Phénix à Marcoule dans le Gard (250 MWe) a connu un début remarquable en 1974-1975, mais ses performances se sont dégradées sans cesse depuis. Arrêt du 24.11.75 au 13.12.75 pour fuite dans un générateur de vapeur, fonctionne à puissance réduite de juillet à octobre 1976 pour fuite de sodium secondaire; arrêt complet depuis le 5 octobre 76 pour fuite de sodium dans un autre échangeur. Il devrait redémarrer au début de mai 1977. On nous dit que la panne qui a occasionné cet arrêt n'est pas grave, ceci est tout à fait exact, mais alors quelle aurait été la durée de l'arrêt si la panne avait été plus sérieuse ? etc.

Marcoule: le CEA et EDF mettent fin à la carrière du réacteur Phénix

13/9/2009 - Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et EDF ont officiellement mis un terme, samedi, à l'exploitation du réacteur nucléaire Phénix, sur le site de Marcoule (Gard), le réacteur étant promis dorénavant au démantèlement après 35 ans de carrière.

Prototype d'une filière dite "à neutrons rapides", Phénix, un réacteur de 250 mégawatts, avait été découplé du réseau EDF en mars, après avoir produit - modestement - quelque 26 milliards de kilowatts/heure en 35 ans. Outil de recherche, Phénix continuera toutefois à fonctionner jusqu'à la fin de l'année dans le cadre d'une campagne scientifique, avant que ne commence, à partir de 2012, son démantèlement qui devrait s'étaler sur une quinzaine d'années.

Phénix a marqué une page de la recherche nucléaire française car ce réacteur était le prototype d'un concept de "surgénérateur" lancé en France dans les années 70, fonctionnant selon une technique radicalement différente de celle employée dans les autres réacteurs nucléaires français.

Au lieu d'utiliser l'uranium 235 comme combustible et l'eau pressurisée comme liquide caloporteur, c'est-à-dire destiné à récupérer la chaleur, le surgénérateur utilisait l'uranium et le plutonium comme combustibles et le sodium comme liquide caloporteur. Avec le surgénérateur, on "multipliait par 50 les ressources extractibles en termes d'énergie du minerai d'uranium", explique "en schématisant" le directeur du CEA Marcoule, Christian Bonnet.

Par ailleurs, l'objectif du surgénérateur était, par réaction physique, de produire plus de combustible qu'il n'en consommait. Dans les années 90, Phénix a aussi servi "à démontrer la capacité à incinérer les déchets radioactifs les plus dangereux, un phénomène appelé la +transmutation+", assure le CEA.

Phénix allait déboucher sur un programme ambitieux, promis à devenir le fleuron de l'industrie nucléaire française: le réacteur Super Phénix, dont la construction sur le site de Creys-Malville (Isère) allait être combattue avec force par les antinucléaires et les mouvements écologiques.

Finalement, en 1997, après 20 ans de polémique, Super Phénix dont la vie a été émaillée de nombreux incidents techniques, devait être arrêté par le Premier ministre Lionel Jospin. "Sacrifié" commente plutôt Christian Bonnet, "sur l'autel d'un accord électoral" entre M. Jospin et les Verts.

La fin de carrière de Phénix "ne fera pas verser de larmes au Réseau Sortir du nucléaire", a déclaré Pierre Péguin, un des porte-parole du réseau, interrogé par l'AFP. "Cette filière à neutrons rapides, c'est l'enfant chéri du CEA qui a toujours cherché à (la) développer". Mais "le plutonium auto-fabriqué, c'est la substance la plus dangereuse que l'activité humaine a générée" [1/1 000 000 ème de gr de plutonium inhalé suffit à provoquer un cancer, 8 kilos sont suffisant pour faire une bombe atomique de type Nagasaki], selon M. Péguin. Par ailleurs, a-t-il noté, "le sodium liquide a la propriété de s'enflammer au contact de l'air et [explose au contact] de l'eau".

"On s'inquiète maintenant car l'Etat a chargé le CEA de bâtir un réacteur dit de quatrième génération qui va s'appuyer sur la même filière", a-t-il ajouté. L'objectif de la France est de disposer d'un prototype d'un tel réacteur de quatrième génération à l'horizon 2020. Le type de filière retenu n'a pas encore été annoncé. Mais à Marcoule, on met en avant l'expérience acquise sur la filière neutrons rapides. "On va essayer de travailler pour que le site de Marcoule soit retenu pour l'implantation du prototype", a indiqué Christian Bonnet.

 


Le Midi Libre, 9/3/2009:

Marcoule - Phénix cesse son activité, pas le personnel

Le réacteur nucléaire de Marcoule a cessé d'alimenter le réseau électrique français vendredi soir. Il devra bientôt être démantelé Ils n'étaient évidemment pas tous présents, au moment où le conducteur pile, en poste vendredi soir à 23 h 50, a déconnecté le réacteur Phénix du réseau électrique français. Mais tous, à l'heure où une page de l'histoire de Marcoule se tournait, devaient avoir une pensée émue pour cet outil sur lequel ils ont travaillé pendant des années. « Tout le monde était très attaché à Phénix », confirme le directeur de la centrale depuis 2008, Didier Dall'Ava. Trente-cinq ans d'exploitation, sans parler des années nécessaires à sa construction, cela fait du monde passé sur les différents postes. « Nous comptions encore 285 salariés l'an passé, confirme Christian Bonnet, directeur du CEA Marcoule, répartis entre le CEA et EDF qui exploitaient conjointement le réacteur. » Avec l'arrêt total du réacteur, annoncé pour la fin de l'année 2009 après une dernière phase de test, il a déjà fallu prévoir un reclassement de tout ce personnel, hormis ceux qui prendront leur retraite en même temps que Phénix. Un travail qui a été anticipé, à en croire Christian Bonnet. « Nous avons déjà baissé les effectifs au cours des derniers mois, ce qui a d'ailleurs engendré une charge de travail plus importante pour le personnel en poste, pour répondre au même degré d'exigence. Une partie des agents EDF a déjà trouvé place sur les sites voisins. Du côté du CEA, les responsables techniques ont su proposer un vrai projet mobilisateur. » Qui se poursuivra pendant de très nombreuses années pour certains. Le démantèlement et l'assainissement d'un site nucléaire ne se faisant pas d'un claquement de doigt, un calendrier prévoit des travaux jusqu'en 2020 au moins. Une part importante de l'effectif pourra donc être formée, puis reclassée sur le démontage de Phénix. « En fin d'année, nous compterons encore 160 agents », assure le directeur du CEA. C'est sans compter les nombreux emplois induits par les activités de recherche et de développement menées à Marcoule sur le réacteur [dit] de 4ème génération. Et, à plus long terme encore, ceux qui convergeront dans le Gard si le site obtient, en 2012, la construction du prototype Astrid.


Midi Libre, 8/3/2009: 

Marcoule débranche son Phénix

Marcoule débranche son Phénix Phénix, le plus ancien réacteur nucléaire français, a été découplé vendredi à 23 h 50. Derrière les vitres de la salle de contrôle, plusieurs personnes du CEA et d'EDF ont assisté avec émotion à ce découplage. En service depuis 1974, ce réacteur, l'un des 58 de France [non, l'un des 59 réacteurs qui étaient couplés au réseau], produisait [non il aurait produit s'il avait fonctionné correctement, ce qui n'était pas le cas...] environ 140 MW. Poussé vers la retraite, le réacteur Phénix cessera toute activité à la fin de l'année. Son démantèlement prendra plusieurs années.

 


Incident nucléaire de niveau 1 sur le réacteur Phénix, à Marcoule

6/11/2007 - Des opérations de maintenance sur le réacteur de recherche Phénix à Marcoule, dans le Gard, ont mis au jour un incident sur une vanne de vidange d'un circuit de refroidissement, sans conséquence sur l'environnement ni sur le personnel, a annoncé mardi le CEA dans un communiqué. Selon le Commissariat à l'énergie atomique, l'incident, révélé durant l'arrêt annuel du réacteur, a été classé au niveau 1 sur l'échelle internationale des événements nucléaires qui en compte 7. Il concerne une des vannes de vidange d'un circuit de refroidissement de sodium secondaire, non radioactif. La manoeuvre de cette vanne, qui permet la vidange du circuit en cas de fuite de ce dernier, s'est en effet avérée impossible. Un défaut sur la connexion mécanique reliant le volant de commande à la tête de la vanne a été identifié. "Le resserrage et le blocage des boulons concernés ont permis d'y remédier", selon le communiqué du CEA qui précise que "toutes les commandes de vannes de conception similaires étaient en cours de vérification". Implanté sur les bords du Rhône, faisant partie intégrante du site nucléaire de Marcoule, Phénix est un réacteur prototype de la filière des réacteurs à neutrons rapides à sodium (RNR). Ses premiers kilowatts-heures ont été livrés sur le réseau EDF en juillet 1974. Depuis 2003, le réacteur ne fonctionne qu'aux deux tiers de sa puissance nominale. Sa puissance électrique est aujourd'hui de 145 megawatts. Son arrêt est prévu en 2009.


Lire:

- Les surgénérateurs des réacteurs qui peuvent exploser (en PDF) Sciences et Vie n°703 avril 1976

- Quelques vérités (pas toujours bonnes à dire) sur les surgénérateurs (en PDF) Sciences et Vie n°781, octobre 1982

- Superphénix, l'oiseau qui ne veut pas mourir

 

 

Phénix: le mensonge qui renaît de ses cendres

Ils ont osé le faire !
Le réacteur à neutrons rapides de Marcoule, tombé en panne lors de son 49è cycle de combustible (en 1989/1990), n'avait que peu fonctionné depuis, pour la clôture de son 49 cycle (fin 1994) puis lors d'une tentative sur le 50è cycle en 98/99.
La panne : des pertes multiples de réactivité, n'avait jamais trouvé de "version officielle" ; la version officieuse et probable n'étant à l'évidence pas avouable.
Conçu à l'origine comme prototype de surgénérateur, capable de produire plus de plutonium qu'il n'en consommait, il devait postérieurement être reclassé, comme son successeur Superphénix, en laboratoire d'"incinération" des actinides mineurs.
Dès le subterfuge avéré de la "surgénération", ce réacteur n'avait plus lors d'utilité, ce qui réduisait à néant la théorie de l'abondance énergétique nucléaire avec des "rapides" qui fertiliseraient l'uranium 238 non énergétique.
C'est tout le programme électronucléaire français qui faillit sombrer dans le ridicule. Pour pallier cet échec, le programme Mox, mélange d'uranium appauvri et de 6% de Plutonium, comme combustible dans les réacteurs à eau pressurisée fut lancé afin de justifier le maintien de la filière avale du cycle de combustible et la poursuite du retraitement chimique des combustibles irradiés par Cogéma La Hague. Curieusement d'ailleurs, les décrets d'autorisation de création des 28 réacteurs à eau pressurisée de 900 MWé du palier CPY, autorisaient l'utilisation du Mox bien avant l'échec de Superphénix, comme si d'importants décideurs n'avaient qu'une confiance très limitée dans l'avenir de la surgénération et envisageaient un terrain de repli pour la filière plutonium et l'usine de retraitement.
Mais ce procédé est particulièrement coûteux et double sensiblement le prix du kilowattheure nucléaire, comparé au combustible à uranium légèrement enrichi (3 à 4% d'U 235 au lieu de 0,7% dans l'uranium naturel).

Phénix, arrêt de tranche 1999, hall du réacteur sur le site du CEA de Cadarache.

L'autre justificatif avancé pour pallier l'échec de la surgénération était l'élimination des déchets radioactifs par transmutation. Si ce procédé est en théorie possible, son étude au CEA dans les années 70 démontrait, tant par le calcul des sections efficaces que par le retour d'expérience des réacteurs à neutrons rapides Rapsodie et Phénix, que la réalité était tout autre, il produisait en réalité plus d'actinides mineurs (les déchets les plus toxiques et de longue vie) qu'il n'en consomme.
C'est à un parlementaire peu scrupuleux, le député Bataille (PS) que fut demandé l'établissement de rapports mensongers, falsifiés, pour valider politiquement cette décision qui permet de faire croire aux populations que la "science" est en passe de trouver une solution aux problèmes des déchets nucléaires. Ces rapports ont obtenu la complicité candide d'un député Vert Européen, principal opposant revendiqué à l'usine Cogéma La Hague, qui de sa haute incompétence et au "nom des populations futures", justifiait les études sur la transmutation nucléaire, donnant ainsi une légitimité écologique à son pire ennemi.
En 1992, le patron de la sûreté nucléaire, viré par le ministre de l'Industrie Strauss-Kahn après avoir signifié son opposition au redémarrage de Superphénix, fut remplacé par une mauviette servile, qui déclara sans l'ombre d'un scrupule que cet ex-surgénérateur tête de série industrielle, déclassé en prototype puis en laboratoire géant à neutrons rapides, était apte à reprendre du service, ce, malgré les problèmes de sodium non résolus et l'absence d'accumulateurs de pression dans les quatre boucles du circuit secondaire. Il fallut attendre le carton rouge de la Cour des comptes en 1997, à 60 milliards de francs, non compris les frais d'études (27 milliards de F en 1988 dans le rapport Rouvillois) pour décider de l'arrêt de ce fleuron de la haute stupidité des politiciens et scientifiques français. Il n'avait fonctionné qu'un an d'équivalent "pleine puissance" en 11 ans de service. Officiellement, le "point" fut accordé aux écolos, ce qui évitait de perdre la face et d'avouer l'échec scientifique, technologique et économique devant les populations.
Cette année, ce brillant patron de la sûreté nucléaire, qui nous a liquidé en 10 ans le peu de transparence et de culture de sûreté durement acquises dans l'après Tchernobyl - mais qui s'empresse de co-signer les textes de propagande atomique dans la presse - a à nouveau donné son aval au redémarrage de Phénix, une installation dont on sait, depuis les incidents de 89/90, que la réaction neutronique peut ne pas être contrôlable.
Associés à quelques politiciens véreux et à la bande de scientistes du CEA, ce Grand Maître de la sûreté nucléaire a donc permis au CEA et au gouvernement la remise en service de Phénix, réacteur vieux de 30 ans, dont le seul but est de fournir aux politiciens un justificatif falsifié mais crédible, à destination des populations, afin de laisser croire que la science va trouver la solution à un problème qui n'en a aucune et dont les résultats sont connus depuis un quart de siècle, ceci pour maintenir les croyances erronées dans les capacités énergétiques du nucléaire.
Phénix n'est qu'une coûteuse et particulièrement dangereuse opération de propagande ; une gigantesque opération de désinformation !

Claude Boyer,
Lettre d'information
du Comité Stop Nogent-sur-Seine

n° 98 mai-juillet 2003


Communiqué de presse du 3 juillet 2003
Du réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 650 associations
Tel. 04 78 28 29 22

Danger: le vieux réacteur nucléaire Phénix est remis en route à Marcoule dans le Gard

Sur la grande faille active de Nimes, à Marcoule, le réacteur Phénix est remis en route. Ce réacteur de la filière dite surgénératrice a été mis en service il y a déjà 30 ans. Il consomme outre de luranium, du plutonium sous forme de combustible MOX en proportion plus importante que dans les réacteurs nucléaires ordinaires. Il reste pour le CEA, un jalon vers la filière du plutonium pouvant assurer lavenir du nucléaire à long terme. En fait, il a toujours constitué un danger pour les populations environnantes, de multiples pannes et accidents tels que des feux de sodium et des pertes de réactivité, jamais officiellement expliqués, ont émaillé sa vie, et n'en ont jamais fait une installation sure et efficace.

Phénix redémarre sous le prétexte détudier lune des voies de traitement des déchets radioactifs prévues par la loi du député socialiste Bataille : briser les atomes radioactifs lourds, en atomes plus légers et dont la radioactivité est plus courte en temps, cest la transmutation pour laquelle on dépense des sommes considérables et dont ont longtemps rêvé les alchimistes moyenageux pour obtenir en vain de lor. Il ne sagit donc pas dincinérer les déchets radioactifs, comme on voudrait nous le faire croire, mais den transformer une faible quantité, ce qui accroit leur volume et les rejets dans lenvironnement.

En fait cette technologie lourde, coûteuse, polluante et dangereuse est un leurre. Personne ny croit : ce nest quun pretexte pour donner un gage au CEA et préserver lavenir de la filière. Le Réseau "Sortir du Nucléaire" dénonce le risque considérable que lon fait pour cela courir aux populations, outre les pollutions qui menacent les productions agricoles (entre autres les Cotes du Rhône), en remettant en route à grand frais, un vieux réacteur qui na jamais pu fonctionner durablement sans ennuis de toutes sortes, et ce, dans une zone de sismicité importante.

Contacts presse du Réseau "Sortir du nucléaire" dans le Gard:
Hervé Grimal (Tel 04 66 83 15 53)
et Pierre Péguin (Tel 04 66 85 03 35).

 

 

Redémarrage du réacteur à neutrons rapides Phénix

PARIS, 17 juin - Le réacteur à neutrons rapides Phénix, arrêté pour d'importants travaux de rénovation, a redémarré dimanche, a annoncé mardi le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Le redémarrage de ce réacteur de recherche avait reçu le feu vert de l'Autorité de sûreté nucléaire en janvier. "La reprise du fonctionnement de Phénix est un événement majeur pour les recherches effectuées sur la gestion des déchets nucléaires", estime le CEA dans un communiqué. "Phénix est en effet le seul outil expérimental européen qui permette de réaliser, dans des conditions représentatives, des expériences de transmutation des déchets nucléaires à vie longue", ajoute le CEA. La transmutation, considérée comme la "pierre philosophale" de la recherche sur les déchets, consiste à retransformer (incinérer) par une réaction nucléaire induite par des neutrons les isotopes à vie longue en isotopes à vie courte ou stables, en vue de réduire leur toxicité. Le réacteur Phénix, situé à Marcoule (Gard), avait été mis à l'arrêt en novembre 1999, notamment pour la mise aux normes anti-sismiques du bâtiment et du réacteur. Le coût de l'ensemble de ces travaux devrait avoisiner les 250 millions d'euros, selon les experts du secteur nucléaire. Le réacteur à neutrons rapides fonctionnera jusqu'à son arrêt définitif programmé en 2008.

 




La transmutation, c'est de "la science-fiction appliquée au déchets"

La Recherche publie, dans son n° 301 de septembre 1997, un article relativement bien documenté de Ghislain de Marsily (1) sur le stockage des déchets nucléaires retraités de haute et moyenne activité. L'auteur y démontre qu'aucun conteneur n'est en mesure de maintenir en parfaite étanchéité de tels déchets au-delà de quelques siècles. Le problème est de taille, car à l'horizon de leur durée de vie, de l'ordre du million d'année pour certains, quel que soit le site d'enfouissement profond (argile, roche dure ou sel), et du fait de l'irréversibilité du procédé, les radioéléments migreront dans les roches puis l'environnement et empoisonneront l'existence des espèces et populations qui succéderont à notre ère nucléaire. L'auteur précise aussi qu'il ne saurait être question de stocker en surface bien que cette méthode permette en principe la réversibilité. En effet, nul n'a besoin d'être spécialiste pour comprendre qu'une bombinette artisanale de type Hiroshima larguée sur La Hague apporterait une pollution d'un bon millier de fois l'équivalent de Tchernobyl. Et notre expert de démontrer que l'enfouissement sous une couche d'argile de 100 mètres d'épaisseur au fond des océans offrirait une garantie de moindre dispersion du poison. Cette solution étant déjà reconnue totalement immorale au niveau planétaire, cela nous permet de mieux placer l'enfouissement profond au rang des procédés les plus inacceptables dans l'échelle des valeurs morales pour résoudre ce problème.

Devant l'impasse du stockage définitif des déchets retraités le non retraitement des combustibles, associé à un stockage réversible et dispersé, peut paraître comme un moindre mal. C'est d'ailleurs la solution adoptée par la plupart des pays nucléarisés, et, stupéfaction, par la France. Incroyable non! Pourtant les chiffres sont là : sur 12000 tonnes de combustibles irradiés dans les réacteurs d'EDF, 2500 seulement ont été retraitées, à peine un peu plus d'une sur cinq. Vu le coût du retraitement et les problèmes liés à la réutilisation du plutonium, l'électricien français préfère laisser ses combustibles en l'état, stockés provisoirement dans les piscines des réacteurs ou celles de la Cogéma. À ce jour, La Hague a donc servi principalement à aider les électriciens étrangers à remettre à plus tard leurs problèmes de déchets.

L'orientation générale du mouvement, y compris pour la France (qui ne dit mot sur cette question), consisterait donc à stocker dans des châteaux ad hoc, conçus pour ne pas diffuser les rayonnements, tout en permettant à la chaleur de s'évacuer. Là, deux variantes : stockage en surface ou à faible profondeur, réversible, dans des enceintes ordinaires avec des conteneurs de top niveau, ou stockage dans des enceintes de top niveau mais avec des châteaux de technologie moins évoluée. Durée d'efficacité prévue de ces procédés : un siècle dans le premier cas, la moitié dans le second. Une troisième variante existe sur le marché, le stockage à sec dans des composants borés. En l'absence d'eau, les composants se dégraderaient moins, ce qui permettrait aux conteneurs de garantir une étanchéité plus longue d'un siècle ou deux. Quoi qu'il en soit, ces solutions ne sont que provisoires, et nos successeurs devront reprendre nos déchets pour les reconditionner tous les siècles environ, pendant des milliers de siècles; solution moralement inacceptable, d'autant plus que d'ici là, les réserves d'uranium seront largement épuisées.

Nos experts français ont cru un temps détenir la solution : la réutilisation des combustibles triés dans des réacteurs à neutrons rapides censés mieux brûler le plutonium et autres transuraniens qui se forment dans les réacteurs, et, en prime, fertiliser l'uranium 238 pour en faire des atomes fissiles, multipliant ainsi les réserves de ce métal par 60. Tel était le rôle de Superphénix, champion des champions, preuve évidente de la nette supériorité de la France dans ce domaine. En 11 ans il aura fonctionné moins d'un an d'équivalent pleine puissance et consommé globalement plus d'énergie qu'il n'en a produit. Déclassé par décret, après enquête d'utilité publique "bidon", du rang de présérie industrielle en laboratoire de recherche, tâche qu'il était par ailleurs incapable d'assumer, il aura coûté quelques 60 milliards de francs, chiffre officiel de la Cour des comptes. Cependant, comme précisé par les auteurs, cette somme ne tient pas compte des frais d'études, évalués d'après Rouvillois (2) en 1988 à 27 milliards, à réévaluer en francs de 97. Pas de prise en compte non plus des indemnités versées aux communes riveraines en compensation de la taxe professionnelle défaillante; et les 30 milliards, coût à vue de nez du futur démantèlement. Pire, les promoteurs de Superphénix n'ont pas été capables de reconnaître l'échec de ce projet. C'est compréhensible car il n'est pas agréable de se déjuger publiquement en prenant une décision de déclassement pour raison technique. Il a fallut attendre l'arrivée d'une ministre Verte au gouvernement pour prendre une décision politique, ce qui va permettre aux co-actionnaires de la Nersa de réclamer contractuellement les lourdes indemnités d'usage en pareil cas. Échec scientifique et technologique total, mais aussi gouffre financier sans précédent dans ce genre d'aventure.

Croyez vous qu'ils aient compris la leçon? Et bien non! Les v'là ti pas repartis, bille en tête, dans le projet Capra, et de nous garantir que d'ici un demi-siècle ça sera au point. En couplant du point de vue combustible 7 réacteurs à eau pressurisée avec deux autres chargés en Mox et un Capra, ils osent nous affirmer cette fois qu'ils vont être capable de brûler la presque totalité du plutonium et des actinides mineurs, de transformer les déchets en combustibles. Mieux, grâce au retraitement poussé et à la séparation isotopique poussée, ils espèrent réintroduire dans Capra les produits de fission à vie longue (3), pour leur faire ingurgiter des neutrons supplémentaires afin de les rendre stables. In-croy-able!!!!!!! Les études sur la "transmutation" ont été réalisées de longue date. Tout physicien à peu près informé sait que la section efficace de capture d'un neutron par un noyau instable de produit de fission ou d'activation est dérisoire ; en conséquence une infime partie de telles substances réintroduites dans un rapide redeviendrait stable. La transmutation est, certes, une réalité physique, mais son utilisation à échelle industrielle se heurte à un obstacle fondamental et rhédibitoire. Les nucléaristes qui prétendent le contraire sont au mieux des rêveurs optimistes impénitents, mais plus vraisemblablement des crapules. Quand les politiciens, voire certains antinucléaires, nous font l'apologie de la transmutation, ces gens-là sont dangereusement naïfs. Certes, on peut comprendre leurs sentiments de culpabilité. Ils appartiennent, tout comme nous, à une société qui a produit, produit et produira encore l'inadmissible, des déchets qui empoisonneront les sociétés futures pour au moins un million d'années, et pour lesquels il n'existe aucune solution. Certes, ils rêvent, ils affabulent, ils inventent des procédés à cent lieues des lois fondamentales de la physique pour échapper à l'oppression de leur sentiment de culpabilité. C'est leur affaire si ça les soulage. Mais diffuser publiquement ce genre de propagande, faire croire aux autres qu'une solution est possible, crédibiliser les thèses nucléaristes, est un comportement totalement opposé aux idéaux qu'ils prétendent défendre.

Ce n'est pas tout, dans le genre délire il y pire. On avait déjà eu droit au programme spatial pour envoyer les déchets dans le soleil, à l'introduction dans les plaques plongeantes des zones de subduction au fond des océans, au stockage dans les calottes polaires pour mieux refroidir, dans les déserts pour mieux éloigner des populations (dommage qu'il n'y ait pas de zone de subduction dans le désert mongol et qu'il ne soit pas recouvert d'un glacier!). Mais la perle du genre est sortie voici un an : la spallation, encore appelé le Rubbiatron du nom de son gourou italo-français, ou encore projet Bowman outre-Atlantique. Dans une cuve de réacteur de 600 MW (thermique ou électrique, ce n'est pas précisé), remplie de plomb fondu choisi pour sa faible capacité à réagir aux neutrons, circulent dans des gaines les matières fissiles, dans d'autres des matières fertiles, dans d'autres encore des produits de fission ou d'activation à transmuter, tous à l'état de sels fondus. Dans la cuve, plonge le canon d'un accélérateur qui bombarde le plomb de protons, lequel crache des neutrons sur les gaines de produits fissiles-fertiles-produits de fission. Même que la réaction est sous-critique et ne risque pas de s'emballer, garanti dans le texte. L'évacuation de la chaleur est passive, pas de pompe (quand on sait que dans un réacteur de 1300 MW circulent 25 m3 d'eau par seconde pour évacuer l'énergie). Les produits en sel fondu circulent de l'intérieur de la cuve vers l'extérieur. En ligne sur le circuit, une chaîne de séparation chimique avancée pratiquant une séparation parfaite de tous les éléments (on arrive difficilement à séparer le plutonium de l'américium aujourd'hui). Mieux encore, en ligne sur tout ceci, une chaîne de séparation isotopique avancée pour ne pas réintroduire d'éléments stables dans le circuit et réinjecter chaque sel dans les bonnes gaines; oui - oui, une chaîne par élément! Un super "La Hague" doublé d'un super "Eurodif" par réacteur et le tout miniaturisé. Incroyable! Il n'est pas précisé si l'installation produirait plus d'énergie qu'elle n'en consomme ou inversement, ni quel pourrait être son prix. Mais on nous affirme que ce procédé nous approvisionnera en électricité pendant "cent mille ans" (100000 ans). Absolument incroyable. Les scénaristes d'"X-files - aux frontières du réel" après une nuit entière à fumer des pétards n'auraient pas pu trouver plus délirant.

1) Directeur du laboratoire de géologie appliquée de l'Université Paris VI, membre de la commission nationale d'évaluation de la recherche sur la gestion des déchets radioactifs à haute activité et vie longue.

2) Ancien patron de la SNCF et futur patron du CEA à l'époque des faits.

3) Sélénium 79 : 70000 ans, Zirconium 93 : 1,5 million d'années, Technétium 99 : 210000 ans, Palladium 107 : 6,5 millions d'années, Antimoine 126 : 100000 ans, Iode 129 : 15,7 millions d'années, Césium 135 : 2 millions d'années (période = réduction d'activité de moitié, puis la moitié de ce qui reste la période suivante, etc.).

Lettre d'information du Comité Stop Nogent-sur-Seine
n- 77 juillet - septembre 1997