À l'occasion de la publication de son livre

Travailler peut nuire gravement à votre santé*

*Sous-traitance des risques, mise en danger d'autrui, atteintes à la dignité,
violences physiques et morales, cancers professionnels

Annie THEBAUD-MONY

L'Ecole des hautes études en sciences sociales
et Les Editions La Découverte

ont le plaisir de vous inviter à une conférence-débat

le vendredi 16 mars de 17h à 20h

Avec la participation de
Nathalie MEYER, inspectrice du travail, présidente de l'association L611-10,
Jean-Paul TEISSONNIERE, avocat,
Josette ROUDAIRE, militante syndicale et porte-parole des victimes de l'amiante,
Yusuf GANTHI, du groupe des médecins du travail de Bourg-en-Bresse

Ecole des hautes études en sciences sociales
Amphithéâtre
105 bd Raspail
75006 Paris

 

EN VENTE EN LIBRAIRIE LE 22 FÉVRIER 2007

TRAVAILLER PEUT NUIRE GRAVEMENT À LA SANTÉ SOUS-TRAITANCE DES RISQUES, MISE EN DANGER D'AUTRUI, ATTEINTES À LA DIGNITÉ, VIOLENCES PHYSIQUES ET MORALES, CANCERS PROFESSIONNELS

ANNIE THÉBAUD-MONY

Alors que les savoirs scientifiques et médicaux permettent aujourd'hui d'identifier de très nombreux facteurs d'altération de la santé par le travail, on constate la généralisation de la mise en danger délibérée d'autrui dans les choix d'organisation et de conditions du travail ainsi que dans les politiques publiques les rendant légitimes. Comment expliquer cette contradic-tion ? Les choix d'organisation du travail relèvent des « décideurs » et « managers », à qui in-combe la responsabilité d'abaisser constamment les coûts et qui sous-traitent le travail et ses risques. En bout de cascade de la sous-traitance, la figure de l'intérimaire, de l'intermittent et de tous les travailleurs « invisibles », en France ou ailleurs, témoigne d'un retour à l'insécurité et à l'indignité : à des formes modernes de servitude.

À partir de nombreux témoignages recueillis dans divers secteurs industriels (nucléaire, si-dérurgie, chimie, agroalimentaire), mais aussi dans les serviceset à partir de l'exemple phare de l'amiante, ce livre met en lumière ce qui demeure constamment un « angle mort » de la san-té publique, à savoir les atteintes à la vie, à la santé et à la dignité des travailleurs. Se situant en référence au code de procédure pénale, l'auteure montre comment au nom des règles du capitalisme néolibéral, l'impunité des responsables est totale, qu'il s'agisse de l'homicide, du délit de mise en danger d'autrui, des atteintes à la dignité, de la non-assistance à personne en danger. Elle montre aussi les dérives d'une recherche sous influence.

Un livre salutaire qui, loin d'établir un constat désespéré, appelle à la vigilance citoyenne et à la résistance individuelle et collective.

 

Annie Thébaud-Mony est sociologue, directrice de recherches à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), spécialiste des questions de santé au travail. Elle dirige le Groupement d'intérêt scientifique sur les cancers professionnels (GISCOP 93) à l'université Paris-XIII. Elle est par ailleurs porte-parole de Ban Asbestos, réseau d'associations qui luttent au niveau international contre l'utilisation de l'amiante.

La découverte - Collection : Cahiers libres ­ 300 pages ­ 19 ¤

 

TABLE DES MATIÈRES

I. Homicides et blessures « involon-taires », violences ayant entraîné la mort subie ou le suicide
De l' »accident » du travail aux atteintes à la vie et la santé dans le travail Gaetano, victime de l'organisation du travail intérimaire Les jeunes sont-ils « casse-cou » ? Précarisation du travail et suicide Toulouse, 21 septembre 2001 : AZF accuse Quand l'accident du travail devient un crime l'exemple du Québec

II. Délit de mise en danger délibérée d'autrui
Tentatives de législation européenne face aux pressions de l'industrie chimique et normes françaises La silicose : une maladie industrielle embléma-tique Tuberculose « importée » du Maroc ou silicose contractée dans les mines et fonderies françai-ses ? Une usine de broyage d'amiante au coeur d'une commune ouvrière de Seine-Saint-Denis La lutte des anciennes d'Amisol : ne pas échanger le procès contre un chèque ! Quand la mise en danger délibérée d'autrui dans le cadre du travail devient un crime l'exemple de l'Italie

III. Sous-traitances des risques
« Nous venons avec nos hommes faire votre travail » Éric, robinetier « saisonnier » du nucléaire Martial, contrôleur, « infirmier du nucléaire » Antonio, « agent des servitudes nucléaires » La gestion de l'emploi par la dose L'effacement des traces Désorganisation du travail, effet boomerang

IV. Atteintes à la dignité
Travail et santé des femmes Sandrine, hôtesse de caisse : de l'injonction contradictoire à l'accident du travail Denise, infirmière : le refus d'une euthanasie des vieux qui ne dit pas son nom Quand l'expertise médicale porte atteinte à la dignité

V. Non-assistance à personne en danger
Quand les syndicats en viennent à épouser la cause des industriels : l'exemple des grèves de l'amiante au Québec En France, quelles stratégies syndicales ? Le rôle ambivalent des médecins du travail Mission de contrôle et risques professionnels des inspecteurs du travail

VI. Recherches sous influence, expé-rimentation humaine
Que cherche l'épidémiologie ? La découverte du mésothéliome en Afrique du Sud Richerd Doll, un chercheur politiquement très influent Les effets des faibles doses de rayonnements ionisants : un « modèle » épidémiologique en question ? Génétique et travail : travail à risque ou « tra-vailleurs à risque » ?

VI. Délocalisation de la mort au tra-vail Au Brésil, les multinationales européennes exploitent l'amiante et les travailleurs Le réseau international Ban Asbestos et la « mondialisation d'en-bas » Le démentélement des navires en fin de vie sur les chantiers indiens : un travail d'esclaves La saga du Clémenceau

Conclusion

Annexes