Le complexe nucléaire de Mayak
(Maïak ou Mayak)

Voir la vidéo en Realvideo 33Kb.

[...] Personne ne songeait aux normes d'irradiation, d'autant moins que l'entreprise, connue sous le nom de code « Maiak » (Phare), employait des dizaines de milliers de détenus. Durant les cinq premières années, 20 000 personnes se sont relayées à l'unité de production principale. Lorsque en 1991 il a été décidé de majorer les pensions de retraite du personnel employé pendant quarante ans à « Maiak », on n'a pas retrouvé plus de 150 personnes, les autres étaient mortes.

Les déchets radioactifs étaient gérés avec la même insouciance. Ils étaient tout simplement déversés dans la Tetcha, une rivière dont les habitants de la région utilisaient l'eau pour se baigner, arroser leur jardin et faire boire leur bétail. 124 000 personnes ont été irradiées, 28 000 ont reçu 170 Rem alors que la dose maximale ne doit en aucun cas [...]

La paisible rivière Tetcha, dans l'Oural, a reçu entre 1949 et 1957 d'énormes quantités de liquides très radioactifs déversés par l'usine de plutonium militaire Mayak. Les conséquences sanitaires sont mal connues, mais on a relevé dans la population riveraine un excès notable de cancers et de leucémies et plus de 1 000 maladies chroniques dues aux rayonnements (Extrait de Science & Vie n°943, avril 1996).

En 1957, un réservoir rempli de déchets radioactifs a explosé, contaminant une superficie de 23 000 kilomètres carrés où vivaient 270 000 personnes, dans les régions de Tcheliabinsk, Tioumen et Sverdlovsk. Pour situer l'ampleur du désastre «Maiak », il suffit de donner quelques chiffres 450 000 individus irradiés dans la seule région de Tcheliabinsk, 138 millions de curies accumulées sur le terrain contre 50 millions à Tchernobyl!

500 000 tonnes de déchets radioactifs solides ont été enterrés.

Deux Tchernobyl et demi ont été deversés dans le lac Karatchaï et presque 20 Tchernobyl sont encore contenus dans des réservoirs semblables à celui qui a explosé en 1957. Un demi-milliard de mètres cubes d'eau radioactive sont conservés dans des étangs artificiels creusés dans la haute Tetcha. Le niveau de radioactivité au bord de ces étendues d'eau s'élève aujourd'hui à 75 doses limites (1 500 microroentgens/heure). Selon les autorités locales du village voisin de Mouslimovo, le limon de ces étangs peut être qualifié de « déchets radioactifs solides ».

L'héritage des cinq piles de « Maiak » qui ont servi à construire le bouclier atomique du pays crée une menace grave pour le bassin de l'Ob, un grand fleuve sibérien. Les pouvoirs publics sont aujourd'hui conscients que des mesures urgentes s'imposent pour que le processus de pollution n'échappe pas au contrôle, mais comment procéder ? Selon la majorité des experts, un schéma complexe de transformation des déchets de « Maiak » nécessiterait 40 milliards de roubles d'investissements et 20 à 25 ans pour la réalisation des travaux.

Cet exemple reflète bien la situation actuelle. Les avenues changent de nom, les statues sont déboulonnées, les drapeaux rouges ne flottent plus sur le Kremlin et, pourtant, on voit toujours des enfants se baigner dans les eaux de la Tetcha, le bétail y boire et la viande, tout comme les légumes des potagers arrosés avec son eau, sont vendus sur le marché de la ville voisine.

Les dossiers médicaux des autochtones, longtemps considérés comme secrets, enregistrent de nombreuses maladies caractéristiques des irradiations. On a vu naître des enfants difformes, avec les jambes soudées et les bras collés au corps. Mais, curieusement, selon la filiale de l'Institut central de biophysique installée à Tcheliabinsk, les limites de la norme tolérée ne sont pas dépassées dans cette région.

Extrait de: La dramatique histoire des sous-marins nucléaires soviétiques
de Lev Giltsov, Nicolaï Mormoul et Leonid Ossipenko,
chez Rober Laffont, collection "Vécu", 1992.