-il.

"La population aurait dû avoir le droit à un vrai débat sur l'énergie où auraient été énoncés les inconvénients, les avantages, les risques. Il aurait fallu savoir s'il n'y avait pas d'autres options."


TOLLE CHEZ LES ECOLOGISTES

La proposition de la ministre déléguée à l'Industrie a provoqué de vives critiques chez les écologistes de tous bords.

Pour Noël Mamère, député Vert de la Gironde et ancien candidat de cette formation à l'élection présidentielle de 2002, il s'agit d'une "véritable provocation" qui va "plonger la France durant cinquante ans de plus dans l'hégémonie du nucléaire".

Pour Géraud Guibert, secrétaire national du PS chargé de l'environnement, "ce choix fait suite à une véritable parodie de débat sur la politique énergétique de la France".

"Avec une telle décision, le gouvernement prend le risque d'empêcher une réelle diversification énergétique pourtant tout à fait indispensable", dit-il dans un communiqué.

L'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage, présidente de Cap 21 (proche de l'actuelle majorité), dénonce elle aussi "l'absence de débat démocratique" sur la politique énergétique et affirme que la technologie de l'EPR "est d'ores et déjà obsolète et son coût est élevé".

Pour leur part, les rapporteurs de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques sont satisfaits.

Les députés Christian Bataille (PS) et Claude Birraux (UMP) déclarent dans un communiqué avoir "pris connaissance avec satisfaction" des déclarations de la ministre en faveur de l'EPR.

Ils soulignent que "le lancement rapide de la construction de l'EPR permettra d'acquérir, avec ce nouveau réacteur, l'expérience indispensable pour pouvoir, le cas échéant et le moment venu, placer les réacteurs d'EDF les plus anciens dans les meilleures conditions de sûreté et de performance économique".

Les deux élus rappellent que les déclarations de Nicole Fontaine vont dans le sens des conclusions de leur rapport sur "la durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs" qui a été adopté à l'unanimité en mai par l'Office d'évaluation parlementaire.