Nagasaki
9 août 1945


10 août 1945, Nagasaki. Près de l'hypocentre. Derrière cette jeune femme, debout, l'air hagard, l'on peut voir les restes d'une personne calcinée. (Photo
Yosuke Yamahata)

 


10 août 1945, Nagasaki. Avant midi. Ibinokuchi-machi à 1,5 kilomètre au sud-sud-est de l'hypocentre. Une mère et son enfant viennent de recevoir une boule de riz cuit par une équipe d'urgence. Debout près des rail du tram Ils ne semble même pas avoir la force de manger. (Photo Yosuke Yamahata)

 


10-11 août, Nagasaki. Une jeune fille avec la peau en lambeaux, à l'Hôpital de la Marine Omura.

 


Une vieille femme attendant la mort dans un poste de secours provisoire à Nagasaki. Comme elle, tous les patients souffraient de brûlures mais aussi de symptômes changeants que l'on a diagnostiqué plus tard comme dus aux radiations. Dans une école primaire, à 3 kilomètres au sud de l'hypocentre. Le bâtiment, ayant échappé aux flammes, est utilisé comme hôpital provisoire, l'hôpital spécial de secours de l'école primaire Shinkozen. Fin août. (Photo Matsumoto Eüchi)

 


Le 10 août, entre 14 et 15 heures. La garde de Michinoo, à 3,6 kilomètres au nord de l'hypocentre, est maintenant le terminus de la ligne principale de Nagasaki, gravement endommagée. Sur les nattes de paille installées sous les arbres devant la gare, sont étendus des blessés dans un état plus ou moins grave. Ils sont amenés sur des charettes à bras, où on les entend constamment gémir et sangloter. On voit un homme se raidir soudainement. Il tombe, mort. Dans ce chaos, il y a cette femme et son enfant. En attendant des soins médicaux, elle semble inconsciente de ce qui se passe autour d'elle et donne le sein à son enfant. Médecins et infirmières de l'Hôpital de la Marine Omura administrent les premiers soins. (Photo Yosuke Yamahata)

 


Brûlures du dos à 1500 m de l'explosion de Nagasaki.