Bulgarie centrale nucléaire de Kozlodouï

 

Voir la vidéo (de 1992) en Realvideo 33 Kb du commandant Cousteau demandant la fermeture immédiate de la centrale nucléaire de Kozlodouï, la plus dangereuse selon lui des centrales fonctionnant actuellement dans le monde...

 


Bulgarie: 6.000 manifestants pour la réouverture de réacteurs nucléaires

18/1/2009 - Au moins six mille manifestants ont défilé dimanche à Sofia pour réclamer la réouverture de deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kozlodoui, fermés en 2006 à la demande de l'Union européenne. Un orchestre de trompettes menait le défilé, alors que les manifestants - six mille selon la police, dix mille selon les organisateurs - scandaient "Kozlodoui". Le défilé était organisé par Leader, le nouveau parti d'un homme d'affaires ayant des intérêts dans l'énergie, et soutenu par un parti nationaliste et par les deux principaux syndicats du pays. La crise du gaz russe, qui touche particulièrement la Bulgarie, a ranimé les débats sur une réouverture des deux réacteurs qui avaient été modernisés avant leur clôture le 31 décembre 2006, à quelques heures de l'adhésion du pays à l'UE. Bruxelles exige la fermeture de tous les réacteurs du type VVER 440 qui ne sont pas équipés de cuve de confinement pour contenir une éventuelle fuite radioactive. Le gouvernement a ordonné cette semaine des préparatifs à la remise en marche du réacteur 4 à 440 MW pour le cas où la crise se prolongeait, tout en soulignant qu'une telle décision ne serait pas prise sans l'accord de la Commission européenne. "Actuellement le pays satisfait ses besoins en énergie et en exporte même, mais il se prépare à réagir si la consommation ne peut plus être satisfaite", a expliqué le ministre de l'Economie et l'Energie Petar Dimitrov dimanche à la radio. "Les préparatifs seront achevés au bout d'un mois", a-t-il indiqué. Le directeur de la centrale Ivan Guenov a déclaré que "le réacteur sera en état de pouvoir redémarrer en l'espace d'une semaine, si le gouvernement en décide et que la Commission européenne donne son accord". Le réacteur peut fonctionner pendant cinq mois en réutilisant du combustible usé. Le bénéfice de la vente de l'énergie s'élèvera à 100-130 millions de leva (50 à 65 millions d'euros), a précisé M. Guenov. Un redémarrage d'urgence en raison d'une crise peut s'effectuer dans un délai de cinq jours mais la Bulgarie aura besoin de l'accord des 26 autres pays de l'UE dont certains sont hostiles à l'énergie nucléaire, a expliqué M. Dimitrov. La commissaire européenne à la Consommation Meglena Kouneva a appelé ses compatriotes dimanche à la radio à ce que "les problèmes avec la Russie et l'Ukraine ne soient pas transférés sur les relations de la Bulgarie avec Bruxelles". Les deux réacteurs, de 1000 MW chacun, qui fonctionnent toujours à Kozlodoui "ont été modernisés avec des fonds européens" car "l'UE n'a jamais voulu laisser la Bulgarie sans électricité", a-t-elle rappelé. Et si au lieu de moderniser les réacteurs fermés, la Bulgarie avait investi ses 300 millions d'euros dans l'efficacité énergétique, l'économie bulgare serait plus compétitive, a-t-elle estimé. Le sujet de l'énergie nucléaire est largement exploité en Bulgarie par les partis nationalistes en vue des élections législatives qui doivent se tenir en juillet. L'opinion publique est favorable à l'énergie nucléaire et considère la fermeture des deux réacteurs modernisés comme un sacrifice à l'adhésion à l'UE.

 


Bulgarie: panne sans fuite radioactive à la centrale nucléaire de Kozlodoui

16/1/2009 - Une des deux tranches en fonctionnement de la centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui a fortement réduit sa capacité vendredi à la suite d'une panne, sans fuite radioactive, a indiqué l'Agence bulgare de sécurité nucléaire. Cet incident intervient alors que le pays compte plus que jamais sur l'énergie électrique en raison de l'arrêt des livraisons de gaz russe. "La panne s'est produite dans le deuxième contour non radioactif et aucun changement du fonds radioactif" n'a eu lieu, a annoncé le directeur adjoint de l'Agence bulgare de sécurité nucléaire, Borislav Stanimirov. Une des quatre pompes de circulation d'eau qui assurent le refroidissement du réacteur s'est automatiquement arrêtée, a-t-il indiqué. La puissance du réacteur a automatiquement été réduite à 65%, mais "il ne s'agit pas d'une avarie. C'est comme si un fusible à la maison s'arrêtait", a-t-il expliqué. La puissance du réacteur a ensuite été intentionnellement réduite à 40%, avant de commencer à augmenter, a-t-il expliqué. La tranche, d'une capacité de 1000 MW, pourra fonctionner à pleine capacité dans 24 heures. Toutefois "le fonctionnement normal du système énergétique n'est pas menacé", a indiqué le ministère de l'Econommie et l'Energie dans un communiqué. La seule centrale nucléaire bulgare ne fonctionne actuellement qu'avec deux réacteurs de 1000 MW chacun. Quatre autres réacteurs à 440 MW ont été arrêtés en 2003 et 2006 sous la pression de l'Union européenne qui exige la fermeture de tous les réacteurs de ce type pour des raisons de sécurité. La consommation d'électricité a atteint des niveaux sans précédent depuis le 6 janvier en raison du brusque arrêt des livraisons de gaz russe. Pendant quelques jours le chauffage central a été fortement réduit avant que les centrales ne basculent au mazout.



Fermeture partielle de Kozlodoui: la Bulgarie devra importer de l'énergie

13/12/2007 - La Bulgarie, qui a partiellement fermé sa centrale nucléaire de Kozlodoui pour entrer dans l'Union européenne le 1er janvier 2007, manque d'électricité et devra en importer, selon un rapport de la compagnie nationale d'électricité (NEC) cité jeudi par le quotidien Troud. La Bulgarie était le plus grand exportateur d'énergie dans les Balkans, avant la fermeture de deux réacteurs d'une puissance de 440 MW chacun en décembre 2007 à la demande de l'UE. Le déficit d'électricité en 2008 atteindra 1,324 milliard KwH ou 3,4% de la consommation attendue, selon le rapport. Il sera notamment ressenti en janvier et en août. En 2006 la Bulgarie avait couvert 60% du déficit de l'énergie dans les Balkans par l'exportation de 7,8 milliards KwH d'électricité, ce qui correspond approximativement à la production des réacteurs fermés. Fin octobre 2007 la Bulgarie avait encore exporté 2 milliards KwH. Toutefois ses capacités de production seront réduites en 2008 en raison d'une pénurie de charbon dans deux centrales thermiques et de la fermeture partielle prochaine d'une autre centrale thermique qui ne répond pas aux normes écologiques européennes, selon le rapport. Deux réacteurs de 1.000 MW chacun fonctionnent actuellement dans l'unique centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui. Ses quatres réacteurs de 440 MW chacun, que l'UE jugeait obsolètes, ont été fermés en 2002 et 2006. Le gouvernement envisage de construire vers 2013 une nouvelle centrale nucléaire à Béléné, à l'est de Kozlodoui, d'une capacité de 2.000 MW.

 

 

Tageblatt, 5/1/2007:

Kozlodoui: Sofia exige plus de fonds de l'UE ou la réouverture de réacteurs

Le ministre bulgare de l'Economie et de l'Energie Roumen Ovtcharov a déclaré vendredi que la Bulgarie insistera pour obtenir de la Commission européenne soit le doublement des compensations financières soit la réouverture de deux réacteurs de sa centrale nucléaire de Kozlodoui. "Une somme d'environ un milliard d'euros est bien entendu une compensation raisonnable si nous n'obtenons pas la réouverture des réacteurs", a indiqué M. Ovtcharov à la radio nationale.
La Bulgarie avait été contrainte dimanche de fermer deux des six réacteurs de son unique centrale nucléaire deux heures avant son adhésion officielle à l'Union européenne. La Commission européenne a offert 550 millions d'euros de compensation pour l'arrêt de 4 des six réacteurs - 2 en 2002 et les 2 autres le 31 décembre dernier- de conception soviétique obsolète et jugés trop dangereux et trop coûteux à moderniser selon Bruxelles. Seuls les réacteurs 5 et 6, d'une puissance de 1.000 mégawatts chacun, plus modernes, restent en fonction mais ne produiront pas suffisamment pour que la Bulgarie puisse continuer à exporter de l'énergie dans les Balkans. Le ministre a fait état vendredi de la menace "de pénuries d'électricité dans la région" pour pousser à la réouverture des réacteurs 3 et 4. "Nous avons déjà d'importantes demandes de livraisons d'électricité du Kosovo et de la Macédoine", a-t-il souligné. La Bulgarie a exporté en 2006 quelque 7,8 milliards de KWH dans les Balkans

 

La Bulgarie sacrifie sa centrale nucléaire pour l'Europe

KOZLODOUI (22 décembre 2006) - La Bulgarie a finalement accepté d'arrêter les deux réacteurs encore en activité de sa centrale nucléaire de Kozlodoui. Sofia se plie ainsi à une exigence de l'Union européenne, à laquelle le pays doit adhérer au 1er janvier. Bruxelles jugeait que deux des quatre réacteurs encore en activité dans cette centrale de conception soviétique présentaient des risques importants pour la sécurité. La décision bulgare est très mal vécue par la population.


Défaillance dans 22 systèmes de protection de la centrale de Kozlodouï

25/04/2006 - Les systèmes de protection de la tranche numéro 5 de la centrale nucléaire de Kozlodouï (nord) se sont avérés partiellement défaillants lors d'une panne survenue le 1er mars, a annoncé mardi le directeur de la centrale, Ivan Ivanov.
La panne a été classée au niveau 1 sur l'échelle
[médiatique] internationale des incidents nucléaires (INES), qui compte 7 niveaux, a-t-il précisé.
"Vingt-deux des 62 dispositifs de protection (de la centrale) ne fonctionnaient pas" au moment de la panne mais sans qu'"il n'y ait de danger d'explosion", a encore affirmé M. Ivanov.
"Nous avons procédé à l'arrêt du réacteur numéro 5, bien que le système de protection ait eu une capacité suffisante" pour fonctionner, a-t-il ajouté.
M. Ivanov répondait à des critiques émises à la télévision bTV par un expert, Gueorgui Kastchiev, selon lequel "la tranche 5 était comme un train sans frein de réserve" au moment de la panne.
Selon cet expert, "il y a eu un blocage massif des systèmes de protection sans précédent de l'histoire mondiale de l'énergie atomique", ce qui correspond selon lui à "un incident des 2è ou 3è niveau" sur l'INES.
M. Kastchiev, qui travaille actuellement à Vienne, a été limogé en 2001 de son poste de président du comité bulgare de contrôle de l'énergie atomique après avoir fait état d'un incident et d'"une tendance inquiétante à la dégradation de la sécurité" de Kozlodouï.
Lors des négociations d'adhésion avec Sofia, l'Union européenne a exigé que, pour des raisons de sécurité, les quatre premières tranches de Kozlodouï, qui en compte six, soient fermées.
L'UE considère que ces tranches, qui ne sont pas équipées d'une enceinte de confinement, pourraient laisser s'échapper dans l'atmosphère un nuage radioactif semblable à celui qui a traversé l'Europe après l'explosion à Tchernobyl.
En 2002, la Bulgarie a mis hors service les deux premières tranches de la centrale controversée mais a tenté d'éviter la fermeture des tranches 3 et 4 (440 mégawatts chacune) en les équipant d'un système de condensation supplémentaire. Les tranches 5 et 6 sont toujours en activité.


Arrêt d'une tranche de la centrale de Kozlodouï, sans fuite radioactive

01/03/2006 - La tranche 5 à 1000 MW de la centrale nucléaire bulgare controversée de Kozlodouï a été arrêtée mercredi après une panne de la chaîne électrique, sans provoquer de fuite radioactive, a annoncé la centrale dans un communiqué.
"Une panne dans la chaîne électrique" a mené à l'arrêt automatique d'une des quatre pompes de circulation. La direction de la centrale a ensuite procédé à un arrêt du générateur et du réacteur "afin d'effectuer un contrôle de l'état d'autres systèmes technologiques de cette tranche", selon le communiqué.
"La pompe arrêtée fait partie du premier contour et sert à refroidir le réacteur. Elle est importante pour le fonctionnement sûr du réacteur, c'est pourquoi nos collègues ont préféré arrêter la tranche au lieu de compter sur les pompes de secours", a déclaré à l'AFP Mariana Nisamska, expert à l'Agence de régulation nucléaire qui contrôle le fonctionnement de la centrale.
La centrale bulgare dispose actuellement de quatre tranches dont deux, à 440 MW chacune, doivent être fermées à la fin de 2006 sur demande de l'Union européenne qui s'inquiète de leur conception obsolète. La tranche 5 est l'une des deux autres tranches plus modernes, à 1000 MW chacune, dont le fonctionnement n'est pas mis en cause.
La Bulgarie avait fermé, fin 2002, les deux réacteurs les plus anciens, 1 et 2, de Kozlodoui, sur demande de l'UE à laquelle la Bulgarie doit adhérer au 1er janvier 2007.
Le gouvernement envisage la construction vers 2011-2012 d'une nouvelle centrale nucléaire à Béléné, à l'est de Kozlodoui, sur le Danube.


La Bulgarie se lance dans la construction d'une nouvelle centrale nucléaire

BELENE (Bulgarie) 3 mai 2004 - La Bulgarie a annoncé lundi la construction sur le Danube à Béléné (nord) d'une centrale nucléaire devant se substituer à deux réacteurs obsolètes de la centrale de Kozlodoui (nord) dont la fermeture est exigée par l'Union européenne (UE).
"Le gouvernement a décidé de terminer la construction de la centrale de Béléné. Il s'agit du plus grand investissement réalisé en Bulgarie au cours de ces 20 dernières années", a affirmé le Premier ministre bulgare, Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha, devant un millier d'habitants de cette ville danubienne.

Avec cette centrale, la deuxième du pays, la Bulgarie "sauvegardera ses positions fortes sur le marché régional d'énergie", a-t-il ajouté. En 2003, la Bulgarie a exporté quelque cinq milliards kilowatts-heure.

La centrale de Béléné, dont la capacité et le nombre de réacteurs restent à définir, doit entrer en service en 2010, quatre ans après la fermeture controversée des tranches 3 et 4 de 440 megawatts (mW) de la centrale de Kozlodoui.

Les tranches 1 et 2 de Kozlodoui, également de 440 mW, avaient été fermées en 2002 sur la demande de l'UE, qui estimait que leur conception obsolète créait des risques pour la sécurité. L'UE exige de Sofia qu'elle ferme également d'ici à 2006 les tranches 3 et 4 pour admettre la Bulgarie dans l'union.

Malgré une récente inspection favorable des réacteurs 3 et 4 par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'agence de sûreté nucléaire basée à Vienne, le gouvernement bulgare a accepté de les fermer contre un engagement d'adhésion à l'UE en 2007.

Le chantier de Béléné, ouvert en 1987 à proximité de la frontière bulgaro-roumaine et dans lequel 1,3 milliard de dollars (environ 1,08 md d'euros) ont déjà été investis, avait été gelé en 1991, deux ans après la fin du communisme, sous la pression des mouvements écologistes.

L'infrastructure et les fondations d'un réacteur ont déjà été construits et un réacteur à 1000 mW et des générateurs ont été fournis par la Tchécoslovaquie.

Le ministre de l'Energie, Milko Kovatchev, a déclaré lundi que des investissements supplémentaires de deux milliards de dollars devaient être effectués d'ici à 2010.

Plusieurs économistes indépendants ont mis en doute la pertinence de la construction de la nouvelle centrale nucléaire qui, selon eux, ne sera rentable que dans vingt ans. "Nous mobiliserons d'énormes capitaux qui pourraient être utilisés de façon plus efficace" ailleurs, a estimé Krassen Stantchev, directeur de l'Institut d'économie de marché à Sofia.

Le gouvernement doit choisir avant juillet parmi huit projets présentés par cinq sociétés --Westinghouse (Etats Unis), Framatome (France), Atomic Energy of Canada Ltd (AECL), Skoda (République tchèque) et Atomstroyexport (Russie) dans trois consortiums--. Les projets tchèque et russes prévoient l'utilisation de l'équipement existant, selon la Compagnie nationale d'électricité.

Le chef du projet de Béléné, Krassimir Nikolov, avait indiqué la semaine dernière qu'une première évaluation faisait pencher les responsables bulgares en faveur d'un réacteur à eau pressurisée, une technologie déjà employée Kozlodoui et mettant apparemment hors-jeu le projet AECL canadien offrant la technologie Candu et soutenu par Ansaldo Nucleare (Italie), Bechtel (Etats-Unis), SNC Lavalin (Canada) et Hitachi (Japon).

 


La Bulgarie veut plus d'argent de l'UE pour fermer des réacteurs nucléaires

18/11/03 - La Bulgarie a réclamé mardi plus de compensations financières de la part de l'Union européenne pour fermer deux réacteurs de son unique centrale nucléaire en 2006, comme elle s'y est engagée.
"La Bulgarie s'est engagée à fermer les unités 3 et 4 (de la centrale nucléaire de Kozlodoui, au nord-ouest du pays) en 2006 et nous ne mettons en aucun cas en doute les engagements pris", a déclaré le ministre bulgare de l'Energie Milko Kovatchev dans une interview à la télévision bTV.
Mais cette fermeture "aura des conséquences qui doivent être compensées", a-t-il souligné.
Les pertes occasionnées par une fermeture anticipée des unités 3 et 4 en
2006 sont estimées à 1,7 milliard d'euros par le gouvernement bulgare, mais la Commission européenne doit faire sa propre évaluation, a indiqué M.
Kovatchev.
Jusqu'à présent l'UE avait prévu des compensations de 210 millions d'euros pour la fermeture de quatre réacteurs à 440 MW de Kozlodoui, dont deux ont déjà été arrêtés fin 2002.
Le gouvernement bulgare affirmait jusqu'à présent qu'il négocierait avec Bruxelles un report de la date de fermeture des réacteurs 3 et 4, à 440 MW chacun, afin de calmer une opinion publique opposée à l'arrêt des réacteurs qui produisent de l'énergie à bon marché.
La Bulgarie espère achever ses négociations d'adhésion à l'UE au milieu de
2004 pour une adhésion en 2007.
Outre ses deux réacteurs à 440 MW encore en service, l'unique centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui dispose également de deux réacteurs plus modernes à 1000 MW chacun dont le fonctionnement n'est pas mis en cause.
M. Kovatchev devait recevoir mardi une mission d'experts de l'UE qui ont visité lundi la centrale de Kozlodoui. Sofia compte utiliser leur rapport comme argument dans ses négociations avec l'UE.


La construction d'une centrale nucléaire bulgare intéresse cinq compagnies

01/04/03 - Cinq compagnies ont proposé leur technologie de réacteurs à eau pressurisée dans la perspective de la construction d'une deuxième centrale nucléaire bulgare à Belene, sur le Danube, a annoncé mardi le ministère de l'Energie.

Les sociétés Atomstroieksport (russe), Westinghouse (américaine), Framatom (française), Skoda (tchèque) et Atomic Energy of Canada ont présenté au ministère de l'Energie leurs technologies de construction, les caractéristiques de leurs réacteurs et les résultats de leur exploitation.

Sur la base de ces informations, le gouvernement doit décider avant la fin de l'année des paramètres de la future centrale, avant de lancer un appel d'offres.

Le gouvernement a décidé à la fin de 2002 de reprendre la construction de la centrale nucléaire de Belene commencée en 1987 et suspendue en 1990 sous la pression des mouvements écologistes.

Elle doit entrer en service en 2008. Le projet est estimé à 1 milliard de dollars (environ autant en euros), selon le gouvernement. Quelque 1,3 milliard de dollars ont déjà été investis dans l'infrastructure, dans l'achat à la Tchécoslovaquie d'un corps de réacteur à eau pressurisée à 1.000 MW et l'acquisition de générateurs de vapeur.

Belene se situe à 40 km à l'ouest de la seule centrale nucléaire bulgare, à Kozlodoui où deux réacteurs obsolètes de technologie soviétique à 440 MW ont été fermés et deux autres du même type doivent être arrêtés en 2006, à la demande de l'Union européenne.

Kozlodoui dispose également de deux réacteurs plus modernes, également de conception soviétique, à 1.000 MW chacun dont le fonctionnement n'est pas remis en cause.



La cour suprême annule l'engagement du gouvernement de fermer des réacteurs

28/03/03 - La Cour administrative suprême de Bulgarie a annoncé vendredi avoir annulé l'engagement pris par le gouvernement envers l'Union européenne (UE) de fermer en 2006 les réacteurs 3 et 4 de la centrale nucléaire de Kozlodoui.

Le porte-parole gouvernemental Dimitar Tzonev a déclaré que le cabinet ne commenterait pas avant la semaine prochaine cet arrêt de la cour, cassant un engagement impopulaire en Bulgarie qui espère rejoindre l'UE en 2007.

Le gouvernement avait fait appel à la plus haute instance de la Cour après que sa décision eut été annulée en première instance de la Cour administrative suprême.

Dans ses négociations d'adhésion à l'Union européenne la Bulgarie avait cédé l'année dernière à la demande de l'UE de fermer en 2006 les réacteurs 3 et 4, de 440 Mégawatts (MW) chacun, bien qu'ils soient largement modernisés.

Elle avait parallèlement obtenu un engagement de l'UE d'envoyer des experts en 2003 pour s'assurer de leur état, espérant que le chapitre "Energie" des négociations serait rouvert en cas d'expertise positive et que les réacteurs de la seule centrale nucléaire bulgare obtiendraient un sursis.

Le député socialiste Luben Kornezov qui avait saisi la Cour constitutionnelle, a déclaré vendredi que le gouvernement était désormais "obligé de prendre en compte cette décision et de rouvrir le chapitre Energie pour renégocier les délais de fermeture".

La Bulgarie a fermé fin 2002 les réacteurs 1 et 2, les plus anciens, de Kozlodoui, exportateur d'énergie dans les Balkans.

Elle a modernisé les deux autres réacteurs 3 et 4, et une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a constaté l'année dernière que toutes ses recommandations de sécurité étaient remplies.

La centrale de Kozlodoui dispose également de deux réacteurs à eau pressurisée plus modernes, de 1.000 MW chacun, dont le fonctionnement n'est pas mis en cause.


La Bulgarie ferme à contrecoeur les deux premiers réacteurs de Kozlodoui

SOFIA, 30 déc 02 - La Bulgarie commence lundi à fermer les premiers réacteurs de sa seule centrale nucléaire qui fait d'elle un exportateur d'énergie dans les Balkans, pour satisfaire l'Union européenne dont elle veut devenir membre en 2007.

Afin de commencer des négociations d'adhésion à l'UE en 1999, Sofia a dû accepter de fermer "avant 2003" les deux premiers des quatre réacteurs anciens de conception soviétique (de type VVER 230/440) de la centrale de Kozlodoui, que les experts européens jugent peu sûrs en raison de l'absence d'une clôture de confinement pour retenir la radioactivité en cas d'accident.

Ainsi, l'arrêt du réacteur 2 qui fonctionne depuis 1975, commencera lundi à minuit (22H00 GMT) et celui du réacteur 1 en service depuis 1974 mardi à 20H00 (18H00 GMT), à quatre heures du Nouvel An. Il faut deux heures pour arrêter un réacteur. Il faudra 45 ans au total pour démonter les deux structures.

Le personnel de Kozlodoui est cependant persuadé de se plier à une exigence purement politique. "Les deux réacteurs sont comme des bijoux et il n'y a aucun obstacle technique à ce qu'ils produisent de l'énergie sans danger" jusqu'au terme prévu de leur fonctionnement, soit respectivement dans 6 et 7 ans, déclare Valentin Ribarski, responsable chargé de la mise hors exploitation des réacteurs à Kozlodoui.

Le directeur de la centrale Yordan Kostadinov rappelle que ces deux réacteurs sont "extrêmement compétitifs et rentables, produisant l'électricité la moins chère des Balkans".

Leur fermeture entraînera pour la Bulgarie un manque à gagner de 200 millions de dollars (192 millions d'euros) par an, dit-il. Les exportations vers les autres pays balkaniques doivent, en effet, baisser de 6,3 milliards de kwh en 2002 à 5,3 milliards de kwh en 2003, selon la compagnie nationale d'électricité.

Cette année, le gouvernement bulgare a été obligé de prendre un engagement encore plus impopulaire, celui de fermer en 2006 les deux autres réacteurs anciens de même type, mais largement modernisés pour pallier l'absence d'une clôture de confinement, et dont l'état a été apprécié de façon positive par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Le bénéfice tiré de l'exploitation des réacteurs 3 et 4 est de 50 à 70 millions d'euros par an, alors que la Bulgarie reçoit 300 millions d'euros par ans des fonds de préadhésion à l'UE, jusqu'à 2006 elle en recevra 450 millions par an pour dépasser 1 milliard d'euros par an après notre adhésion", a déclaré le porte-parole du gouvernement Dimitar Tsonev, en défendant cette décision.

Afin de garantir ses positions d'exportateur d'énergie et de rassurer l'opinion publique, le gouvernement a récemment décidé de dégeler la construction d'une deuxième centrale nucléaire à Belene, à l'ouest de Kozlodoui, sur le Danube, suspendue en 1990 sous la pression des mouvements écologistes. Le projet doit démarrer en 2003.

L'expérience de la fermeture d'une centrale du même type en Allemagne de l'Est, celle de Greifswald sur la mer Baltique, sera répétée à Kozlodoui. Les projets de fermeture sont gérés par le consortium franco-britannique EDF/BNFL.

Le scénario élaboré dans le cadre du programme Phare de l'UE, porte sur une durée de 45 ans et coûtera 460 millions d'euros. Il sera principalement financé par un fonds créé à cette fin et auquel l'UE contribuera à hauteur de 65 millions d'euros, indique M. Kostadinov.

Les cinq premières années seront consacrées à des préparatifs et à l'enlèvement du combustible. Pendant 35 ans, on attendra la diminution naturelle de la radioactivité des équipements avant de procéder à leur démontage, précise-t-il.


Fermeture de deux tranches de Kozlodouï: pas avant l'adhésion à l'UE

SOFIA, 2 oct 02 - Le parlement bulgare a décidé mercredi que la fermeture de deux tranches anciennes de la centrale nucléaire de Kozlodouï, exigée par l'Union européenne dès 2006, ne devait pas avoir lieu avant l'adhésion du pays à l'UE.

Dans une résolution adoptée par 209 voix pour et 1 contre, le parlement souligne que la date de la fermeture des tranches 3 et 4 "doit tenir compte des capacités socio-économiques du pays et ne doit pas devancer l'adhésion pleine et entière de la Bulgarie à l'UE".

Le parlement a notamment demandé une mission d'experts de l'UE à la centrale nucléaire de Kozlodouï, nord-est, pour examiner les tranches 3 et 4, à 440 MW chacune, modernisées selon les standards de l'Agence Internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Les résultats d'une telle mission, ainsi que le rapport de l'AIEA de 2002 constitueront "des arguments supplémentaires lors de la définition du délai d'exploitation" des deux tranches, selon le parlement.

La date de fermeture des tranches 3 et 4 doit être décidée cette année, l'UE insistant pour 2006.

Afin de commencer des négociations d'adhésion à l'UE, la Bulgarie avait accepté en 1999 de fermer, avant 2003, les deux tranches les plus anciennes, 1 et 2, à 440 MW chacune.

La centrale nucléaire bulgare dispose également de deux tranches plus modernes à 1000 MW chacune dont l'avenir n'est pas mis en cause.


Une tempête met hors service l'une des tranches de la centrale de Kozlodoui

SOFIA 17/07/2002 - Une tempête a mis hors-service mardi l'une des six tranches de la centrale nucléaire de Kozlodouï (nord-ouest), a indiqué mercredi la direction de la centrale en précisant qu'il n'y avait pas eu de fuites radio-actives.

La tempête a découplé, pour des raisons encore indéterminées, la tranche 5 du réseau électrique du pays, a ajouté la direction dans un communiqué. Des travaux de remise en route de la tranche avaient lieu mercredi.

La semaine dernière, des fumées étaient apparues dans la gaine d'isolation d'une conduite de la tranche 2 de la centrale. La direction avait expliqué que l'incident "ne trouvait pas son origine dans un incendie" et qu'il avait été détecté dans la salle des machines du réacteur "dont la sécurité n'avait pas été affectée".

La tranche 2 venait d'être remise en service après des travaux de maintenance et fonctionnait à 50% de sa capacité lorsque les fumées avaient été détectées.

La centrale de Kozlodoui, qui produit 40% de l'énergie électrique du pays, compte six tranches, dont quatre anciennes du type VVER-230 d'une puissance de 440 mega-watts (MW) chacune et deux plus récentes de 1.000 MW chacune.

Pour adhérer à l'Union europénne, la Bulgarie a accepté de fermer d'ici à 2003 les tranches les plus anciennes (1 et 2) qui fonctionnent depuis 1974-76. Mais Sofia se refuse à fermer les tranches 3 et 4, comme l'exige la Commission européenne en invoquant des raisons de sécurité.


Fumées dans une gaine d'isolation à la centrale nucléaire de Kozlodouï, en Bulgarie

SOFIA, 10 juil - Des fumées sont apparues mardi soir dans la gaine d'isolation d'une conduite de la tranche 2 de la centrale nucléaire de Kozlodouï (nord-ouest de la Bulgarie), a annoncé mercredi la direction de la centrale.

La panne, "qui ne trouve pas son origine dans un incendie", a été détectée dans la salle des machines du réacteur, "dont la sécurité n'a pas été affectée", a indiqué la centrale dans un communiqué.

La tranche 2, qui avait été remise en service lundi à la suite de travaux de maintenance, fonctionnait mercredi à 50% de sa capacité, a-t-on ajouté de même source.

La centrale nucléaire de Kozlodouï dispose de quatre tranches anciennes, de 440 MW chacune, dont la fermeture est exigée par l'Union européenne (UE) avant une éventuelle entrée du pays dans l'union.

En novembre 1999, la Bulgarie avait accepté de fermer avant 2003 les tranches 1 et 2 en service depuis 1974-76. L'éventuelle fermeture des tranches 3 et 4, qui fonctionnent depuis 1979-81, doit être décidée cette année.

La centrale de Kozlodouï, qui produit 40% de l'électricité du pays, dispose encore deux tranches plus modernes de 1.000 MW chacune, dont l'exploitation n'est pas mise en question.

 

Manifestation contre la fermeture des tranches anciennes de Kozlodoui

SOFIA, 11 avr - Près de 3.000 personnes ont protesté jeudi à Sofia contre la fermeture des quatre tranches anciennes de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord) exigée par l'Union européenne (UE) et qui fournit 45% de l'électricité du pays.

Les manifestants arboraient des banderoles marquées de slogans tels que "Sans sa centrale nucléaire, la Bulgarie reste nue", "Non à la fermeture".

Une ONG, Association de défense de Kozlodouï, a recueilli depuis un mois 500.000 signatures en faveur de la tenue d'un référendum.

"Il s'agit d'un choix entre l'énergie bon marché et l'énergie chère, entre une hausse des prix et une croissance de l'économie, entre la dignité et l'humiliation", a estimé l'un des organisateurs de la manifestation, Aleksander Karakatchanov.

En 1999 la Bulgarie avait accepté de fermer avant 2003 les deux premières tranches, les plus anciennes de sa centrale, de 440 megawatts chacune, comme condition préalable pour être invitée à ouvrir des négociations d'adhésion à l'UE.

En 2002 la Bulgarie doit, en principe, terminer ses négociations avec la Commission européenne sur la fermeture des deux autres tranches du même type, exploitées depuis 1979 et 1981 respectivement. Bruxelles souhaite que ces deux tranches soient fermées avant 2006, alors que la Bulgarie veut les exploiter jusqu'en 2008-2010.

Par ailleurs, le président bulgare Gueorgui Parvanov n'a pas exclu mardi à Kozlodoui une remise en fonction des tranches 1 et 2, après leur arrêt fin

La centrale de Kozlodoui dispose aussi de deux tranches plus modernes à 1000 MW chacune.

 

L'UE exige la fermeture des anciennes tranches de la centrale de Kozlodoui

SOFIA, 11 avr - La commissaire européenne à l'Energie et aux Transports, Loyola de Palacio, a confirmé jeudi à Sofia l'exigence de l'Union européenne (UE) de fermeture de quatre tranches de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord).

"Nous n'accepterons dans l'UE aucun Etat dont les réacteurs nucléaires ne disposent pas du niveau de sécurité conforme aux normes de l'Union", a déclaré Mme de Palacio lors d'une conférence de presse.

Interrogée sur l'initiative du président bulgare, Gueorgui Parvanov, de proposer le redémarrage après modernisation des deux premièrs réacteurs les plus obsolètes, Mme de Palacio a indiqué qu'une modernisation de ces tranches "n'est pas raisonnable" car trop compliquée et coûteuse.

"La Bulgarie a conclu un accord sur ce sujet avec les 15 Etats membres de l'UE et grâce à la signature de cet accord des négociations sur son adhésion ont été ouvertes", a rappelé Mme de Palacio.

En 1999, la Bulgarie avait signé un accord avec l'UE, prévoyant la fermeture avant 2003 des tranches 1 et 2, à 440 MW chacune, comme condition préalable à l'ouverture des négociations d'adhésion à l'UE.

Cette année la Bulgarie doit encore s'entendre avec la Commission européenne sur la date de fermeture des deux autres réacteurs du même type exploités respectivement depuis 1979 et 1981. Bruxelles souhaite qu'ils soient fermés avant 2006, alors que la Bulgarie veut les exploiter au moins jusqu'en

Près de 3.000 personnes ont protesté jeudi à Sofia contre la fermeture de quatre tranches obsolètes de Kozlodoui et ont demandé un référendum sur le sort de cette centrale qui assure 45% de l'énergie du pays.

Selon un sondage de l'institut Mediana publié jeudi, 55% des Bulgares sont persuadés que l'exigence de l'UE de fermeture des quatre tranches de Kozlodoui est "motivée par ses intérêts économiques". A peine 3% estiment que l'UE demande leur fermeture pour des raisons de sécurité.



Sofia propose un compromis pour la centrale nucléaire de Kozlodoui

SOFIA, 9 avr - Le président bulgare Gueorgui Parvanov a proposé mardi de moderniser les tranches 1 et 2 de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord), qui doivent être arrêtées fin 2002 à la demande de l'Union européenne (UE).

"Si la modernisation des tranches 3 et 4 est reconnue comme réussie (par l'UE), l'on pourrait utiliser l'arrêt technique obligatoire avant le démontage des tranches 1 et 2 pour réaliser une modernisation similaire", a déclaré M. Parvanov dans un communiqué.

De fabrication soviétique, la centrale de Kozlodoui dispose de six réacteurs nucléaires au total, dont quatre sont jugés obsolètes par l'UE parce que, jusqu'à présent, ils ne disposaient pas d'une enceinte de confinement devant empêcher d'éventuelles fuites radioactives en cas d'accident.

L'UE a donc exigé la fermeture des tranches 1 à 4 de type VVER/230 et de 440 MegaWatts chacune, en préalable à une éventuelle entrée de la Bulgarie dans l'Union.

En 1999, Sofia s'était engagé à fermer avant 2003 les tranches 1 et 2, les plus anciennes, et a obtenu de l'UE une possible révision de la date de fermeture des tranches 3 et 4 que Bruxelles voulait voir fermées d'ici à 2006.

Depuis, la Bulgarie a doté les tranches 3 et 4 d'une enceinte de confinement devant être inspectée en juin par une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), une agence de contrôle des Nations unies dont le siège est à Vienne.

Le démontage des tranches 1 et 2 ne pouvant commencer que plusieurs années après leur arrêt, M. Parvanov a suggéré que cette période soit mise à profit pour les moderniser comme les tranches 3 et 4 en vue d'un éventuel redémarrage. "Le risque lié à l'investissement et à la modernisation" des tranches 1 et 2 doit être assumé par la Bulgarie, a expliqué le président dans le communiqué.

Cette décision revient cependant au gouvernement et au parlement, le président bulgare n'assumant que des fonctions essentiellement représentatives.

Une manifestation contre la fermeture des quatre tranches de Kozlodoui est prévue jeudi devant le parlement.

 

La Bulgarie construira une nouvelle centrale nucléaire sur le Danube

SOFIA, 6 avr - Le Premier ministre bulgare Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha a annoncé samedi que la Bulgarie construira une deuxième centrale nucléaire à Belene, sur le Danube, alors que quatre tranches anciennes de sa centrale de Kozlodoui doivent être fermées sur demande de l'Union européenne (UE).
"Nous assurerons les conditions pour continuer la consruction de la centrale atomique de Belene conformément à toutes les normes modernes de fiabilité et de sécurité", a déclaré le chef du gouvernement à l'issue d'une réunion de son parti constitué samedi, le Mouvement national Siméon II.

La construction de la centrale de Belene, commencée en 1987, a été gelée en 1990 peu après la fin du régime communiste en Bulgarie, sous la pression des mouvements écologistes.

1,2 milliards de dollars (1,37 mds d'euros) ont été investis dans l'infrastructure, pour l'achat à la Tchécoslovaquie du corps d'un réacteur à eau pressurisée de 1000 MW et pour les générateurs de vapeur. 1,5 milliards de dollars (1,71 mds d'euros) supplémentaires sont nécessaires pour rendre opérationnelle la première tranche de la centrale. Les travaux dureront trois ans, a déclaré récemment Nikita Nabatov, l'ancien responsable de la construction de la centrale.

Le projet de la centrale de Belene était élaboré pour quatre réacteurs de 1000 MW chacun.

"Tout en respectant les accords de la Bulgarie avec l'UE, nous ne trahirons pas les intérêts nationaux en matière d'énergie atomique", a déclaré le Premier ministre.

Afin de commencer ses négociations d'adhésion à l'UE, la Bulgarie s'est engagée en 1999 de fermer avant 2003 les deux tranches les plus anciennes de la centrale de Kozlodoui du type VVER et de 440 MW chacune. Un accord avec l'UE sur le délai de fermeture de deux autres tranches de 440 MW chacune doit être obtenu cette année.

La centrale de Kozlodoui dispose par ailleurs de deux tranches plus modernes à eau pressurisée, de 1000 MW chacune, en cours de modernisation et dont le fonctionnement n'est pas mis en cause.

"Cet immense projet assurera l'indépendance de la Bulgarie en matière d'énergie". Le pays "continuera à être une des principales sources d'énergie dans les Balkans", a assuré le Premier ministre.

Actuellement, la centrale de Kozlodoui fournit 45% de l'énergie du pays. La Bulgarie couvre 40% à 45% du déficit d'énergie dans les Balkans. En 2001, elle a exporté 7 milliards de KwH, ce qui correspond à la production des tranches 1 et 2, a indiqué le directeur de la centrale, Yordan Kostadinov.

 


La Bulgarie ratifie un accord avec la BERD sur l'arrêt de réacteurs nucléaires

SOFIA, 28 mars - Le parlement bulgare a ratifié jeudi un accord avec la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) sur un financement pour la fermeture de quatre tranches anciennes de sa centrale nucléaire de Kozlodoui.

L'accord signé le 15 juin dernier à Londres prévoit la constitution d'un Fonds d'assistance à la fermeture des quatre réacteurs à 440 MW chacun de conception obsolète.

La Commission européenne y versera 26,85 millions d'euros qui font partie de l'aide prévue de 100 millions d'euros pour la fermeture des deux tranches les plus anciennes avant 2003.

Elle accordera encore 100 millions de dollars pour la fermeture des deux autres tranches de 440 MW après un accord sur la date qui doit être négocié cette année.

La Bulgarie souhaite exploiter ces deux tranches jusqu'à 2008-2010, alors que la Commission européenne exige leur arrêt dès 2006.

L'accord a été ratifié par 148 voix pour, 5 contre, et une abstention. Les 48 députés du parti socialiste (PSB, ex-communiste) se sont abstenus, jugeant l'accord "nuisible pour la Bulgarie".

Le président de la commission parlementaire de l'Energie Vesselin Bliznakov a déclaré que l'accord "n'est pas une trahison des intérêts du pays, mais une preuve que la Bulgarie est un partenaire stable de l'Union européenne" à laquelle elle veut adhérer.

La fermeture de ces quatre tranches est une condition préalable posée par l'UE à la Bulgarie pour démarrer les négociations d'adhésion.

Outre ces 4 tranches anciennes, la centrale de Kozlodoui dispose de deux tranches de 1000 MW chacune dont le fonctionnement n'est pas mis en cause et qui font l'objet d'une modernisation.


Sofia ne prendra pas "de décisions précipitées" sur sa centrale nucléaire

SOFIA, 1er fév - Le Premier ministre bulgare Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha a déclaré vendredi que son gouvernement ne prendra pas "de décisions précipitées" sur le sort de la centrale nucléaire de Kozlodouï (nord-est), la seule du pays.

"Le gouvernement bulgare ne prendra pas de décisions précipitées", a-t-il affirmé devant le parlement bulgare.

Sofia doit décider cette année la date de fermeture de deux tranches anciennes de sa centrale.

Pour être invitée en 1999 à entamer des négociations d'adhésion à l'Union europénne, la Bulgarie a accepté de fermer avant 2003 les tranches 1 et 2 les plus anciennes. La date de la fermeture des tranches 3 et 4 doit être fixée cette année, l'UE insistant sur la date de 2006 et Sofia sur 2008-2010.

"Les dates ne sont pas encore décidées. Il faut chercher un équilibre entre l'intérêt national et les engagements internationaux assumés", a indiqué le Premier ministre bulgare, ajoutant que le gouvernement écoutera l'avis des experts avant de prendre une position.

Le Premier ministre bulgare s'est rendu cette semaine à la centrale de Kozlodouï, et s'est inquiété de l'effet de cette fermeture sur la compétitivité bulgare. "Le gouvernement est décidé à ne pas permettre que l'économie bulgare soit mise en difficulté par des importations d'énergie plus coûteuses", a-t-il souligné.

En 2001 la Bulgarie a exporté en Turquie, en Grèce et en Yougoslavie, 7 milliards de KW/h d'énergie électrique produite par Kozlodouï, une centrale qui assure 44% de la production électrique du pays.

A part les quatre tranches anciennes, qui sont de 440 MW chacune, la centrale dispose également de deux tranches plus modernes de 1000 MW chacune.




La Bulgarie doit choisir entre sa centrale nucléaire et l'Europe

KOZLODOUI (Bulgarie), 29 jan - La Bulgarie hésite à fermer les tranches 3 et 4 de sa centrale nucléaire de Kozlodoui (nord) comme l'exige l'Union européenne (UE), alors que celle-ci fournit 44% de l'énergie électrique du pays.

En engageant en 1999 ses négociations d'adhésion à l'UE, la Bulgarie avait accepté de fermer dès 2002 les tranches 1 et 2 de Kozlodoui, deux réacteurs de type VVER de conception soviétique et d'une puissance combinée de 880 megaWatts fonctionnant depuis 1974-75.

Mais Sofia traîne les pieds pour fermer en 2006 les tranches 3 et 4 qu'elle veut laisser en service jusqu'en 2008, voire 2010, après les avoir équipées d'une enveloppe de retention censée contenir la vapeur radioactive en cas d'accident.

L'UE réclame depuis 1992 la fermeture des tranches 1 à 4 de Kozlodoui, les experts européens considérant qu'elles sont peu sûres et "non modernisables". La centrale dispose encore des tranches 5 et 6 (1.000 megaWatts chacune) qui sont les plus modernes.

Le Premier ministre bulgare, Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha, s'est rendu lundi à Kozlodoui pour rassurer la population, inquiète par la hausse des prix de l'électricité que pourrait induire une fermeture des tranches 3 et 4.

"Les responsables bulgares doivent défendre la centrale qui produit et exporte l'électricité la moins chère d'Europe. Personne ne nous laissera adhérer à l'UE, pauvres et affamés", lui a lancé Mladen Todorov, l'un des 5.000 employés de la centrale.

"Je travaille depuis seize ans à la centrale. Je n'ai aucune crainte sur la sécurité mais, comme la grande majorité des gens de la région, je m'inquiète pour mon emploi si quatre tranches sont fermées", a ajouté une autre employée, Emilia Stoeva.

"Nos voisins s'inquiètent à tort de la sécurité de la centrale et nous savons ce qu'elle signifie pour notre économie", a répondu le chef du gouvernement bulgare, applaudi à tout rompre. "Il faut trouver un équilibre entre vos intérêts, les intérêts de tous les citoyens bulgares et ceux de l'UE", a-t-il ajouté.

Mais l'ex-roi, qui a été dans les affaires lors de son exil, a évoqué son "expérience internationale" pour souligner que la Bulgarie "pourra obtenir beaucoup si elle respecte les intérêts de l'Europe".

"Regardons sur la carte et constatons comme nous sommes petits par rapport à l'Europe. Il faut agir conformément à notre importance", a-t-il souligné avant d'assurer aux employés qu'ils bénéficieraient de programmes de reconversion si les tranches 3 et 4 étaient fermées d'ici à 2006.

"La centrale est exploitée sans risque et ne cède en rien aux centrales de même type exploitées dans le monde. Toutes les recommandations des organisations internationales ont été mises en oeuvre", a déclaré le directeur de l'installation, Yordan Kostadinov.

"Un arrêt des tranches 1 à 4 aurait des effets dramatiques sur la croissance économique du pays, qui ne pourra dès lors plus satisfaire aux critères d'adhésion à l'UE", a estimé le président de la chambre d'Industrie Bojidar Danev.

Pour l'ex ministre de l'Energie, Roumen Ovtcharov, qui siège actuellement dans l'opposition, la Bulgarie perdra 250 millions de dollars par an lorsque les tranches controversées auront été fermées. En 2001, la Bulgarie avait exporté en Turquie, en Grèce et en Yougoslavie quelque 7 milliards de kilowatts/heure d'énergie électrique produite par Kozlodoui pour une valeur de 285 millions d'euros).


La centrale de Kozlodouï ouvre une usine de retraitement de déchets nucléaires

SOFIA, 4 jan - La centrale nucléaire bulgare de Kozlodouï (nord-ouest) a ouvert une usine de transformation et de conservation des déchets nucléaires de petite et moyenne radioactivité, a-t-on appris vendredi auprès de la centrale.

L'usine, dont la construction a duré dix ans, est notamment destinée au traitement de vêtements de travail, de filtres, de matériaux et de liquides utilisés dans la production de l'électricité, a précisé à l'AFP un porte-parole de la centrale.

Au départ, les déchets nucléaires durs seront pressés pour diminuer leur volume de près de sept fois, alors que les déchets nucléaires liquides seront cimentés. Puis les déchets seront enveloppés dans des conteneurs de fer et de béton de près de 5 mètres cubes chacun pour une conservation à long terme.

L'usine dispose d'un dépôt de conservation d'une capacité de 30 ans qui peut être prolongée par un élargissement de surface à 30 autres années.

En ce qui concerne les déchets nucléaires à haute radioactivité, dont le combustible usé, ils sont acheminés vers la Russie après leur stockage pendant au moins trois ans dans des dépôts spéciaux dans la centrale bulgare.

La centrale de Kozlodouï, qui assure 40% de l'électricité du pays, dispose de six tranches, dont quatre anciennes à 440 MW chacune et de deux tranches plus modernes de 1.000 MW chacune.

La fermeture des quatre tranches à 440 MW chacune à conception obsolète était une condition préalable posée par l'Union européenne pour commencer des négociations d'adhésion avec la Bulgarie.

Dans un accord conclu en novembre 1999, la Bulgarie a accepté de fermer avant 2003 les tranches 1 et 2 qui fonctionnent depuis 1974-76. Quant aux tranches 3 et 4 qui fonctionnent depuis 1979-81, "le gouvernement bulgare prendra en 2002 une décision coordonnée avec la Commission européenne", selon cet accord.

La Commission européenne souhaite que cette fermeture se fasse avant 2006.

 


Kozlodoui va commencer à fermer ses deux tranches les plus anciennes

SOFIA, 15 nov - La centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui signera vendredi à Londres un accord avec la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) qui marquera le début de la fermeture des deux tranches les plus anciennes de la centrale.

L'accord sur la fermeture des deux tranches sera signé en marge d'une conférence des donateurs au fonds international Kozlodoui qui a déjà accumulé 93 millions d'écus pour cet objectif, a annoncé jeudi à Sofia le directeur de Kozlodoui, Yordan Kostadinov.

Selon un accord de la Bulgarie avec l'UE signé en 1999, les tranches 1 et 2 à 440 MW chacune qui fonctionnent depuis 1974-76 seront arrêtées avant 2003, pour des raisons de sécurité.

Les deux tranches seront pratiquement arrêtées vers la fin de 2002, mais le processus de leur mise hors exploitation sera long. Les réacteurs seront désactivés pendant cinq ans et une opération de conservation continuera pendant vingt cinq ans, a expliqué M. Kostadinov.

En 2002, la Bulgarie doit achever ses négociations avec la Commission européenne sur la fermeture des deux autres tranches du même type, 3 et 4, entrées en exploitation en 1979 et 1981. Un programme sur leur modernisation étant en cours, la Bulgarie estime qu'elles peuvent fonctionner "de façon fiable et sûre" jusqu'à 2010-2012.

Une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) les inspectera en mai. Toutefois la Commission européenne souhaite que ces deux tranches soient fermées avant 2006.

La fermeture des quatre tranches obsolètes de Kozlodoui était une des conditions que l'UE a posées à la Bulgarie pour commencer des négociations d'adhésion en 1999.

Par l'accord de 1999, la Commission européenne s'est engagée à fournir à la Bulgarie en terme de compensation "un don de 200 millions d'euros dans le cadre du programme PHARE pour la période 2000-2006". Il sera utilisé pour la réalisation de projets concernant l'édification d'un dépôt à déchets nucléaires, pour améliorer l'efficacité dans le domaine de l'énergie et pour la protection de l'environnement. La deuxième moitié de ce don ne sera octroyée qu'après un accord sur la fermeture des tranches 3 et 4.

La centrale de Kozlodoui dispose de deux tranches plus modernes à 1.000 MW chacune dont le fonctionnement n'est pas mis en cause. La compagnie américaine Westinghouse et le Consortium européen auquel participent Siemens (Allemagne), Framatome (France) et Atomenergoexport (Russie) effectuent les travaux.

Le bénéfice net de la centrale de Kozlodoui pour 2000 se chiffre à 34,2 millions d'euros, selon l'Agence bulgare de l'Energie.


 

M. Kostov: La Bulgarie veut fermer les tranches 3 et 4 de Kozlodoui vers 2008-2010

SOFIA, 13 nov - Le Premier ministre bulgare Ivan Kostov a déclaré lundi que la Bulgarie persistait à vouloir fermer les tranches anciennes 3 et 4 de la centrale de Kozlodoui vers 2008-2010, alors que la Commission européenne exige leur fermeture avant 2006.
"Pour les tranches 3 et 4 les positions" de la Bulgarie et de la Commission Européenne "sont différentes. Notre position est la période 2008-2010", a-t-il déclaré lors d'une réunion lundi au siège du gouvernement consacré à l'état du système énergétique bulgare,

La centrale nucléaire de Kozlodoui dispose de quatre tranches anciennes de 440 MGW de conception obsolète dont la fermeture était une condition préalable posée par l'Union Européenne pour entamer des négociations d'adhésion avec la Bulgarie.

Aux termes d'un accord conclu en novembre 1999, la Bulgarie a accepté de fermer avant 2003 les tranches 1 et 2 qui fonctionnent depuis 1974-76. Quant aux tranches 3 et 4, qui fonctionennt depuis 1979-81, "le gouvernement bulgare prendra en 2002 une décision coordonnée avec la Commission européenne", selon cet accord.

Pour sa part la Commission Européenne s'est engagée à financer la fermeture en octroyant 200 millions d'euros, dont la deuxième partie sera versée en fonction de l'accord sur les tranches 3 et 4.

Le président du Conseil des directeurs de la centrale de Kozlodoui, Anton Ivanov, a cependant déclaré que le financement attendu de la Commission Européenne pour la fermeture des tranches 1 et 2 "peut créer des difficultés s'il n'est pas reçu au début de l'annnée prochaine".

"Il n'est pas possible que l'UE ne fournisse pas le financement et que la Bulgarie ferme. Nous devons poser cette question, chacun doit défendre ses intérêts", a déclaré le ministre de l'Economie Kiril Jotev.

"L'application de l'accord sur les tranches 1 et 2 dépend des deux parties", a résumé M. Kostov.

Le président de l'Agence gouvernementale de l'énergie Ivan Chiliachki a déclaré que les perspectives de construction d'une nouvelle tranche de la centrale à Kozlodoui où sur un autre site situé sur la rive du Danube, Belene, étaient actuellement envisagées pour remplacer celles qui seront fermées.

 

L'AIEA salue les progrès de sécurité à la centrale nucléaire de Kozlodouï

SOFIA, 6 oct - Une mission de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) a salué les progrès réalisés en matière de sécurité sur les tranches anciennes 3 et 4 de la centrale nucléaire bulgare de Kozlodouï (nord-ouest), selon un communiqué de la centrale reçu vendredi.

La mission de l'AIEA a fait état d'"un niveau acceptable de sécurité conforme entièrement aux exigences internationales actuelles", à la suite de l'application d'un programme de modernisation des tranches 3 et 4, à 440 MW chacune, selon le communiqué parvenu vendredi à l'AFP.

Les tranches 3 et 4 font partie des quatre réacteurs anciens pour lesquels la Bulgarie a accepté le 30 novembre dernier une fermeture précoce, demandée par l'Union européenne.

Une décision sur la fermeture des tranches 3 et 4, qui fonctionnent depuis 1978-81, sera prise en 2002, selon l'accord, mais la Commission européenne qui finance cette opération de 200 millions d'euros demande leur fermeture avant l'an 2006.

Les constatations de cette mission de l'AIEA seront "un argument fort" pour Sofia en vue de solliciter la poursuite du fonctionnement de ces deux tranches jusqu'à la fin de leur délai d'exploitation conçu, soit en 2010-2012, a relevé le chef de la centrale Yordan Yordanov.

Jusqu'à présent, quelque 130 millions de dollars ont été investis dans la modernisation de ces deux tranches et encore 30 millions seront versés dans ce but d'ici la fin de 2001, a précisé M. Yordanov.

Les réacteurs 3 et 4 sont "déjà différents par leur qualité par rapport à leur modèle de projet" initial, selon M. Yordanov. "Si la Bulgarie ne garde pas les tranches 3 et 4, cela ralentira son développement", a-t-il dit.

La mission de l'AIEA a recommandé "une enquête plus approfondie et indépendante" du système de localisation des problèmes, selon le centre de presse de la centrale.

A part les tranches 3 et 4, la centrale de Kozlodouï dispose encore de deux tranches jugées obsolètes à 440 MW, dont la fermeture est prévue avant 2003, et de deux tranches plus modernes à 1.000 MW chacune.

La centrale assure 40% de l'énergie du pays.

 


Bucarest demande l'accès de ses experts à la centrale nucléaire de Kozlodouï

SOFIA, 8 sept - Le ministre roumain de l'Environnement Romica Tomescu a demandé vendredi un accès d'experts roumains à l'unique centrale nucléaire bulgare de Kozlodouï (nord-ouest), a annoncé l'agence BTA.

"Des experts roumains doivent avoir accès à la centrale atomique lorsqu'on évalue la prolongation ou la réduction du délai de fermeture des tranches" de la centrale, a déclaré M. Tomescu à l'issue d'une rencontre avec son homologue bulgare Evdokia Maneva à Roussé (nord-est).

La centrale nucléaire bulgare est située au bord du Danube, près de la frontière bulgaro-roumaine.

La Bulgarie a signé fin novembre un accord avec l'Union européenne sur la fermeture anticipée des quatre tranches anciennes de Kozlodouï à 440 mégawatts chacune.

Selon cet accord, Sofia s'est engagé à fermer avant 2003 les réacteurs 1 et 2 qui fonctionnent depuis 1974-76. Le délai de fermeture des tranches 3 et 4, en exploitation depuis 1979-81, n'est pas encore fixé, mais la Commission européenne demande leur fermeture avant 2006.

M. Tomescu a rappelé que des experts roumains ne sont entrés à Kozlodouï qu'avec un groupe de travail de l'UE.

Le ministre roumain de l'Environnement s'est dit "insatisfait" de ne pas avoir été informé "à temps" de l'incident survenu à la centrale bulgare le 28 août dernier.

Cet incident, ayant entraîné "une hausse locale" de la radioactivité en dehors de la salle du réacteur 3 sur "la surface industrielle" de la centrale, n'a été rendu public que mercredi dernier dans une interview de Gueorgui Kastchiev, chef du Comité d'exploitation de l'énergie atomique bulgare.

Ce Comité qui est l'organe gouvernemental bulgare de contrôle du nucléaire n'a informé que jeudi de cet incident la Roumanie, la Grèce et l'Agence internationale pour l'énergie atomique.

Les appareils roumains n'ont pas repéré une hausse de la radioactivité et Bucarest n'a pas "de plaintes concrètes" de la centrale bulgare, a annoncé M. Tomescu, cité par BTA.

M. Tomescu avait déclaré jeudi avoir l'intention de "demander des explications et discuter des mesures à prendre pour que de tels accidents ne se reproduisent pas".



La Roumanie dénonce la dégradation de la sécurité nucléaire en Bulgarie

BUCAREST, 7 sept - Bucarest a dénoncé jeudi l'aggravation de la dégradation de la sécurité de la centrale nucléaire bulgare de Kozlodouï après que Sofia eut pour la première fois abandonné la version officielle qui prônait la sûreté technique de sa centrale.

"La hausse du nombre d'incidents à la centrale de Kozldouï, plus d'une centaine depuis le 1er janvier 1999, nous inquiète particulièrement même si le territoire roumain n'a pas été concerné", a déclaré le président de l'autorité nucléaire roumaine (CNCAN), Dan Cutoiu.

M. Cutoiu a critiqué "la baisse dramatique des compétences en matière de sécurité du personnel qui manipule les équipements" de l'unique centrale nucléaire bulgare située sur le Danube, à la frontière avec la Roumanie.

Selon lui, l'incident reconnu mercredi par les autorités bulgares s'était produit le 27 août et avait été provoqué par des "déficiences dans les procédures lors de l'exploitation des installations".

M. Cutoiu a indiqué avoir fait part jeudi de ces inquiétudes à un responsable bulgare chargé de l'activité nucléaire lors d'un entretien téléphonique.

Il a précisé que la partie bulgare n'était pas obligée d'informer la Roumanie de ce dernier incident car il n'avait pas dépassé le niveau 3 sur l'échelle INES qui mesure la gravité des accidents dans les centrales nucléaires.

Les autorités bulgares ont reconnu mercredi, pour la première fois, qu'un accident survenu "récemment" (ndlr, le 27 août selon Bucarest) avait entraîné une hausse de la radioactivité et que celle-ci avait été "identifiée à quelques dizaines de mètres hors de la salle du réacteur, dans un bâtiment administratif".

Après avoir toujours certifié du "bon état technique" de sa centrale nucléaire, la Bulgarie a également admis "une "tendance inquiétante à la dégradation de la sécurité" de Kozlodouï.



La sécurité de l'unique centrale nucléaire bulgare inquiète les autorités

SOFIA, 6 sept - Les autorités bulgares ont pour la première fois reconnu une "dégradation de la sécurité" dans l'unique centrale nucléaire du pays, qui fut un enjeu majeur dans les négociations avec l'Union européenne.

Après avoir toujours certifié le "bon état technique" de la centrale nucléaire de Kozlodouï (nord-ouest), elles ont reconnu mercredi "une "tendance inquiétante à la dégradation de la sécurité" de cette centrale, et cité plusieurs exemples dont celui d'un important incident récent.

Gueorgui Kastchiev, président du Comité d'exploitation de l'énergie atomique, l'organe gouvernemental de contrôle du nucléaire, a fait mercredi une révélation surprenante sur un incident survenu "récemment" ayant entraîné une hausse de la radioactivité de "70 à 80 fois supérieure à la naturelle".

Dans un entretien au journal du parti au pouvoir, Démocratzia, il a expliqué que la radioactivité avait été "repérée à quelques dizaines de mètres hors de la salle du réacteur dans un bâtiment administratif" de la centrale alors que "des membres de l'équipe au travail - une ou deux personnes, ont été irradiées".

Un incident "similaire" a eu lieu il y a deux ans entraînant "une très forte hausse du taux de radioactivité sur la surface de toute la centrale" et imposant même l'interruption d'une réunion du gouvernement pour "établir" l'origine de la radioactivité, a annoncé également M. Kastchiev.

"Il est très regrettable que le nombre des événements importants en matière de sécurité ait augmenté" ces derniers mois, a ajouté M. Kastchiev, répertoriant 50 incidents, notamment des "arrêts d'équipement", depuis le début de l'année.

L'expert a également déploré "qu'on n'accorde pas suffisamment d'attention à l'exploitation" de la centrale. Il a reconnu "une dissimulation de l'information".

La direction de la centrale de Kozlodoui, surprise par ces affirmations, n'avait pas encore officiellement réagi mercredi en milieu d'après-midi.

La sécurité de cette centrale, l'objet d'intenses négociations entre la Bulgarie et l'Union européenne, avait failli poser un problème avant l'invitation de l'UE à Sofia, en décembre dernier, pour l'ouverture de négociations d'adhésions.

Bruxelles exigeait que Sofia s'engage à fermer rapidement quatre tranches de 440 MW, de conception obsolète.

La centrale de Kozlodoui qui fournit environ 40% de l'énergie du pays, dispose aussi de deux tranches plus récentes, à 1000 MW chacune, dont la modernisation est soutenue par l'Union européenne.

Selon un accord signé fin novembre, la Bulgarie s'est engagée à fermer avant 2003 les réacteurs 1 et 2 qui fonctionnent depuis 1974-76. Le délai de fermeture des tranches 3 et 4, en exploitation depuis 1979-81, n'est pas encore fixé, mais la Commission européenne qui finance cette opération de 200 millions d'euros, demande leur fermeture avant 2006.

M. Kastchiev, à l'origine des révélations de mercredi, avait lui-même déclaré en juin à la presse que Sofia "prouverait que les tranches 3 et 4 peuvent fonctionner jusqu'à la fin de leur délai d'exploitation en 2010-2011", compte tenu de leur "niveau de sécurité acceptable".

Le Conseil mondial des employés du nucléaire (WONUC) s'était de son côté déclaré le mois dernier contre l'arrêt des quatre premières tranches de Kozlodouï, jugeant que "cette exigence ne repose pas sur une base technique sérieuse".

La centrale atomique de Kozlodouï "n'est pas un monstre dangereux comme certains la présentent", avait déclaré l'année dernière le Premier ministre bulgare Ivan Kostov.


Les autorités bulgares reconnaissent un accident à la centrale de Kozlodouï

SOFIA, 6 sept - Les autorités bulgares ont reconnu mercredi, pour la première fois, un récent incident nucléaire à la centrale de Kozlodouï, située sur le Danube, et une "tendance inquiétante à la dégradation de la sécurité" dans cette centrale.

Le chef du "Comité d'utilisation de l'énergie atomique à des fins de paix", Gueorgui Kastchiev, a reconnu pour la première fois qu'un accident survenu "récemment" avait entrainé une hausse de la radioactivité et que celle-ci avait été "repérée à quelques dizaines de mètres hors de la salle du réacteur, dans un bâtiment administratif".

Dans un entretien au journal du parti au pouvoir, Démocratzia, ce responsable de l'organe national du contrôle de la sécurité nationale a précisé que "des membres de l'équipe au travail, une ou deux personnes, ont été irradiés".

Il reconnu qu'un incident "similaire" avait eu lieu il y a deux ans, entrainant également "une très forte hausse du taux de radioactivité sur la surface de toute la centrale".

Le dernier incident est survenu "après la sortie d'un logiciel très radioactif du réacteur" et suite à "une fuite non-contrôlée de l'eau du coffre spécial" où ce logiciel avait été placé dans la salle du réacteur, a expliqué M. Kastchiev sans préciser dans quelle tranche de la centrale l'incident avait eu lieu.

La centrale de Kolodouï qui assure 40% de l'électricité du pays comprend quatre tranches anciennes à 440 MW chacune et de deux tranches plus modernes à 1.000 MW chacune.

La Bulgarie a signé fin novembre un accord avec la Commission européenne prévoyant la fermeture avant 2003 des réacteurs 1 et 2 qui fonctionnent depuis 1974-76 et une fermeture avant 2006 devrait être décidée pour les tranches 3 et 4 qui fonctionnent depuis 1979-81.

"Il est très regrettable que le nombre des événements importants en matière de sécurité ait augmenté" ces derniers mois, a ajouté M. Kastchiev, précisant qu'une réunion du gouvernement avait été "interrompue" pour tenter d'"établir pourquoi il y a une forte radioactivité" à Kozlodouï.

Selon M. Kastchiev, 50 incidents notamment "des arrêts d'équipement" se sont produits dans la centrale depuis le début de l'année, contre 62 pour toute l'année 1999.

Ces propos contredisent la version officielle des autorités bulgares qui certifiaient jusqu'à présent la sûreté technique de la centrale.