The Independent, 23 mars 2006:
(traduction Alain Vérignon)

Le Désastre de Tchernobyl mis en relation avec un taux plus élevé de mortalité infantile en Grande-Bretagne

Le débat sur les effets que le désastre nucléaire de Tchernobyl a eu sur la santé en Grande-Bretagne rouvre aujourd'hui avec une recherche qui suggère que des morts d'enfant en bas âge était plus nombreux dans des secteurs où la pluie est tombée lorsque le panache des retombées a passé au-dessus.

Une étude par l'épidémiologiste John Urquhart, qui doit être présentée à une conférence à l'Hôtel de ville de Londres marquant le 20ème anniversaire du désastre, suggère que les morts d'enfant en bas âge aient pu s'acroitre de 11 pour cent entre 1986 et 1989 dans ces secteurs comparés avec 4 pour cent dans d'autres secteurs, une corrélation que M. Urquhart décrit comme très significatif. M. Urquhart - l'auteur d'une étude précédente qui a suggéré que 2 000 enfants de plus que la normale sont morts avant leur premier anniversaire entre 1986 et 1989 - des chiffres de mort d'enfant en bas âge obtenus de 1983 à 1992 pour 200 hôpitaux de District à travers la Grande-Bretagne. Les secteurs à travers lesquels le nuage est passé comme Liverpool, Bradford, Leicestershire et Bristol, ont montré une mortalité infantile plus élevée que la moyenne, ce qui, suggère-t-il ne peut pas entièrement s'expliquer par des facteurs sociaux.

L'étude suggère aussi qu'une tendance à la baisse de la mortalité infantile a été interrompue en quatre ans après le désastre à la centrale électrique Ukrainienne et continue de s'élever jusqu'à 1992 dans les secteurs les plus contaminés.

M. Urquhart soutient qu'un panache de retombées de Tchernobyl est arrivée près de l'Île de Wight et a passé au dessus de Bristol vers le sud du Pays de galles. Un autre panache a coupé la côte du Kent et ensuite couvert la plupart d'Est Anglia et une partie de l'Essex. Un autre a fait sa voie de l'est de Londres à Hertfordshire, refaisant surface dans les parties du Northamptonshire et Leicestershire. Les parties Ouest du Yorkshire et la plus grande partie de l'Ouest Midlands, le Pays de galles, Merseyside, Lancashire et Cumbria ont été significativement affectées.

M. Urquhart, qui a témoigné dans les années 1980 à l'enquête du Gouvernement menée par monsieur Douglas Black pour faire la preuve d'un groupe de leucémie près de Sellafield, Cumbria, a dit : "la recherche précédente a établi qu'il y a eu une augmentation de formations cancéreuses à la thyroïde chez les jeunes au nord de l'Angleterre pour laquelle Tchernobyl est la cause probable. "Cette nouvelle étude montre que la tendance de la mortalité infantile, qui était autrement à la baisse est montée pour la durée de quatre ans en Angleterre et au Pays de galles après Tchernobyl.

Les résultats basés sur une si grande population suggèrent que l'effet de retombées radioactives puisse être de deux ordres de grandeur plus élevé que précédemment soupçonné."

Ian Herbert et Deborah Linton

 

 

The Independent, 14 mars 2006:
(traduction de Bernard Blanc)

Tchernobyl: un héritage toxique

Vingt ans après qu'une explosion dans un réacteur nucléaire à Tchernobyl a répandu des débris radioactifs à travers l'Europe, il l'a été révélé que 375 fermes en Grande-Bretagne, avec 200 000 mouton, sont toujours contaminées par les retombées

Après deux décennies, l'héritage du désastre de Tchernobyl étend toujours son ombre toxique sur campagne Britannique. Le Département de la Santé a admis que plus de 200 000 mouton pature sur la terre contaminé par les retombées de l'explosion de l'usine nucléaire d'Ukraine à 1 500 mille de distance. Les dispositions d'urgence s'appliquent toujours à 355 fermes galloises, 11 en Ecosse et neuf en Angleterre suite à la catastrophe d'avril 1986.

La révélation - dans une réponse écrite des Communes au Député Travailliste Gordon Prentice - est venue au moment où M. Blair se prépare à faire une démarche pour la puissance nucléaire dans un prochain Examen de l'Énergie du gouvernement. Le Premier ministre argumente que l'énergie nucléaire permettrait au ROYAUME-UNI de réaliser les objectifs jumeaux de réduire les émissions de C02 et de réduire la dépendance envers les approvisionnements de gaz naturel importé

Mais, juste la semaine dernière un rapport contradictoire du propre conseil consultatif du Gouvernement sur le développement durable a identifié cinq inconvénients principaux à n'importe quel programme de renouvellement projeté de la puissance nucléaire Britannique , y compris les menaces d'attaque terroriste et le danger d'irradiation. La longévité "de l'effet Tchernobyl " dans une région d'origine des centrales électriques nucléaires et en passant au travers d'une consultation pour essayer de convaincre le public que c'est une forme sûre de production d'électricité, nous ne devons pas laisser échapper les conséquences épouvantables si quelque chose tourne mal,

"Personne ne construirait maintenant un réacteur aussi à risque que ceux de Tchernobyl, qui étaient construits trop légèrement. Cependant, je pense que beaucoup de gens seront choqués de savoir que, comme nous nous approchons du 20ème anniversaire de Tchernobyl, des centaines de des familles d'agriculture vivent toujours avec les retombées. "

Jean McSorley, le conseiller senior du Greenpeace sur l'énergie nucléaire a dit :"Tchernobyl était le plus mauvais accident nucléaire que le monde ait jamais vu, seulement cela n'est en aucun cas le plus mauvais qui pourrait arriver. Dans Le Cumbria, d'où je viens, les gens qui sont assez vieux pour s'en rappeler en parlent toujours. Il est tout à fait émouvant d' entendre le stress que les familles d'agriculture ont enduré. Je pense le public Britannique que toute cette distance de Tchernobyl, 20 années plus tard, tant de familles vivent toujours avec son impact quotidiennement. "

Le désastre de Tchernobyl a tourné soudainement l'opinion publique en Grande-Bretagne contre l' énergie nucléaire civile. La terre toujours empoisonnée par la radioactivité de Tchernobyl se trouve tous le long des collines galloises entre Bangor et Bala, beaucoup dans le parc National Snowdonia. Il y a aussi un grand triangle de terre contaminée dans Cumbria, au sud de Buttermere - quoique le nombre de fermes affectées est plus petit qu'au Pays de Galles.

Certaines des collines Écossaises sont aussi toujours affectées. Aucun mouton ne peut être déplacé de n'importe lequel de ces secteurs sans une licence spéciale, selon les directives d'Urgence imposés en 1986. Les moutons qui ont plus haut de radiation que le niveau permis doivent être marqué avec une teinture spéciale qui ne part pas sous la pluie et doivent passer des mois à brouter sur des pâturages non contaminés avant que l'on ne les juge convenables pour entrer dans la chaîne alimentaire.

Un porte-parole d'Union des Fermiers Nationaux a dit : "le souci primordial doit être la sécurité du consommateur et la confiance de consommateur dans la viande , aussi un soin exceptionnel doit être pris pour s'assurer qu' aucune viande contaminée n'entre dans la chaîne alimentaire. "

La Plupart de centrales atomiques Britanniques ont ou cessé de produire de l'électricité, ou s'approchent de la fin de leur vie active. La dernière doit fermer en 2035. Le Gouvernement conduit maintenant un examen sur l'énergie, qui doit être publié en juin, et l'on s'attend à l'annonce d'un nouveau programme nucléaire.

Tony Blair a signalé son appui pour l'industrie dans un discours à la conférence du Travail l'automne dernier, quand il a averti que la Grande-Bretagne est trop dépendante des régimes "instables" pour ses provisions d'énergie et doit choisir le nucléaire comme une alternative.

Mais la résistance à l'idée a grandi, en particulier avec la publication la semaine dernière du rapport par la Commission du gouvernement pour le Développement durable. Le Comité Environnemental D'audit des Commmunes feront une annonce aussi plus tard ce mois. Selon un membre de comité, leur découvertes s'attendent à être "mesurées" mais "ne mettront certainement pas l'accent pour la puissance nucléaire ".

Le 23 mars, les spécialistes principaux tiendront une conférence à Londres sur les impacts à long terme de Tchernobyl. À la fin du mois, l'Autorité de démantèlement Nucléaire publiera un chiffre révisée pour le coût du nettoyage des sites des réacteurs nucléaires désaffectés possédés par le puissance publique .

On s'attend à ce que leur nombre soit considérablement plus haut que leur évaluation originale qui a été publiée l'année dernière, de £ 56bn.

Andy McSmith

 

David Ellwood, 49, fermier: "personne ne peut nous dire quand la radiation disparaîtra."

David Ellwood a 700 mouton à sa ferme dans l'Ulpha, près de Broughton-in-Furness. Sa femme, Heather, 50, aide à la Ferme de Baskell, et ils ont quatre enfants.

"Je me rappelle le désastre de Tchernobyl il y a 20 ans. Nous étions en agnelage en avril et il pleuvait comme l'enfer. Nous avons obtenu d'une lettre du ministère la suggestion que cela dureraient environ trois semaines, mais ils devinaient seulement - cela pourrait bien continuer pendant 20 autres années.

"Chaque fois que nous prenons un mouton pour le vendre aux enchères, nous devons téléphoner à Defra, qui vérifie s'ils sont clairs de la contamination [du césium radioactif]. Ils nous donnent £ 1.30 pour chaque mouton qu'ils contrôlent. Nous les enlevons de là où il y a eu des retombées et les mettons dans les champs pour un couple de semaines avant leur vente ainsi des contrôles sont d'habitude bas. Mais la mesure est étrangement haute s'il vient directement des zones des retombées et doit être abattu.

"Defra sont ici quatre ou cinq fois par an qui sont une bagarre. A l'époque de la tonte en juillet ils contrôlent tout. Si nous prenons des Chevrots pour la vente aux enchères, nous devons les mettre dans un enclos pour prendre les mesures, ce qui les montre contaminés et impropres à la vente. Maintenant nous essayons d'en obtenir le contrôle trois ou quatre jours auparavant, "a dit M. Ellwood, 49." Nous avons été dans cette ferme pendant 16 ans et en possession la terre qui l'entoure avant, et donc nous avons toujours été affecté par Tchernobyl. Il y a beaucoup de tourbe contaminée par les retombées, ainsi quand l'herbe grandit en été elle est contaminée aussi. Si notre colline était rocheuse, je ne pense pas que ce serait un tel problème.

"Je pourrais me fâcher, mais c'est injustifié, il n'y a pas une putain de chose que nous puissions faire et personne ne semble savoir quand ça finira. Je serais tourmenté si plus de centrales électriques sont construites. Nous étions à 1 500 milles de Tchernobyl et on en ressent toujours les effets. "

Edwin Noble, 45, éleveur de moutons : ' je n'avais aucune idée que cela pourrait nous affecter jusqu'ici si loin '

Edwin Noble et sa famille, qui dirige une ferme de 2 500 acres près de Mount Snowden, vit conformément aux restrictions de secours que l'on leur a demandé d'appliquer 30 jours, mais qui va probablement continuer pendant des années.

M. Noble, 45, était dans ses premières années vingt où il a pris la charge de la ferme de famille. Dans la nuit du 2 mai 1986, il a été dérangé par des pluies torrentielles et a craint que la rivière sorte de son lit. Il n'a pas su que le nuage de radiation de Tchernobyl passait invisiblement au-dessus. La pluie a laissé des dépôts énormes de césium radioactif dans le sol tourbeux, qui n'est pas une menace directe pour les gens, mais agit dans l'herbe, contaminant ses moutons.

"J'avais entendu parler de Tchernobyl aux nouvelles, mais n'avais aucune idée du tout cela et comment cela pourrait nous affecter loin, jusqu'ici , dit-il." C'est quelque chose que nous avons à vivre avec depuis."

"Chaque fois que nous déplaçons un mouton ou l'agneau de notre terre il doit être scanné. S'il échoue au contrôle, il ne peut pas être vendu. Si vous pouvez faire sortir le mouton ou l'agneau de la terre contaminée, alors la radiation diminue assez rapidement, mais la totalité de notre ferme est affectée, donc nous louons un pâturage à 20 mille de distance. Cela signifie que vous devez constamment prévoire à l'avance. Si l'agneau est engraissé et prêt à être commercialisé, vous ne pouvez pas l'avoir dans un enclos attendant pour être contrôlé parce qu'il perd du poids, donc vous devez faire faire le contrôle à l'avance. Quand le marché est volatil, cela nous a coûté une vente.

"L'expérience m'a fait très opposé à la puissance nucléaire. Ce n'est pas beaucoup d'inconvénients pour des fermiers comme nous - mais si l'explosion avaient été à l'usine près ici, à Trawfynydd ? Cela ne semble pas valoir le risque" dit-il.

Geneviéve Roberts

 

Sunday Herald, 6/11/2005 : 

Des fermes en Ecosse sont toujours contaminées par les retombées de Tchernobyl

Près de 20 ans après l'explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl et la dissémination radioactive qui s'en suivit sur l'Europe, des fermes écossaises n'ont pas fini d'en payer le prix.

Onze fermes qui occupent une surface totale de 11 300 hectares dans l'Ayrshire [1] et la « Central Belt » [2] sont encore contaminées par l'accident, au point que la viande de leurs moutons est considérée comme impropre à la consommation.

La concentration de Césium 137 de Tchernobyl dans ces animaux dépasse le seuil de radioactivité maximale de 1000 becquerels par kilogramme. Les éleveurs sont obligés de marquer les moutons radioactifs à la peinture indélébile, et ne peuvent pas les amener à l'abattoir avant que leur taux ne redescende sous le seuil limite.

C'est en répondant aux questions posées par Bruce Crawford, président du Scottish National Party au parlement Ecossais, que cette information a été révélée. « Après toutes ces années, l'Ecosse souffre toujours des séquelles de Tchernobyl », a-t-il déclaré au Sunday Herald.

« Dans ces circonstances il est tout à fait ridicule que le gouvernement Blair soit résolu à imposer une nouvelle génération de centrales nucléaires à notre pays. Nous devons retenir les leçons du siècle dernier et ne pas commettre les mêmes erreurs.

« Peu importe les progrès de la technologie, des déchets radioactifs sont encore produits et laissent un héritage mortel pour des centaines de milliers d'années. » dit-il.

Tchernobyl fut l'accident nucléaire le pire. Les erreurs commises par le personnel de la salle de contrôle dans un réacteur ancien et mal conçu déclencha une explosion qui déchira le bâtiment le 26 avril 1986.

Un épais nuage radioactif traversa ensuite toute l'Europe de l'Ouest, se répendant sur la terre par la pluie. Le césium 137 et d'autres isotopes radioactifs pénétrèrent dans le sol et la tourbe, pour être absorbés par l'herbe et les autres végétaux.

En conséquence, les troupeaux, et en particulier ceux qui paissent dans les prairies humides sur les hauteurs, furent contaminés. Des niveaux élevés de césium 137 furent aussi détectés dans des cervidés et des lagopèdes d'Ecosse par le passé.

En 1987, le déplacement et l'abattage des moutons fut restreint dans 73 fermes du Sud Ouest et du centre de l'Ecosse. Bien que le nombre d'animaux atteints se soit réduit au fil des années, personne ne s'attendait à ce que cette contamination ne dure aussi longtemps.

La restriction a été levée pour 7 fermes seulement depuis trois ans. Le coût de l'indemnisation des fermiers s'élève à environs 3 millions [de Livres].

 

[1] Région côtière au Sud-Ouest de Glasgow
[2] Central Belt : zone la plus peuplée en Ecosse, s'étend d'Est en Ouest inclut Ayr, Glasgow, Edinburgh, Perth, Stirling