Edito : 30 ans après Tchernobyl, la catastrophe continue...

Pour les «liquidateurs» c'est déjà plus de 100 000 morts et plus de 200 000 invalides, et pour les populations exposées à la contamination le bilan (serait déjà selon les estimations) probablement supérieur à 985 000 de morts à travers le monde.

En janvier 2010, l'Académie des sciences de New York (NYAS) a publié le recueil (sous la direction d'Alexei Yablokov) le plus complet de données scientifiques concernant la nature et l'étendue des dommages infligés aux êtres humains et à l'environnement à la suite de l'accident de Tchernobyl «Chernobyl: Consequences of the catastrophe for people and the environment». Cet ouvrage (dont on peut lire en PDF la traduction de la 5ème édition) met à la disposition du lecteur une grande quantité d'études collectées dans les pays les plus touchés: la Biélorussie, la Russie et l'Ukraine. Les auteurs estiment que les émissions radioactives du réacteur en feu ont atteint dix milliards de curies, soit deux cents fois les retombées des bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki, que sur les 830 000 «liquidateurs» intervenus sur le site après les faits, 112 000 à 125 000 sont morts, et que le nombre de décès à travers le monde attribuables aux retombées de l'accident, entre 1986 et 2004, est de 985 000, un chiffre qui a encore augmenté depuis cette date. [suite page spéciale Tchernobyl]

 

Action :
Action permanente à durée indéterminée devant l'OMS à Genève
Le « Collectif Santé et Nucléaire - IndependentWHO » a organisé les 12 et 13 mai 2012 à Genève, un « Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection : de Tchernobyl à Fukushima » Les Actes sont maintenant disponibles dans un volume de 160 pages A4 abondamment illustré de graphiques et de photos, pour lequel une souscription est ouverte sur le site d'IndependentWHO [voir quelques extraits de ces Actes].