Démission du chef de l'agence nucléaire américaine

WASHINGTON (5 janvier 2007) - Le secrétaire d'Etat à l'Energie Samuel Bodman a annoncé jeudi la démission du chef du programme d'armement nucléaire américain en raison de failles dans la sécurité d'installations d'armement, dont le laboratoire Los Alamos au Nouveau Mexique. Linton Brooks devrait soumettre sa démission du poste de directeur de l'Administration de la sécurité nucléaire national (NNSA) ce mois-ci, a annoncé le ministère. Selon Samuel Bodman, la NNSA sous Linton Brooks n'a pas su répondre aux questions de sécurité. "J'ai décidé que le temps était venu pour une nouvelle direction à la NNSA". Le directeur de la NNSA avait été sanctionné en juin dernier pour ne pas avoir informé Samuel Bodman que les ordinateurs du site de la NNSA à Albuquerque (Nouveau Mexique), avaient été piratés, ce qui avait entraîné le vol de dossiers contenant les numéros de sécurité sociale des salariés et d'autres informations personnelles des 1.500 employés. A l'automne dernier, c'est la sécurité du laboratoire national de Los Alamos qui a été mise en question lorsque des documents sur le nucléaire classés top secret ont été découverts lors d'une opération anti-drogue au domicile d'un ancien employé du site.

 

Arrêt de travaux classés secrets dans le laboratoire nucléaire de Los Alamos

SAN FRANCISCO (16 juillet 2004) - Des travaux secrets ont été suspendus jeudi dans un laboratoire américain d'armes nucléaires, le Laboratoire national de Los Alamos, après la récente disparition de données classées, selon les autorités locales.
Cette décision exceptionnelle a été prise dans le laboratoire où a été mise au point la première bombe atomique après la découverte, le 7 juillet, de la disparition de deux dispositifs de stockage informatique classés dans les laboratoires secrets situés dans l'Etat du Nouveau Mexique (ouest).

La suspension des travaux secrets permettra de fournir une nouvelle formation aux équipes et de prendre des mesures pour augmenter la sécurité, cruciale dans cette installation, où plusieurs manquements à la sécurité sont arrivés au cours des dernières années.

La décision a été annoncée après une comparution du directeur de Los Alamos Peter Nanos devant le bureau du conseil de l'Université de Californie, qui dirige le laboratoire depuis sa fondation pendant la seconde guerre mondiale.

"Le directeur a énoncé les mesures qui ont été prises dont un arrêt de toutes les activités classées du laboratoire", a déclaré le porte-parole du laboratoire Chris Harrington à l'AFP.

Ces mesures comprennent notamment l'inventaire complet des médias électroniques classés (CREM) et la formation de certains personnels pour qu'ils manipulent de tels matériaux en toute sécurité, a déclaré le porte-parole; ajoutant qu'aucune date n'avait été fixée pour la reprise des opérations classées.

"Ils travaillent là-dessus d'une manière agressive et décisive, mais c'est un sujet très grave et c'est pourquoi la suspension ne prendra fin que lorsque les objectifs seront atteints dans le laboratoire", a dit M. Harrington.

Selon le porte-parole, la sécurité nucléaire et nationale américaine ne devrait pas être affectée par l'arrêt des travaux secrets du fait que le personnel restera sur les lieux pendant la révision des installations, au cas où on aurait besoin d'eux.

"Il s'agit d'assurer que le laboratoire possède des procédures de sécurité fortes et efficaces afin d'être sûrs que ces incidents de sécurité ne se reproduiront plus à l'avenir", a ajouté le porte-parole.

 

Los Alamos (USA) : la mallette se fait la malle
(
un état nucléaire doit être un état policier pour assurer sa sécurité)

WASHINGTON (D'après Nuclear News Flashes, 13 juin 2000.
Pendant l'incendie qui a fait rage récemment aux alentours du Laboratoire National de Los Alamos, une mallette contenant des disques durs recelant des informations secrètes sur les armes nucléaires américaines a disparu du Laboratoire.
Cette mallette qui est utilisée par le Groupe de recherches des urgences nucléaires du Département de l'Énergie (DOE), dont dépend le Laboratoire National de Los Alamos, est portée manquante depuis le 7 mai. Le Laboratoire National n'a prévenu les autorités responsables du DOE que le 1er juin.
D'après Nuclear News Flashes, M. Richardson, un officiel du DOE, est très courroucé et particulièrement troublé par ce manquement de notification rapide au DOE. Lors d'une conférence de presse il a indiqué qu'une action disciplinaire était engagée. Les officiels du DOE ainsi que le FBI sont en train d'interroger toutes les personnes ayant eu accès à la mallette qui aurait été utilisée lors d'un exercice effectué les trois premiers jours de mai.
M. Richardson ne croit pas qu'il s'agisse d'une affaire d'espionnage. Des officiels du DOE pensent que la mallette a été sortie de la chambre forte pendant que l'incendie faisait rage afin qu'elle puisse être disponible en cas d'urgence nucléaire.

puis est retrouvée
WASHINGTON (Le Monde 18-19 juin 2000, d'après Reuters)
Les disques durs ont été retrouvés " dans des circonstances mal éclaircies " derrière une photocopieuse en un lieu " déjà contrôlé à deux reprises auparavant ". L'enquête du FBI continue. Selon Richard Shelby, président de la commission sénatoriale du renseignement, " le seul fait que ces disques durs aient soudain réapparu incline à croire à un acte d'espionnage ". " Il se pourrait que quelqu'un au sein du laboratoire ne veuille pas qu'on sache qui a momentanément eu accès à ces mémoires informatiques et ce qu'on en a exactement fait ".


Lire: Les ingénieurs oubliés de la bombe

et Plus clair que mille soleils de Robert Jungk