Déchets radioactifs : l'Andra va coopérer avec les universités de Nancy

6/02/2007 - L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a annoncé mardi qu'elle mènerait avec trois universités de Nancy des recherches sur l'enfouissement des déchets radioactifs en couches profondes.
L'Andra, qui étudie le stockage des déchets hautement radioactifs dans un laboratoire situé à 500 m de profondeur à Bure (Meuse), a signé un accord de partenariat avec l'Institut national polytechnique de Lorraine, l'université Henri Poincaré et l'université Nancy 2, a indiqué l'agence dans un communiqué reçu à Metz.
Cette coopération englobera les géosciences, les sciences humaines et sociales pour étudier les conditions d'acceptabilité du stockage par la population, les sciences de l'ingénieur avec des recherches sur les techniques et matériaux de stockage, ainsi que les sciences de l'environnement, en particulier pour préparer les études d'impact.
L'Andra et les trois universités mèneront des programmes communs dans ces champs disciplinaires et rechercheront des possibilités d'innovation dans des consortiums de recherche et développement nationaux et internationaux, selon le communiqué. Une loi de juin 2006 a confié à l'Andra la responsabilité des recherches sur le stockage géologique profond des déchets radioactifs en France

A Lire:


Sur les déchets:

Programme de recherche et activité d'un laboratoire souterrain

Les tombeaux de déchets nucléaires

Mémoire pour la réversibilité des stockages

Déchets, Ni ici, ni ailleurs, mais où ?

 

A propos de Bure:
- L'enfouissement des déchets radioactifs est-il aussi rassurant que le prétend L'ANDRA ?


- Analyse du géologue Antoine Godinot: Des déchets nucléaires type "B" et "C" pour Bure (Word)

- Négation du potentiel géothermique de Bure, A. Mourot, A. Godinot, P. Huvelin
  Synthèse de 10 pages
(Word) ou Texte complet de 37 pages (Word)